top of page
  • Kheireddine Saidi

Le développement des relations historiques et politiques entre la Russie et l'Algérie

Les relations russo-algériennes remontent à des stades avancés de l'histoire, puisque les premières frictions ont eu lieu aux XVIe et XVIIe siècles. La flotte navale algérienne attaquait les navires occidentaux en Méditerranée, et la Russie a alors été contrainte, pour assurer son commerce en Méditerranée, de négocier avec la flotte algérienne et de conclure des accords d'amitié qui protègent ses navires marchands.

Puis la communication russo-algérienne est interrompue pendant l'occupation française de l'Algérie durant la période (1830-1954), et la communication entre les deux parties est renouvelée par le soutien de la Russie orientale à la révolution algérienne contre l'occupation française en 1954, car la Russie a vu que cette révolution était une révolution ouvrière contre la domination capitaliste occidentale. Dans le cadre du conflit qui existait dans le monde entre le camp communiste dirigé par la Russie et le camp capitaliste dirigé par les Etats-Unis, la Russie avait déclaré son soutien matériel, diplomatique et militaire au peuple algérien contre l'hégémonie française dans le pays.

C'est pourquoi l'Union soviétique a soutenu à cette époque l'activité révolutionnaire algérienne. Elle a confirmé à plus d'une occasion qu'elle était aux côtés du peuple algérien et du parti du Front de Libération, représentant officiel du peuple algérien.


La position russe d’alors sur la question algérienne a eu une grande influence sur la politique de l'Algérie après l'indépendance, car l'Algérie s'est retrouvée sympathisante du camp de l'Est contre l'impérialisme occidental. L'Algérie a adopté le système socialiste en 1962 et a annoncé ses partenariats économiques et culturels avec l'Union soviétique. Cela ne s'est pas arrêté là. Au contraire, les relations se sont renforcées entre les deux nations lorsque l'Algérie indépendante a envoyé ses étudiants militaires et civils rejoindre les écoles militaires soviétiques. La plupart des compétences algériennes ont été formées dans les écoles russes. L'armée algérienne a été fortement influencée par la structure et l'organisation de l'armée soviétique. Cela a incité le décideur politique à compter sur la Russie pour armer l'armée algérienne.

La Russie voyait en l'Algérie l'allié stratégique révolutionnaire fort dans la région par rapport à la Tunisie et au Maroc. Wheel Habib Bourguiba en Tunisie représentait la tendance occidentale pour la Russie, et il en était de même pour le Maroc, l'Union soviétique estimant que le Maroc était soumis au contrôle occidental. Pour l'Algérie, il s'agissait de rester le partenaire stratégique fort dans la région.

C'est pourquoi les relations se sont fortement développées entre les deux entités, notamment dans les années 70, lorsque les chefs des deux pays se sont rendus mutuellement visite et que la Russie a réalisé un certain nombre d'investissements en Algérie. Lorsque le président algérien Houari Boumediene est tombé gravement malade, cela est resté un secret, et il a choisi d'aller se faire soigner en Russie en raison de sa confiance absolue dans ses dirigeants politiques et militaires.


Les relations entre les deux pays ont connu une certaine apathie, due à la mauvaise situation que vivait l'Union soviétique dans les années 80 et 90, et les relations se sont renforcées après l'arrivée d'Abdelaziz Bouteflika à la présidence de l'Algérie en 1999. Des accords d'armement ont été signés lors de sa visite en Russie, pour une valeur de 8 milliards de dollars.


Au début de son règne, il a misé sur les alliés traditionnels de l'Algérie, à leur tête la Russie. Les Russes ont salué le retour de relations chaleureuses entre les deux pays, et c'est pourquoi le président algérien a été accueilli plus d'une fois à Moscou. Les deux pays ont réussi, compte tenu de leurs intérêts communs, notamment la vente de gaz à l'Europe, à conclure des accords bilatéraux concernant le marché du gaz. Les deux pays ont plutôt cherché à créer un organisme économique qui régule le marché du gaz. Cependant, les faibles prix du gaz n'ont pas permis de poursuivre le projet dans sa première phase.

La Russie a continué à considérer l'Algérie comme un allié stratégique, surtout après la hausse des prix du pétrole à des niveaux records, qui a permis à l'Algérie de réaliser des excédents commerciaux dépassant les 1000 milliards de dollars. L'Algérie en avait besoin à l'époque, pour tenter de briser le siège que lui imposait l'Occident en matière d'acquisition d'armes, et les deux pays ont réussi à conclure des accords d'armement entre les deux pays dont la valeur a dépassé 30 milliards de dollars.


D'importants contrats d'armement ont ramené la relation politique entre les deux pays au sommet. La Russie a trouvé en l'Algérie un allié stratégique traditionnel solide. La confiance entre les deux pays a augmenté après la position d’Alger, qui a refusé d'accepter de sanctionner la Russie aux Nations unies en raison de la guerre en Crimée. L'Algérie a également refusé de condamner l'intervention militaire russe en Syrie, car elle estime que la continuité du régime syrien au pouvoir doit être préservée car il est le seul garant de la non-désintégration de la Syrie. En retour, la Russie n'a pas caché son soutien total à l'Algérie sur de nombreuses questions internationales telles que la question du Sahara occidental.

De même, les relations algéro-russes ont connu un développement remarquable et significatif au cours des dix dernières années, qui s'est concrétisé par la vente exclusive de certaines armes stratégiques par la Russie à l'Algérie uniquement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, telles que : S-300 et S-400 pour l'Algérie uniquement dans la région, et celle-ci a obtenu une offre de la Russie pour lui vendre un escadron d'avions et la version améliorée. En plus du chasseur russe Sukhoi 35 et Sukhoi 57, et des sous-marins avancés, et les deux pays ont convenu d'établir un partenariat dans les industries militaires en Algérie.

La relation forte entre l'Algérie et la Russie a également été incarnée par le soutien de la Russie pendant le mouvement populaire EL-hirak qui a eu lieu en Algérie en 2019 avec le régime politique au pouvoir, affirmant que le chaos ne servira pas l'Algérie ou la région.

Pendant le mouvement populaire en Algérie, une délégation politique de haut rang s'est rendue en Russie, et a rencontré le président russe Vladimir Poutine, qui a exprimé son soutien au cours politique en Algérie, et a salué les mesures prises par le chef d'état-major militaire, Ahmed Gaid Salah, pour démettre l'ancien président Abdelaziz Bouteflika.

La Russie a également été la première à féliciter l'actuel président algérien Abdelmadjid Tebboune après son élection à la présidence de l'Algérie en fin 2019. Le président algérien a confirmé immédiatement après son élection que la Russie est un allié stratégique et fiable de l'Algérie et qu'il n'y a aucune intention de l'abandonner.


Le président algérien a plutôt invité le président Poutine à se rendre en Algérie et à renforcer davantage les relations entre les deux pays. C'est ce qui s'est produit. Cela s'est traduit par le choix de l'Algérie par la Russie comme partenaire pour la production du vaccin russe Sputnik contre le Covid.

Un accord a également été conclu entre l'Algérie et la Russie en 2020 pour activer un partenariat stratégique entre les deux pays, et la presse a parlé d'un accord sur de nouvelles armes d'une valeur de 13 à 17 milliards de dollars. C'est dans le cadre d'un accord de partenariat stratégique que les deux parties prévoient de signer au cours de cette année 2022. La Russie a exprimé sa joie et son approbation de la demande formelle de l'Algérie de rejoindre le groupe économique BRICS, dont la Russie est un membre fondateur et qui comprend la Chine, l'Inde, l'Afrique du Sud et le Brésil.

L'un des résultats de cet accord a été que quelques parlementaires du Congrès américain ont soumis une demande au gouvernement américain d'imposer des sanctions à l'Algérie en raison des grandes transactions d'armes avec la Russie. Le 14 novembre 2022, le président de l'Assemblée populaire algérienne a reçu l'ambassadeur de Russie en Algérie, M. Valerian Shuvaev. Les deux hommes ont passé en revue les relations historiques entre les deux. Il a été convenu de la nécessité de promouvoir la coopération entre les deux pays, notamment dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Il a également été convenu de planifier la visite du président algérien en Russie avant la fin de cette année.

En définitive, nous pouvons dire que les relations algéro-russes, depuis le début de la révolution algérienne en 1954, ont été exemplaires, et ces relations sont restées en développement continu jusqu'à atteindre aujourd'hui une étape distinguée pour les deux parties dans une relation gagnant-gagnant pour chacune des deux parties.

13 görüntüleme
bottom of page