top of page
  • Yazarın fotoğrafıEndris Mekonnen Faris

L'accord De Decembre, Une Autre Porte Prometteuse Pour La Paix



Cela fait maintenant plus de deux ans que la politique intérieure soudanaise se trouve dans une impasse paralysante après l'échec des tentatives d'installation d'un gouvernement civil opérationnel bénéficiant du soutien général de divers acteurs locaux et étrangers. La force unifiée, composée de civils et de militaires qui ont travaillé ensemble à la destitution d'Omar Al-Bashir, n'a pas réussi à maintenir une unité importante dans le processus de transition du pays vers la prochaine phase de sa vie politique. Le processus souffre d'une perte significative de la force compacte qui a créé l'énergie indispensable derrière la révolte populaire contre l'ancien président désormais en prison. La lutte se poursuit néanmoins, aboutissant récemment à ce que beaucoup appellent l'accord de décembre.

Le 5 décembre 2022, un accord-cadre a été signé entre une constellation de forces civiles et militaires sous la coordination directe du mécanisme trilatéral composé des Nations unies (ONU), de l'Union africaine (UA) et de l'Autorité Intergouvernementale pour le Développement (IGAD). De manière générale, l'accord promet à tous les partis politiques, entre autres choses essentielles, une transition de deux ans dirigés par des civils, ainsi que le pouvoir de nommer un premier ministre civil. S'il est mis en œuvre, l'accord de décembre offre une grande opportunité d'aider le Soudan à réussir le long processus de réalisation d'une véritable transition politique. Beaucoup s'accordent à dire que le processus reste prometteur, mais affirment qu'il demeure vulnérable en raison de certains facteurs auxquels contribuent des acteurs locaux et étrangers.


Les acteurs locaux et étrangers compliquent la transition du Soudan

La crise politique du Soudan n'est pas une exception pour voir se mêler plusieurs acteurs locaux et étrangers. Alors que les acteurs locaux qui représentent les forces en interaction pourraient simplement être divisés en civils et militaires, les acteurs étrangers sont en grande partie un ensemble d'États de l'Ouest et du Moyen-Orient, et de l'Afrique du Nord (MENA).

Le bloc civil n'est pas un monolithe. Des rivaux allant des forces politiques organisées qui se trouvent principalement à Khartoum et dans ses environs aux rebelles et aux dirigeants très influents des régions éloignées de la capitale constituent le camp civil. La coalition des forces pour la liberté et le changement (FFC), les comités de résistance et les groupes tribaux méritent d'être mentionnés. Le bloc montre une convergence significative mais fragile autour du programme plus large qui appelle à l'installation d'un gouvernement civil. Les analystes observent qu'au sein des forces politiques civiles, la question de la représentativité équitable des pouvoirs civils dans le processus politique en cours, qui inclut la signature du dernier accord de décembre, semble se poser de plus en plus.

Les forces armées soudanaises ne sont pas non plus un monolithe en ce qui concerne le processus politique post-Bashir. Les deux hommes en uniforme sont toujours présents, côte-à-côte lors de nombreux événements politiques représentant l'armée, y compris lors de la signature de l'accord de décembre. Alors que le général Abdel Fattah Al-Burhan, actuellement à la tête du pays, représente les Soudanais, le général d'armée Mohamed Hamdan Dagalo (alias Hamedti) est le chef de la force paramilitaire soudanaise appelée Forces de soutien rapide (RSF) qui ne fait pas partie intégrante de l'armée soudanaise. Défendant la légitimité de la RSF, le général Hamedti, chef paramilitaire pro-Moscou, souhaite que le récent accord prenne sérieusement en compte l'inclusivité des réformes prévues qui impliquent la sécurité et l'armée.

De l'autre côté de la catégorie qui continue à jouer un rôle d'initié dans la politique interne actuelle du Soudan se trouvent les acteurs étatiques de la région MENA et de l'Occident au sens large. Ces forces extérieures ont en commun de vouloir exercer une influence politique sur le prochain gouvernement et de s'assurer des gains économiques. Mais elles diffèrent dans la formation d'alliances pour poursuivre leurs intérêts au Soudan. L'Égypte, la Russie et les Émirats arabes unis sont apparus comme des chefs de file favorisant ouvertement la présence active de l'armée dans la politique, soit en soutenant directement l'armée, soit en soutenant des factions politiques proches de l'armée. Bien qu'ils tentent apparemment de faire preuve de neutralité malgré la connaissance publique d'une position latérale favorable à l'armée, la présence audacieuse des États-Unis et de l'UE a fait comprendre qu'ils avaient besoin d'une évolution rapide vers la formation d'un gouvernement civil.

L'implication directe de plusieurs acteurs dans le processus politique continu du Soudan pour une transition réussie a donné lieu à un certain nombre de facteurs qui constituent des défis pour le processus de paix prometteur.



Facteurs qui remettent en cause le processus de paix prometteur

Manque de confiance

Le manque de confiance entre les civils et les forces armées affecte de temps à autre le processus en cours de manière négative. Les civils ont développé une profonde méfiance légitime à l'égard des militaires, qui s'est particulièrement aggravée après la dissolution brutale du gouvernement de transition en 2021. La masse civile soutient que les forces armées restent les acteurs décisifs qui influencent fortement et tentent de façonner le processus de transition, parfois sans tenir compte de l'autre masse politique. Ils estiment que les hommes en uniforme font obstacle au processus politique qui vise à transférer le contrôle des militaires à un gouvernement élu.

Les militaires, pour leur part, s'engagent dans des activités ouvertement axées sur la sécurité que beaucoup interprètent comme une manifestation significative de la méfiance des acteurs civils envers la force armée. Les militaires expriment à plusieurs reprises leur frustration quant à l'inefficacité du camp civil à mener la transition politique sans la forte présence et le rôle proactif des militaires.

Un degré significatif de confiance entre les acteurs locaux engagés est primordial pour que le processus politique atteigne les objectifs envisagés et partagés. Cela pourrait être réalisé en introduisant un ensemble de mesures de renforcement de la confiance et un mécanisme de mise en œuvre consensuel dans le processus de transition, en tant qu'élément central que les civils et les hommes en uniforme acceptent et mettent en pratique.



Absence de soutien massif mérité, tant à l'intérieur qu'à l'étranger

Le processus politique post-Bachir, qui vise principalement à établir un régime civil largement accepté, ne bénéficie pas encore du soutien massif et consensuel qu'il mérite, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. L'érosion rapide de l'unité publique sans précédent observée lors du renversement d'Omer Al-Bashir et la fragilité de l'esprit qui s'en est suivie expliquent l'absence réelle de soutien de toutes sortes. La pression de l'opinion publique reste constante mais n'est pas suffisante pour obliger les principaux acteurs politiques à appliquer le principe du donnant-donnant afin d'aboutir à une solution rapide et durable à la table des négociations.

De l'étranger, le soutien indéfectible et l'étroite coopération que la transition politique a reçu de l'ONU, de l'UA et de l'IGAD sont louables et indispensables. En revanche, il n'y a pas eu d'effort concerté qui s'écoule en un seul courant et qui donne la priorité à la guérison des douleurs politiques récentes que connaît le Soudan. Cette situation n'est guère convaincante, sans exception, que ce soit de la part des puissances européennes, des États-Unis ou d'acteurs importants de la région MENA. Le soutien indépendant et conditionnel de différentes formes provenant des acteurs susmentionnés n'a pas été suffisamment compris pour apporter un changement substantiel dont le processus politique a désespérément besoin.


Intérêt des forces extérieures difficile à équilibrer

Le processus politique semble implicitement contraint de trouver un équilibre en répondant aux intérêts de plusieurs puissances extérieures dans ses affaires internes. En tant que tel, l'intérêt des acteurs étrangers pour les affaires internes du Soudan a eu un impact sur le processus. La manière dont chaque groupe d'acteurs étrangers s'est allié et a engagé le processus et les acteurs locaux a limité le processus. Par exemple, les États-Unis et l'Arabie saoudite, ainsi que les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni, ont organisé une discussion réunissant le principal bloc du FFC et l'armée, laissant de côté un ensemble de rebelles clés, d'oppositions organisées et de comités de résistance. Cette initiative était censée contribuer à accélérer le processus politique, mais elle a en fait servi un autre objectif et a eu pour effet d'élargir le clivage et la méfiance existants entre les principales parties prenantes locales. D'autre part, il est bien connu dans tout le pays que l'Égypte, de son côté, a intérêt à ce que l'armée conserve une forte présence dans la sphère politique.

References

3 görüntüleme

Comments


bottom of page