top of page
  • Kheireddine Saidi

Union du Maghreb Arabe

Premièrement : le contexte historique de la création de l'Union du Maghreb arabe

Il n'y a pas doute sur le fait que les pays du Maghreb arabe (Libye-Tunisie-Algérie-Maroc-Mauritanie) constituent un bloc homogène, ethniquement, linguistiquement, religieusement et même géographiquement, occupant une vaste zone géographique en Afrique du Nord, bordée à l'est par l'Égypte et à l'ouest par l'océan Atlantique. Au nord se trouve la mer Méditerranée et au sud se trouve le désert du Sahara.

Sa superficie est de plus de 5 872 000 km, alors que la population de ces pays est d'environ 104 millions (répartie comme sur l’image ci-dessous). Il n'y a pas de différence entre les composantes ethniques, raciales et même linguistiques prévalant dans ces pays. Cela a conduit à un sentiment constant parmi les populations de l'intégration entre ces pays, et ce sentiment a été renforcé par l'histoire commune entre eux d'une part, et d'autre part par la nécessité d'un avenir commun pour la Région.


Les premiers signes d'union entre les pays précités du Maghreb sont apparus à travers l'activité politique des mouvements nationaux qui ont émergé dans ces pays au début du XXe siècle, notamment avec l’Etoile Nord Africain, association apparue en France pour défendre les intérêts des travailleurs des pays du Maghreb en France, puis qui s'est développée en un parti politique qui cherchait à obtenir l'indépendance des pays du Maghreb vis-à-vis de la France dans le cadre de l'unité entre les trois pays (Tunisie-Algérie-Maroc).

Le sentiment commun s'est consolidé au niveau politique et populaire parmi les habitants de la région après le déclenchement de la révolution de libération en Tunisie, au Maroc, puis en Algérie en 1954, lorsque les mouvements révolutionnaires de ces pays se sont mis d'accord sur des action, et leur déclaration politique a mis l'accent sur l'unité du Maghreb. Les trois pays se sont mutuellement soutenus politiquement et matériellement pour réussir leur libération du colonialisme français.

Cependant, l'unité politique à laquelle aspiraient les peuples de la région ne s'est pas réalisée telle qu'elle leur avait été décrétée. Au contraire, des affrontements de guerre ont eu lieu entre l'Algérie et le Maroc en 1962 immédiatement après le départ des forces françaises de l'Algérie, et c'est parce que le Maroc s'est emparé de certaines des terres qui appartiennent à l'Algérie en vertu du fait qu’elles appartenaient au Maroc avant l'occupation française de l'Algérie en 1830. Cela a été rejeté par l'Algérie et a conduit à des affrontements guerriers entre les deux pays connus sous le nom de “guerre des Sables”, qui se sont terminés par l'engagement des deux parties à respecter les frontières héritées du colonialisme telles qu'approuvées par les lois internationales. Cependant, l'impact de cette confrontation a impacté l’espoir d'unité politique entre les pays de la région.

La situation a été exacerbée par les orientations choisies par les deux Etats. Les deux plus grands pays de la région, l'Algérie et le Maroc, ont choisi deux modèles politiques complètement différents. A une époque où le Maroc a choisi la tendance à adopter un système qui ne se heurte pas aux puissances occidentales, le régime algérien a eu tendance à adopter un système socialiste opposé au capitalisme et aux puissances occidentales. Le régime algérien a également adopté le nationalisme arabe et le système républicain (totalitaire), que le Maroc considérait comme ne servant pas beaucoup sa vision dans la région, préférant la monarchie comme une extension de son histoire ancienne.



. Le président algérien Houari Boumediene



Roi du Maroc Hassan II

L'affaire ne s'est pas arrêtée là, car le retrait des forces espagnoles du Sahara occidental au cours de l'année (1975) a entraîné la reprise du conflit entre le Maroc et l'Algérie. Les tensions diplomatiques continuent entre les deux pays jusqu'à présent, et à certains stades ont conduit à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays plus d'une fois[1].



Deuxièmement : L'idée de créer l'Union du Maghreb arabe

Ce que nous avons mentionné n'a pas empêché l'émergence d'un besoin parmi les pays de la région de créer un bloc politique et économique dont le but est d'unir les efforts pour faire avancer les relations entre les pays de la région d'une part, et d'autre part, essayer de tirer parti des capacités économiques et des ressources humaines de chacun d’eux.

Les divergences entre l'Algérie et le Maroc ont été néanmoins surmontées à travers l'accord initial entre les cinq pays d'Afrique du Nord : la Libye, la Tunisie, l'Algérie, le Maroc et la Mauritanie, lors de la réunion d'Alger du 10 juin 1988 pour jeter les bases de l'établissement d'une union maghrébine regroupant les cinq pays, et il a été décidé de créer un comité mixte à cet effet. Ce Comité a tenu sa première réunion en Algérie en 1988. Le Comité Mixte réussit à trouver un terrain d'entente et annonce, le 17 février 1989 dans la ville de Marrakech, la création de l’Union du Maghreb qui comprend les cinq pays : Libye, Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie[2].



Les chefs des pays du Maghreb arabe qui ont annoncé la création de l'Union du Maghreb arabe

Sur la photo de droite à gauche :

Président libyen : Mouammar Kadhafi, Président mauritanien : Muawiya Ould Sidi Ahmed Taya. Président algérien : Chadli Benjedid. Roi du Maroc Hassan II, Président tunisien : Zine El Abidine Ben Ali.

La réunion a identifié un certain nombre de points pour activer une politique commune basée sur :

1. Une approche politique commune dans divers domaines

2. Œuvrer pour réaliser la libre circulation des personnes, des services, des biens et des capitaux entre les États membres.

3. Renforcer les liens fraternels entre les États membres pour réaliser le progrès et la prospérité.

L'objectif principal de l'adoption de cette politique commune, conformément à ce qui a été énoncé dans le Traité de Marrakech en 1989, est le suivant :

Premièrement : Réconcilier les États membres et établir entre eux une coopération diplomatique étroite basée sur le dialogue.

Deuxièmement : Maintenir l'indépendance de chacun des États membres.

Troisièmement : réaliser le développement industriel, agricole, commercial et social des États membres et prendre les moyens nécessaires à cette fin, notamment en établissant des projets communs et en préparant des programmes généraux et spécifiques à cet égard.

Quatrièmement : Établir une coopération visant à développer l'éducation à tous les niveaux et à préserver les valeurs spirituelles dérivées des enseignements tolérants de l'Islam. Préserver l'identité nationale arabe et prendre les moyens nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Troisièmement : Les institutions de l'Union du Maghreb Arabe

Afin que l'Union du Maghreb Arabe atteigne ses objectifs, les cinq Etats membres ont convenu de mettre en place un certain nombre d'instances dont l'objectif principal est la réussite du processus de fonctionnement de cette union :

1. Le Conseil de la Présidence : Il est composé des chefs des États membres et est l'organe suprême de l'Union. La présidence du conseil est d'une durée d'un an, tournant entre les chefs des États membres. Elle tient ses sessions ordinaires chaque année et a le droit de tenir des sessions extraordinaires chaque fois que le besoin s'en fait sentir. Le Conseil de Présidence a seul le pouvoir de décision et ses décisions sont prises à l'unanimité de ses membres[3].

2. Le Conseil des ministres des affaires étrangères : Il est composé des ministres et du secrétaire du comité populaire chargé des affaires étrangères des pays de l'union. Le Conseil des ministres des Affaires étrangères tient des sessions régulières. Il peut également tenir des sessions extraordinaires à l'invitation de la Présidence ou à la demande de l'un de ses membres. La réunion n'est valable que si tous les membres sont présents. Et il assume :

· Préparation des sessions du Conseil de Présidence.

· Examiner les propositions du comité de suivi et des comités ministériels spécialisés, et coordonner les politiques et les positions dans les organisations régionales et internationales.

· Étudier toutes les questions assignées par le Conseil de Présidence.

3. Comité de suivi : Il est composé des membres, dont chacun a été nommé au cabinet de son pays pour suivre les affaires de l'Union. Le comité assure le suivi des dossiers du syndicat en complémentarité avec le secrétariat général et les comités ministériels spécialisés afin d'éviter.

• Le comité présente les résultats de ses travaux au Conseil des ministres des Affaires étrangères.

• Le comité travaille en collaboration avec le Secrétariat général pour développer le travail des différentes instances et dynamiser le travail de la fédération.

• Le comité tient des réunions périodiques avec le Secrétariat général pour évaluer les progrès, identifier les obstacles et proposer des solutions appropriées.

4. Secrétariat général : Son siège est dans la capitale marocaine, Rabat. Il se compose d'un secrétaire général nommé par le Conseil de la présidence pour une période de trois ans, renouvelable une fois, et d'un nombre suffisant d'employés parmi les citoyens de l'Union sur la base de leur compétence et de leur loyauté envers les objectifs de l'Union et d'une répartition entre les États membres. Le Secrétariat général accomplit les tâches fondamentales suivantes :

· Travailler à la mise en œuvre des décisions du Conseil de Présidence en coordination avec tous les organes du syndicat.

· Contribuer à l'élaboration des plans exécutifs du programme de travail de la Fédération en collaboration avec le Comité de suivi.

· Préparer des recherches et des études, fournir des informations et des documents, et exprimer des opinions spécialisées à l'aide des compétences maghrébines.

· Préparer des rapports périodiques sur les progrès de la construction du syndicat.

· Conserver les documents de la Présidence, du Conseil des Ministres des Affaires étrangères, du Comité de suivi, des commissions ministérielles spécialisées, du Conseil de la Choura, du Pouvoir Judiciaire et tout document officiel de l'Union, y compris les documents ratifiant les conventions collectives conclues dans le cadre de l'Union.

· Travailler sur la coordination entre les agences fédérales spécialisées dans les domaines de l'information et de la documentation.

· Lier le lien avec le Secrétariat général de la Ligue des États arabes pour identifier les domaines de coopération afin de renforcer l'action arabe commune et coopérer avec des groupes africains similaires et d'autres groupes et organisations internationaux, en coordination avec les organes de l'Union.



Quatrièmement : Les problèmes qui entravent le succès de l'Union du Maghreb

De nombreux problèmes entravent la réalisation de l'unité économique et politique des pays d'Afrique du Nord au sein de l'institution de l'Union du Maghreb arabe. Le principal point est le conflit permanent entre le Maroc et l'Algérie sur diverses questions , dont le plus important est celle du Sahara Occidental. Aussi, l'engagement du Maroc dans un processus fort de normalisation avec l'Israël afin d'asseoir son droit au Sahara Occidental rend désormais impossible la possibilité d'une réconciliation avec l'Algérie. Celle-ci se tenant du côté du rejet de toute normalisation avec l'occupation israélienne et la rejetant catégoriquement.

On peut dire que le seul espoir de voir une réelle unité des pays du Maghreb arabe est lié à la capacité de l'Algérie et du Maroc à surmonter leurs divergences sur la question sahraouie, ou du moins, à tenter de les surmonter circonstanciellement afin d'atteindre des consensus à long terme qui contribuent à l'activation des institutions de l'Union du Maghreb Arabe.


Conclusion:

Les différences entre les régimes politiques du Maghreb arabe, et plus particulièrement entre l'Algérie et le Maroc, entravent encore tout développement des travaux de l'Union maghrébine et en font une simple institution sans âme. Nous pouvons dire que l'institution de « l'Union du Maghreb arabe » existe réellement dans la conscience des peuples du Maghreb, tout comme elle est présente en réalité dans leur histoire et leur lutte commune.

Les peuples de la région ont réussi à vivre le rêve d'une région maghrébine commune, mais les régimes politiques de ces pays sont encore incapables de réaliser cette unité et d'en faire un projet économique réussi pour assurer la prospérité et une vie décente aux peuples de la région.

[1]KHEİREDDİNE SAİDİ, “Cezayir ile Fas arasındaki diplomatik krizlerde yeni bir sayfa”https://afam.org.tr/cezayir-ile-fas-arasindaki-diplomatik-krizlerde-yeni-bir-sayfa/ . [2]See: “The Arab Maghreb Union, the deferred dream,” Al-Jazeera Net, seen on: 12/20/2022. https://www.aljazeera.net/encyclopedia/2015/5/28/ [3] See: Arab Maghreb Union website. https://maghrebarabe.org/

6 görüntüleme
bottom of page