top of page
  • Muhammed Abdalla Khazin

Femme Écrivain Dans La Littérature Africaine : Le Cas De Mariama Ba

La littérature africaine est un domaine important dans la littérature mondiale, avec des écrivains de renom que l'on doit connaître. Parmi les exemples notables, on peut citer Najib Mahfouz d'Egypte, Tayeb Salih et Abdelaziz Baraka Sakin du Soudan, Chinua Achebe du Nigeria, Mohamed Choukri du Maroc, Aboul-Qacem Echebbi de Tunisie, Nadine Gordimer d'Afrique du Sud et Mariama Ba du Sénégal. Ces écrivains ont contribué à la littérature africaine en écrivant des œuvres remarquables. La littérature africaine couvre une vaste gamme de sujets et est écrite dans de nombreuses langues.



Femme écrivain dans la littérature africaine

Bien que la plupart de la littérature africaine ait été écrite par des écrivains masculins, une partie de cette littérature a été enrichie par des écrivaines. Il existe de nombreuses figures féminines dans la littérature africaine, telles que Zukiswa Wanner de Zambie, Chimamanda Ngozi Adichie du Nigeria, Olive Schreiner d’Afrique du Sud, Waris Dirie de Somalie et Mariama Ba du Sénégal, pour ne citer que quelques-unes. Les femmes écrivains africaines ont produit divers genres littéraires, tels que des romans, des essais, des histoires, des articles, des journaux intimes, des scénarios, du théâtre, et ce depuis l'histoire jusqu'à nos jours de la littérature africaine. Pour cette raison, les femmes écrivaines sont devenues un élément essentiel de la littérature africaine. Parmi cette littérature africaine diverse et colorée, la littérature sénégalaise joue un rôle important. La littérature sénégalaise a présenté différents écrivains, poètes et artistes à la littérature africaine, du passé jusqu'à aujourd'hui. Dans cet article, nous allons discuter de l'un des écrivains importants du Sénégal, Mariama Ba.



Femme écrivain dans le roman de la littérature africaine, Le cas de Mariama Ba

Mariama Ba est l'une des artistes les plus importantes du Sénégal et a apporté une grande contribution à la littérature africaine en général, et à la littérature sénégalaise en particulier. Cette auteure estimée a fait une entrée remarquée sur la scène littéraire africaine avec son premier roman, Une si longue lettre, publié en 1979. Née en 1929 à Dakar, au Sénégal, elle a eu la chance d'être éduquée à Rufisque, à l'école normale pour filles, ce qui était rare pour une femme de sa génération. Elle a été élevée par ses grands-parents et a également étudié le Coran pendant les vacances. Ba a commencé à écrire dès son plus jeune âge, et ses premiers articles reflétaient une vision critique de la société, qui est devenue son style d'écriture caractéristique. Elle a participé activement à des associations de femmes sénégalaises, dans le but d'éliminer les inégalités entre les sexes. Cet engagement pour la cause des femmes l'a inspirée à écrire son roman le plus célèbre, Une si longue lettre, une œuvre magistrale sur la vie des femmes africaines.[1]



Le roman commence par la phrase : « Chère Aissatou, j'ai reçu ta lettre et je commence ce journal en réponse ». La fin du roman est scellée par ces phrases, le mot « bonheur » a vraiment un sens, n’est-ce pas ? Je pense que j’ai encore écrit une très longue lettre...


Le roman commence par des phrases très impressionnantes qui donnent au lecteur le sentiment de vivre au Sénégal au milieu du 20ème siècle. La simplicité de la narration et la beauté des descriptions envoûtent le lecteur dès les premières pages. La lecture du roman peut inciter à la réflexion, susciter la tristesse ou même provoquer des larmes. On peut suivre avec intérêt la vie de Ramatoulaye, personnage principal du roman, ou admirer le courage d'Aissatou, son amie proche. Ce livre porte un message d'espoir : il est possible de réaliser ses rêves et d'atteindre ses objectifs. Une si longue lettre est considérée comme l'une des plus belles œuvres de Ba. La clarté et l'élégance de l'écriture de l'auteur se reflètent dans ce roman, qui est également une source précieuse d'informations sur la vie et la pensée des femmes sénégalaises, ainsi que sur les traditions de leur peuple. En effet, ce livre est une véritable fenêtre ouverte sur le Sénégal et sur les différentes communautés qui y vivent. Ba était un enseignant et un surintendant qui croyait en l'importance des écrivains dans le progrès du pays. Selon lui, le devoir sacré de l'auteur était de résister aux pratiques, aux traditions et aux coutumes anciennes qui ne faisaient pas vraiment partie du patrimoine culturel du pays.[2]


Dans ce roman écrit par Mariama Ba, l'auteur aborde la question de la liberté des femmes. Au lieu d'être confinées au rôle de femmes au foyer, les femmes sont présentées comme des entrepreneuses au sein de leur communauté et participent activement à la vie politique. Un personnage masculin ne voit pas d'avantages à épouser plusieurs femmes. L'auteur remet également en question certaines traditions sénégalaises, telles que les coûts excessifs des funérailles qui pourraient être mieux dépensés pour des soins médicaux. Sur ce, elle mentionne : « Je pense que combien de vies auraient pu être sauvées si le parent ou l’ami du défunt avait pris les médicaments nécessaires ou avait été hospitalisé avant que cette personne ne dépense cet argent pour les funérailles.[3] Ba explique que ces traditions sont particulièrement préjudiciables aux femmes, comme le montre le traitement injuste des veuves qui sont souvent laissées dans le besoin. Ba critique ces pratiques et soutient que les auteurs ont un rôle important à jouer dans la critique des pratiques traditionnelles qui ne sont pas compatibles avec les valeurs culturelles fondamentales.



Discours et Personnage Féministes du Roman

Le personnage de Ramatoulaye dans le roman semble avoir été traité de manière juste lors de la répartition de l'héritage après la mort de son mari Modou. Avant le décès de Modou, le couple avait acheté leur maison en partenariat, de sorte que « même si les papiers de la maison étaient au nom de Modou, elle était la propriété commune des deux : « elle était achetée avec l'argent que nous gagnions tous les deux ensembles.»[4] Mariama Ba, l'auteure du roman, considérait cette pratique comme injuste et impolie, car elle bafouait les droits des femmes.


Dans le roman, Ramatoulaye est décrite comme une belle veuve, qui a reçu de nombreuses propositions de mariage, y compris de Daouda Dieng, qui voulait construire une maison avec elle. Cependant, elle a choisi d'épouser Modou et a vécu avec lui pendant 25 ans. Malgré son âge, elle est restée belle après la mort de son mari.[5] Elle a expliqué que sa beauté était due à sa dignité, sa propreté et sa grâce. Parce qu’il pensait qu'« une femme devrait épouser l’homme qui l’aime [6]». Une personne est d’avis que si elle épouse la personne qu’elle aime, elle trouvera plus de paix. Aimer et être aimé est « le secret du bonheur perpétuel. [7]


Après le décès du mari de Ramatoulaye, de nombreux prétendants sont venus la demander en mariage. Cependant, cela ne l'a pas rendue heureuse car elle se sentait oppressée par leur constante arrivée. En conséquence, la ville l'a traitée de lionne et de folle en raison de son refus constant. Touchée par cette situation, Ramatoulaye a envoyé une lettre à son amie Aissatou intitulée « Aissatou, je ne peux pas trouver la paix même dans les vêtements d’âge ». [8]


Aissatou a répondu à la lettre de Ramatoulaye, mais elle a pensé différemment de cette dernière. Aissatou pensait que Ramatoulaye devrait se remarier avec un autre homme et accepter les propositions qu'elle avait reçues. Elle a écrit dans sa lettre à Ramatoulaye : « Qui pensez-vous être ? Vous avez osé piétiner Wolere. Vous poussez votre chance ; Daouda Dieng est un homme riche, un médecin de votre groupe d'âge et il n'y en a qu'un seul propriétaire. Il vous promet amour et sécurité, mais vous refusez. Même beaucoup de femmes de l'âge de Baba voudraient être à votre place. Vous dites que vous avez besoin d'amour, pas de pain. Puisque vous voulez que votre cœur batte vite, vous avez besoin de fleurs, n'est-ce pas, comme dans les films.»[9] Bien que cette réponse puisse sembler logique pour Aissatou, Ramatoulaye ne l'a pas acceptée. En tant que veuve, elle n'a plus l'intention de se remarier. Les raisons de cette décision peuvent être la pression de la société ou la persécution qu'elle a subie pour l'héritage après la mort de son mari. Ramatoulaye a rejoint le mouvement féministe et a radicalement changé sa perspective après avoir rejoint la politique. Elle disait d'elle-même : « J'étais encore Ramatoulaye, un peu rebelle. »[10]


Ce qui est frappant dans le roman, c'est que Mariama Ba, tout en présentant les protagonistes, dépeint les femmes comme étant contentes et fières d'être des femmes, ainsi que fortes et courageuses. Un extrait des lettres échangées entre Aissatou et Ramatoulaye est le suivant : « Oh, être une femme, c'est vivre la vie d'une femme. Oh Aissatou. Selon la personnalité de 'Ramatoulate', la saveur de la vie est l'amour. Et son sel, c'est l'amour. »[11] L'amour, la paix et l'affection sont donc des thèmes importants de ce roman.


Mariama Ba a créé le personnage éclairé de Ramatoulaye, qui se bat pour les droits des femmes. L'auteur a défendu avec force la nécessité d'une voix féminine à travers ses personnages. En utilisant les personnages de Ramatoulaye et Aissatou, elle a expliqué les concepts larges du mouvement féministe et a affirmé qu'une femme devrait être représentée à l'Assemblée nationale.

Par exemple, lorsque Ramatoulaye a exprimé sa personnalité lors de son discours à l'Assemblée nationale, où elle a été qualifiée de féministe, cela prouve clairement qu'elle a défendu le féminisme. Comme les hommes, « nous avons le droit à l'éducation et nous devons être capables de poursuivre cette éducation jusqu'aux limites que notre intellect peut nous porter. Nous avons le droit d'occuper des emplois bien rémunérés et de bénéficier des mêmes opportunités. »[12]


Mariama Ba ne préférait pas qu'une femme siège uniquement à l'Assemblée nationale. Elle écrit plus précisément : « Quand aurons-nous la première femme Premier ministre qui contribuera au développement du pays ? Quand l'éducation sera-t-elle considérée en fonction des capacités des enfants et non de leur sexe ? »[13] Elle pose des questions comme celles-ci et cherche des réponses. Mariama ne traite pas les questions du mariage et du mouvement féministe, mais elle ne mentionne pas non plus la question du divorce, qui est si courante dans nos vies. L'institution du mariage n'est pas une « chaîne ». Ce n'est qu'une décision commune prise pour le cours de la vie. Ainsi, si l'un des partenaires n'est plus satisfait de la situation, pourquoi devrait-il continuer ? Cela pourrait être Abou (l'homme) ou moi. Pourquoi pas ? La femme peut également être celle qui décide de partir.

Dans son roman, Mariama Ba présente des personnages qui défendent le féminisme. En outre, Ramatoulaye a un caractère cultivé et est dépeinte comme une femme forte, perspicace, éduquée et politique. Dans ce livre, Ba se concentre sur le mouvement féministe et la politique. « Si seuls les hommes sont actifs dans les fêtes, pourquoi devraient-ils penser aux femmes ? Il est tout à fait naturel pour la personne qui partage le gâteau de se réserver la plus grosse part. »[14] Je suis encore Ramatoulaye, un peu rebelle.


Bibliographie

Mariama Ba, A Long Letter, Kaknüs Publications, 2e édition: Istanbul 2016.

[1] Une si longue lettre, p.1. [2] Une si longue lettre, p. 1. [3] Une si longue lettre, p. 11. [4] Une si longue lettre, p. 14. [5] Une si longue lettre, p. 67. [6] Une si longue lettre, p. 63. [7] Une si longue lettre, p.63. [8] Une si longue lettre, p. 62. [9] Une si longue lettre, p. 73. [10] Une si longue lettre, p. 65. [11] Une si longue lettre, p. 67. [12] Une si longue lettre, p. 65. [13] Une si longue lettre, p, 64. [14] Une si longue lettre, p, 78.

121 görüntüleme

Comments


bottom of page