top of page
  • Yazarın fotoğrafıEndris Mekonnen Faris

Le Tchad de l'après Idriss Déby : la stabilité politique en question

La stabilité politique de plusieurs Etats africains, dont le Tchad, n'a jamais été le fruit d'institutions démocratiques. Au contraire, la stabilité politique d'un certain nombre d'États du continent a été fortement liée, pendant des décennies, à un homme fort et à un parti politique fort.



En mourant le 19 avril 2021, à la suite d'une attaque rebelle, Idriss Déby a quitté le pays qu'il avait dirigé pendant plus de trois décennies. Feu Déby avait hérité d'un pays secoué par l'anarchie et les conflits, promettant une stabilité durable grâce à l'instauration d'une démocratie multipartite. Sous son règne, le Tchad est resté instable et non démocratique. Comment ce pays enclavé, situé au carrefour de l'Afrique du Nord et de l'Afrique centrale, se présente-t-il aujourd'hui entre les mains de son dirigeant actuel, le plus jeune des Déby, le général Mahamat Idriss Déby ?


La transition du pouvoir de Déby père à Déby fils

Juste après une élection controversée qui visait à prolonger ses 30 ans de règne, le maréchal Idriss Déby, aujourd'hui décédé, s'est rendu dans la région nord du Tchad, déchirée par les conflits. Cela devrait être conforme aux rapports intermittents qui affirment le lancement d'offensives par le groupe rebelle le plus puissant, à savoir le Front pour le Changement et la Concorde au Tchad (FACT), principalement actif dans le sud de la Libye. Alors que le Tchad tenait ses élections générales, la région hostile a retrouvé une couverture médiatique de plus en plus continue, faisant état d'assauts du même groupe rebelle. Alors que les résultats des élections annonçaient la réélection de Déby pour un nouveau mandat de 6 ans, les Tchadiens ont reçu une nouvelle de dernière minute qui rapportait l'assassinat tragique du président pendant le conflit, citant des témoignages officiels.


L'armée a annoncé la mort du président du Tchad le 20 avril 2021, dont le nouveau mandat venait d'être prolongé la veille de son assassinat, ainsi que la mise en place d'un gouvernement de transition sous l'égide du Conseil militaire de transition. L'armée a informé les Tchadiens et le monde entier de la transition du pouvoir entre Déby père et le général inexpérimenté Déby fils, âgé de 37 ans. Les analystes tchadiens ont souligné que la prise de pouvoir du fils était inévitable, citant des indicateurs précurseurs observables, et ont fait valoir que l'assassinat d'Idriss Déby a signifié que l'attente évidente s'est produite plus tôt que prévu.



La perpétuation d'un héritage et les frustrations qui en découlent

Comme son aîné au début des années 90, le fils Déby a hérité de son père d'un Tchad en proie à l'instabilité et d'une armée divisée. Se référant à cette instabilité et au besoin urgent d'unifier la nation, le nouveau dirigeant a proposé une période de transition de 18 mois renouvelable qui se terminerait par la mise en place d'un régime civil. Malgré les affirmations officielles répétées selon lesquelles la nation centrafricaine a progressé vers une stabilité politique significative, d'autres contestent cette affirmation. Ce dernier argument semble pratique en raison des développements frustrants qui ont suivi la fin de la période de transition susmentionnée, qui n'a pas vu d'élections ni de gouvernement civil.


Au contraire, au début du mois d'octobre 2022, le gouvernement de Déby Jr, dirigé par des militaires, a annoncé la prolongation de la transition de deux années supplémentaires. La nouvelle période de transition est sanctionnée comme une période non renouvelable, mais aucune date d'élection n'a été fixée, ce qui rend l'incertitude persistante encore plus complexe. En effet, le Conseil militaire de transition, vieux de 18 mois, a été dissous pour être remplacé par le Conseil national de transition qui l'a autorisé à se présenter à la magistrature suprême dans deux ans. Cela donne l'occasion d'introduire un processus démocratique qui commence par permettre aux citoyens d'élire leur dirigeant compétent et d'instaurer un régime civil. Seul ce dernier pourrait garantir une stabilité durable, car ses outils permettent l'implication d'acteurs politiques non armés d'origines diverses. Cette possibilité semble toutefois limitée dans le Tchad de l'après-Idriss Déby, ce qui risque d'aggraver les crises non résolues que N’Djamena ne cesse d'entretenir.


L'aggravation prévisible de l'instabilité au Tchad

Les instabilités politiques persistantes qui s'étendent aux quatre coins de l'Afrique ont pu être expliquées de manière empirique et sont largement associées à l'implication majeure des approches militaires. Le Tchad ne fait pas exception à cette explication sous-jacente en ce qui concerne le manque de progrès de N'Djamena dans l'instauration de règles civiles induites par la démocratie. Il en résulte une crise politique renouvelable où les dirigeants autoritaires se succèdent. Actuellement, deux facteurs interdépendants peuvent expliquer l'aggravation prévisible de l'instabilité que connaît le pays d'Afrique centrale.


Tout d'abord, l'approche essentiellement militaire qui a défini la politique du Tchad depuis son indépendance dans les années 1960. Les hommes en uniforme n'ont jamais cherché à adopter une approche civile indépendante pour corriger les défauts politiques internes et sont restés des acteurs clés influençant et décidant de manière décisive des sphères tchadiennes de la vie politique, sociale et économique.



Cela explique ce que le Tchad post-Idriss Déby continue d'être ces dernières années. Le jeune Déby ne fait que prolonger l'approche militaire enracinée que son père a appliquée au cours des 30 dernières années. L'incapacité du général à tenir ses promesses d'organiser des élections dans un délai de 18 mois et de conserver le pouvoir pendant deux années supplémentaires est le signe précurseur de ses actions. Le fait qu'il soit issu de l'armée semble facilement compromettre la possibilité de transformer le Tchad en une démocratie avec un régime civil élu. Au fur et à mesure que le nouveau dirigeant militaire consolide son pouvoir, la possibilité de ramener le pays à la transition démocratique promise s'envole en fumée. Cela ne fait qu'accroître les crises internes qui, à leur tour, élargissent la préférence pour la sécurité au détriment de la démocratie.


La deuxième question brûlante vient s'ajouter à l'insulte. Il s'agit du conflit dévastateur en cours dans le pays voisin, le Soudan. Le Tchad se trouve à proximité des frontières du Soudan, dont la crise politique actuelle affecte le plus le pays. Les conditions politiques, bonnes ou mauvaises, au Soudan, nolens volens, ont toujours affecté le Tchad qui partage non seulement des frontières naturelles mais aussi des points communs psychologiques, culturels, historiques et religieux.


Au cours du mois dernier, depuis que la violence a éclaté dans la capitale Khartoum entre les généraux soudanais qui dirigent l'armée et une force paramilitaire en raison d'une lutte de pouvoir non résolue, le Tchad, déjà démuni, ressent la crise humanitaire qui se développe dans la corne de l'Afrique. Selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés, plus de 60 000 Soudanais, principalement des femmes et des enfants, ont afflué depuis que le conflit a éclaté dans l'un des pays les plus affamés du monde. Cela représente 30 % des réfugiés soudanais qui ont fui vers d'autres pays de la région. Cette situation accroît considérablement la vulnérabilité du Tchad et affecte la politique fragile que N'djamina continue d'endurer depuis avril 2021.


Les luttes intestines dévastatrices au Soudan ne se limitent manifestement pas à ce pays. Des rapports indiquent que les Janjawids, toujours actifs à ce jour, opèrent dans l'est du Tchad. Il s'ensuivra une réaction directe du gouvernement tchadien en réponse à la demande émanant potentiellement de l'un des belligérants à Khartoum. Cette dynamique entraînera une exacerbation significative de la situation politique fragile et non résolue au Tchad.


References

2 görüntüleme
bottom of page