top of page
  • Yazarın fotoğrafıEndris Mekonnen Faris

Les défis persistants des politiques sociales en Afrique

Prélude

En 2022, 33 des 46 nations figurant sur la liste des pays les moins avancés des Nations Unies se trouvaient en Afrique, soit 61 % du continent. Les données indiquent que ce chiffre est resté relativement inchangé au cours des dernières décennies, ce qui témoigne de l'échec perpétuel de l'Afrique à résoudre ses problèmes sociaux chroniques.



La politique favorise ou entrave l'élaboration et la mise en œuvre des politiques sociales, instruments qui constituent les solutions aux problèmes sociaux. Les politiques destinées à répondre aux défis sociaux urgents sont toutes conçues dans le cadre d'un gouvernement politiquement stable. Plus la stabilité politique d'une société donnée est longue, plus il y a de chances que des solutions d'atténuation voient le jour. Un gouvernement en proie à des conflits s'occupe principalement des questions de lutte pour le pouvoir qui impliquent généralement des cliques d'un groupe belligérant. Plus le conflit d'un groupe belligérant se prolonge, plus les bouleversements dont la société est destinée à souffrir sont longs.


Ainsi, l'instabilité politique de l'Afrique explique, entre autres, par les échecs incessants des politiques sociales du continent. Comment la nation africaine postindépendance est-elle réellement affectée par les politiques sociales qui visent à remédier aux problèmes chroniques ?



Perspectives de l'impact des politiques africaines sur les politiques sociales

Au cours des dernières décennies, depuis l'indépendance du continent des chaînes physiques de la colonisation, la politique africaine a maintenu des perspectives peu prometteuses. La vague de libération collective des années 1960 de la domination oppressive européenne n'a pas réussi à traduire l'élan en une paix et un changement significatif et durable dans la politique intérieure et régionale, à quelques exceptions près, comme le Botswana. L'Afrique n'a pas réussi à passer de la liberté à la stagnation politique. Quelques caractéristiques prédominantes expliquent la hantise de la politique africaine.


Des guerres éternelles

Selon l'Académie de Genève, une plateforme qui surveille plus de 110 conflits armés dans le monde, en 2022, l'Afrique sera le théâtre de plus de 35 conflits armés. La fin de la colonisation en Afrique a ouvert une ère de conflits sans fin. Des guerres sans fin dominent la sphère politique africaine postindépendance. Les conflits africains se poursuivent. Les guerres sans fin du continent se poursuivent, de l'Afrique centrale en proie à l'enfer aux criques chargées de rebelles de la région pétrolière du Nigeria, qui constitue la plus grande région aquatique du continent africain. D'autres coins du continent ne sont pas différents, ce qui donne l'impression qu'une bonne partie des pays d'Afrique sont soit le théâtre de conflits actifs, soit dans une atmosphère politique de paix et de non-guerre. Les guerres omniprésentes ont entraîné la perte de millions de vies africaines au cours des décennies et ont continué à entraver les politiques sociales.



Pas d'exercice de démocratie

La plupart des pays d'Afrique sont théoriquement démocratiques, en grande partie grâce à la troisième vague de démocratie des années 1990, qui reflète la théorie des vagues de démocratie de Samuel Huntington. Les principales institutions démocratiques, telles que les cours constitutionnelles et les commissions électorales, sont connues pour s'être enracinées sur le continent. Néanmoins, cela ne reste vrai que sur le papier et moins d'Africains pensent que le continent est démocratique, et la satisfaction à l'égard de la démocratie continue d'être encore plus faible et de chuter plus rapidement, selon l'Afrobaromètre 2023.


Le défi débilitant de l'Afrique découlant de l'absence pure et simple d'un exercice démocratique sain pourrait s'expliquer par la tradition inchangée des dirigeants africains, plus soucieux de rester éternellement au pouvoir que d'aider l'Afrique à exercer la démocratie. Ces dernières années, l'inquiétude grandit de manière alarmante : l'Afrique connaît une résurgence des changements anticonstitutionnels de gouvernement et de la vague de coups d'État qui a débuté en 2020. L'institutionnalisation de la démocratie en Afrique a connu des progrès tangibles, mais la fonctionnalité des institutions en termes de promotion de la démocratie continue d'être entravée par des facteurs liés à la politique intérieure. En l'absence d'exercices démocratiques consolidés, les politiques sociales restent au second plan, ce qui entraîne la perpétuation de problèmes sociaux profondément enracinés.


Pas de coopération solide

L'Afrique a été témoin d'un écart de plus en plus grand entre le nombre de plates-formes de coopération créées et leur opérationnalité réelle. Les États africains sont de plus en plus interconnectés par le biais de multiples plateformes de coopération régionales et continentales. Les structures de connexion pourraient théoriquement permettre à un État particulier de tendre la main à un autre et de coopérer de manière transparente. La question est toutefois de savoir comment les connexions croissantes des États africains se traduisent par une coopération solide qui contribue à la mise en œuvre des politiques sociales.


Les analystes s'accordent à considérer les plateformes de connexion africaines comme une cacophonie institutionnelle avec des niveaux de coopération médiocres et une coordination inefficace. Trois facteurs principaux expliquent cette situation.



Tout d'abord, la coopération semble dépendre fortement de la nature du leadership et du niveau individuel. Les coopérations pourraient évoluer et disparaître en fonction de la nature des conditions politiques des dirigeants plutôt qu'en fonction de la nécessité de répondre à des défis majeurs qui affectent les États coopérants en commun.


Deuxièmement, il y a le manque de cohérence nationale et régionale. Étant donné le fait flagrant que les États africains qui partagent des frontières partagent également des problèmes sociaux propres à leur voisinage, la cohérence aux niveaux national et régional continue d'être la considération la plus négligée. Observer un défi social particulier en termes nationaux et régionaux signifierait un fort sentiment de coopération menant à une solution partagée et significative.



Le troisième facteur est lié à la vulnérabilité persistante du continent. Il s'agit de l'extrême dépendance à l'égard des soutiens extérieurs. Les États européens et d'autres acteurs internationaux occupent des positions centrales dans les plateformes d'auto-coopération et les activités conçues par les pays africains. Cette dépendance est devenue si importante que les politiques sociales du continent ont été essentiellement définies par les soutiens extérieurs de l'Occident. La capacité des politiques sociales africaines à changer les choses sur le terrain dépend en grande partie du soutien apporté par l'étranger, qui est de loin inefficace et chargé d'intérêts qui considèrent les problèmes sociaux africains comme secondaires.


Conclusion

Le principal défi de l'Afrique en matière de politiques sociales inefficaces est d'ordre politique. Les politiques du continent, toujours compliquées et médiocres, entravent les politiques sociales. Les chiffres soulignent l'impact dévastateur des politiques africaines sur les politiques sociales. L'État est au cœur du programme de développement qui lui confère un rôle de premier plan dans la coordination des efforts par l'élaboration de politiques sociales visant à relever les défis auxquels la société est confrontée. Plus les politiques du continent sont saines, plus les politiques sociales conçues pour traiter les problèmes sociaux en expansion sont opérationnelles.



Et ce n'est pas sans un exemple de modèle au sein du continent africain, où le Botswana, prospère et florissant, pourrait être mentionné. Le Botswana est l'un des pionniers de l'élaboration et de la mise en œuvre d'un ensemble de politiques sociales qui ont fait du pays un État-providence de premier plan en Afrique. La réussite du Botswana dans le domaine des politiques sociales est le résultat d'une politique fonctionnelle dont les Gaberones ont continué à bénéficier depuis les années 1960, après l'indépendance.


References


3 görüntüleme
bottom of page