top of page
  • Yazarın fotoğrafıMoussa Hissein Moussa

Mouammar Kadhafi :Du panarabisme au panafricanisme

Introduction

Mouammar Kadhafi est arrivé au pouvoir grâce à un coup d'État qu'il a mené avec ses compagnons d'armes. Il a dirigé la Libye de 1969 jusqu'à son assassinat et son renversement en 2011 et est une figure connue pour son ferme soutien au panarabisme et au panafricanisme. Il a promu la coopération et l'unité entre les nations arabes et africaines, préconisant d'abord un monde arabe uni, puis une Afrique unie. Il a également promu une forme de théorie proche du socialisme connue sous le nom de " Troisième théorie internationale ", qui mettait l'accent sur la démocratie directe et le contrôle décentralisé des ressources locales. Anti-occidental, le régime de Kadhafi a été marqué par des violations des droits de l'homme, la suppression de l'opposition politique, l'ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays et le soutien aux groupes rebelles et aux régimes autoritaires. Cependant, le plus grand souvenir qui reste de Kadhafi est celui d’un leader qui a donné sa vie pour jeter les bases solides d'une Afrique forte.



Kadhafi : Un Leader à la Quête de l’Unité Arabe

La pensée panarabiste de Kadhafi a été influencée par Jamal Abdul Nasser. Alors qu'il était encore à l'école militaire, Kadhafi suivait les discours d'Abdul Nasser à la radio avec une grande admiration. Plus tard, il s'est vu comme le leader recherché du panarabisme qu'Abdul Nasser a défini comme un monde « à la recherche d’un leader », se considérant ainsi comme l'unificateur de la dialectique des identités panarabisme, panafricanisme et panislamisme. Le panarabisme est le désir des pays arabes de s'unir autour de leurs propres identités et valeurs communes, et d'avoir une identité panislamique avec la même perspective, mais cette fois tous les États qui partagent la foi islamique. L'apogée de la pensée atteint son apogée avec la création de la « République arabe unie » entre 1958 et 1961, qui réunit l'Égypte, la Syrie et brièvement le Yémen.

Pendant son règne, Kadhafi a cherché à renforcer les liens entre divers pays arabes en soutenant des mouvements tels que la révolution irakienne de 1958 et la révolution égyptienne de 1952. Kadhafi, partisan de la lutte contre l'impérialisme et le colonialisme, a soutenu les mouvements de libération nationale à travers le monde et a tenté de créer une union politique et économique entre les États arabes dont le but ultime était d'établir la "République arabe unie". Cette union serait basée sur une monnaie arabe commune, développant des relations commerciales, promouvant l'investissement et le commerce, et différentes coentreprises et politiques économiques.

Avec la mort d’Abdul Nasser en septembre 1970, Kadhafi a tenté de s’imposer comme la figure principale de l’arabisme. En avril 1971, il rencontre le nouveau dirigeant égyptien, Anoar al-Sadat, et le dirigeant syrien Hafez el-Assad à Benghazi et annonce ensemble la création d’une fédération. L’idéologie de base de la Confédération est le socialisme démocratique et son objectif principal est de former un front médian contre Israël en soutenant la Palestine. Plus tard, dans le cadre de la confédération qui a été formée, l’Égypte et la Libye – à l’exception de la Syrie – ont convenu d’unir complètement. Cependant, des divergences sont apparues avant que la fusion ne soit réalisée. Alors que Sadate préférait particulièrement une approche progressive, Kadhafi voulait agir rapidement. Par conséquent, le projet d’unification est resté une lettre sans réponse.



Du panarabisme au panafricanisme : Une Transition Critiquée mais Efficace

Tout au long de son règne, Kadhafia défendait les mouvements nationalistes africains qui luttaient pour l’indépendance de leurs pays. Kadhafi, qui rêvait d’unifier le monde arabe, s’est tourné vers l’Afrique dans les années 1960 et a placé les « affaires africaines » au concentre de sa politique. Motivé d’une part par « une volonté de combattre l’impérialisme » et, d’autre part, de « diffuser ses idées », résumées dans le livre vert et incarnées par la Jamahiriya, cette volte-face reste un tournant majeur dans la vie de Kadhafi.

À partir des années 1970, la Jamahiriya a été l’avant-garde d’un mouvement « ni capitaliste ni socialiste » en Afrique, cherchant à agir au nom des deux blocs en tant que sphère d’influence décentralisée en pleine guerre froide. Kadhafi a également tenté de saper la « Françafrique ». Un nouvel ordre – néocolonialisme – établie en Afrique francophone à la veille de l’indépendance.

De nombreuses réunions multilatérales régionales ont été le théâtre d’un stratagème diplomatique panafricain de Mouammar Kadhafi et de son gouvernement. Dans ce contexte, Kadhafi a organisé la conférence afro-arabe au Caire en mars 1977, où il a réuni soixante États et a usé de tout son poids diplomatique pour créer une position radicale appelant à renforcer la lutte contre l’impérialisme occidental. Lors de la conférence, une résolution contre les régimes Israël et d’Afrique du Sud, de Rhodésie du Sud, alors sous le régime d’apartheid, a été adoptée. A cette occasion, un mouvement de boycott a été engagé par les pays participants.



« États-Unis d’Afrique » ou « Union africaine » : Bonnes Nouvelles mais Mauvaise Surprise

Au début du 21ème siècle, l’Afrique met en place le New Partnership for African Development (NEPAD). Un projet est alimenté principalement par le programme économique de Thabo Mbeki. Cependant, le projet le plus important qui reste du début du 21e siècle est le projet de l’Union africaine (UA), soutenu par Mouammar Kadhafi. Kadhafi a tenté d'incarner des projets d'envergure en démontrant son attachement à l'Afrique et la singularité de sa position de leader appelant à l'unité continentale en Afrique, notamment dans le modèle "États-Unis d'Afrique" de Nkrumah. Le projet d'envergure de Kadhafi était de dynamiser l’OUA sous le nom d'Union africaine (UA). Bien que cette transformation n'ait pas été totalement réalisée comme le souhaitait Kadhafi, on peut aisément dire qu'elle est à son initiative.

Kadhafi, arrivé au pouvoir en renversant le roi Idris en 1969, était alors un jeune colonel de l'armée libyenne. Inspiré de la figure d'Abdul Nasser, ce jeune dirigeant a aboli la monarchie à son arrivée au pouvoir, puis nationalisé les compagnies pétrolières en fermant les bases militaires étrangères dans le pays. Dans ses ouvrages « Le livre vert » et « Mes opinions », Kadhafi a développé une pensée politique hybride qui associe le nationalisme arabe à une double critique du marxisme et du capitalisme. Kadhafi, qui ne s'est pas contenté d'être le leader du panarabisme dans les années suivantes, a tenté de rattacher le panafricanisme au cercle de l'anti-impérialisme, de l'anticommunisme et de l'antisionisme. Après 1990, Kadhafi a commencé à donner de l'importance au panafricanisme en gardant les pensées panarabistes en arrière-plan. Comparé à des figures importantes du panafricanisme telles que Nkrumah, Nyerere et Sankara, Kadhafi peut être considéré comme plus influent. Cette efficacité découle du fait que Kadhafi a pu garder un contrôle total sur les énormes ressources naturelles et énergétiques de son pays et disposait donc d'un instrument financier solide pour soutenir sa diplomatie. Kadhafi, qui a soutenu des régimes amis à travers l'Afrique et financé des projets de développement économique et social, a également soutenu des rébellions armées et l'instabilité militaire, et a parfois eu recours au chantage économique. Cependant, la politique d'arabisation mené par son régime envers les pays africains dans les années passé, et son ingérence aux affaires internes d’autres pays qui a conduit, par exemple, à la guerre Tchad-Libye entre 1978 et 1987, sont devenues des marques indélébiles de Kadhafi dans les années suivantes et sont devenues un obstacle sérieux à ses pensées panafricanistes.


Le 9 septembre 1999, à l'occasion du trentième anniversaire de l'arrivée au pouvoir de Kadhafi, une réunion extraordinaire de l'OUA s’est tenue dans la ville de Syrte. Lors du sommet, Kadhafi a déclaré qu’une nouvelle organisation, qu'il a appelé les « États-Unis d'Afrique », serait créée. Cependant, le nom "États-Unis d'Afrique" a été rejeté car la plupart des dirigeants ont préféré le nom "Union africaine". Ce projet, qui remonte aux années 1960, s'est concrétisé à une vitesse incroyable lors de la réunion au sommet tenue à Lomé, la capitale du Togo, en 2000, grâce aux initiatives de Kadhafi et aux fonds qu'il a investis. Estimant que la volonté du peuple ne devait pas être violée, Kadhafi était favorable à l'abolition des frontières. L'UA a été officiellement créée lors du sommet de l’OUA qui s'est tenu à Durban, en Afrique du Sud, du 8 au 10 juillet 2002. Inspirée du modèle de l'Union européenne, des Nations unies et des Etats-Unis, l’UA a renversé le projet "Etats-Unis d'Afrique" de Kadhafi en renforçant le pouvoir et la souveraineté des Etats existants. La nouvelle organisation a été conforme aux principes conservateurs du groupe de Monrovia, qui a façonné la politique de l'OUA, de facto, depuis sa fondation.



Banque Centrale et Monnaie Commune Africaine : Un Projet Qui Coute la Vie à Kadhafi

L'idée d'établir une banque centrale et une monnaie unique en Afrique trouve ses racines dans les objectifs initiaux fixés lors de la fondation de l'Organisation de l'unité africaine en 1963. L'idée est revenue sur le devant de la scène en 2001 lorsque l'organisation s'est transformée en Union africaine. Cependant, cette idée a été la plus soutenue par Kadhafi.

Le président libyen s'est efforcé de réaliser les rêves de Kwame Nkrumah et Cheikh Anta Diop, deux grands penseurs qui ont eu le mérite de formuler d'intenses théories sur l'urgence de l'unification africaine. Mouammar Kadhafi, différent de ces deux penseurs, est allé jusqu'à proposer la mise en place d'une Union monétaire africaine. Il a envisagé que le siège de l'Union monétaire serait à Yaoundé, la capitale du Cameroun. Pour sa construction et sa mise en place, Kadhafi a volontairement fait un don de 30 milliards de dollars. Kadhafi a également proposé la création de la Banque centrale africaine à Abuja, au Nigeria, qui assurera la régulation et la gestion de la monnaie africaine, qui sera fonctionnelle à partir de 2014.


Conclusion

Mouammar Kadhafi est un leader panafricaniste qui s'est efforcé de créer une union économique et politique des pays africains. Il a été largement critiqué pour son régime autoritaire et oppressif. Sa chute en 2011 a été le résultat d'une révolution populaire soutenue par les forces de l'OTAN. Kadhafi, qui a d'abord soutenu le panarabisme, a été déçu par ses collègues arabes et est ensuite tourné vers le panafricanisme. Malgré un engagement panafricaniste tardif, Kadhafi fait partie des panafricanistes les plus pragmatiques. Le projet de la Monnaie commune africaine et de la Banque centrale africaine continue d'être parmi les projets les plus ambitieux du panafricanisme.

420 görüntüleme

Comments


bottom of page