top of page
  • Yazarın fotoğrafıEndris Mekonnen Faris

Démolition de mosquées en Éthiopie

Depuis les dernières semaines du mois de Ramadan, des informations inquiétantes concernant la démolition de mosquées dans la nouvelle ville de Shaggar, qui entoure entièrement Addis-Abeba, se sont multipliées. À la suite de la diffusion rapide de ces informations qui ont alarmé les musulmans éthiopiens, l'administration de la ville a été immédiatement contactée par les autorités musulmanes compétentes, qui ont exigé des explications solides et l'arrêt des mesures unilatérales inopinées. Cette démarche s'est toutefois soldée par un mépris inattendu et totalement ignorant, les autorités menaçant ouvertement de poursuivre la démolition des mosquées de la ville quoi qu'il arrive.


L'administration de la ville a intensifié la transformation des mosquées en ruines sans aucun respect pour les biens sacrés qu'elles contiennent. Les fidèles n'ont pas été autorisés à entrer dans leurs mosquées respectives pour y collecter des objets sacrés et précieux, qui ont tous été confisqués et emportés. La partie la plus douloureuse de cet acte impitoyable est la profanation du Coran, qui a suscité le ressentiment des musulmans et engendré des manifestations pacifiques de faible ampleur dans la ville et aux alentours.



Malgré le rejet des appels, les dirigeants musulmans continuent d'essayer d'atteindre les responsables en insistant sur l'arrêt des démolitions illégales de mosquées et en appelant à des discussions civilisées avant que la situation ne devienne incontrôlable. La dernière démarche entreprise par les musulmans éthiopiens pour tenter de trouver des solutions a consisté à envoyer des lettres officielles au gouvernement régional d'Oromia et au bureau du Premier ministre du gouvernement fédéral. En l'absence de toute réponse attendue, les musulmans n'ont eu à faire face qu'à une escalade de la démolition de leurs mosquées, ce qui a conduit à la manifestation de grande ampleur qu’ils ont organisée dans tout le pays le vendredi 26 mai 2023. Selon les rapports, le nombre de mosquées démolies a atteint plus de 20 lorsque les musulmans se sont mobilisés contre cet acte illégal pour la première fois avec un rassemblement d'une telle ampleur. Alors que la manifestation est restée entièrement pacifique, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur la foule innocente et ont tué deux musulmans éthiopiens à Addis-Abeba, en blessant plusieurs autres.


La manifestation s'est poursuivie pour la deuxième fois le 2 juin 2023 et les forces de l'ordre ont tué trois musulmans éthiopiens et en ont blessé des dizaines d'autres. Contraint par l'ampleur de la protestation, qui rappelle le mouvement pacifique des musulmans éthiopiens de 2011 à 2018 ayant conduit à l'éviction du gouvernement EPRDF dominé par le TPLF, le gouvernement régional d'Oromia s'est assis avec les dirigeants musulmans pour le premier dialogue ouvert de son histoire. La discussion bilatérale a débouché sur une solution prometteuse dont l'effet s'est manifesté par la fin de la prière du vendredi le 9 juin 2023.


L'argument de la démolition de la mosquée de la ville de Shaggar

Dernièrement, l'administration de la ville a tenté de justifier l'inacceptable démolition en invoquant l'illégalité des mosquées. Elle a ajouté que les mosquées n'étaient pas adaptées au prétendu plan directeur de la ville et qu'elles devaient être démolies. Cela va à l'encontre de trois arguments solides avancés par les musulmans éthiopiens.



Tout d'abord, si les mosquées de la ville de Shaggar sont démolies pour des raisons juridiques, la quasi-totalité des mosquées d'Éthiopie seront éliminées, ce qui privera les musulmans éthiopiens de leur droit de posséder des mosquées. Il n'existe littéralement aucune mosquée en Éthiopie qui ait vu le jour grâce aux procédures légales en vigueur. Le processus de légalisation des mosquées construites par les musulmans n'est intervenu que plus tard, alors que les musulmans les utilisent à l'issue d'une lutte acharnée contre une bureaucratie discriminatoire. Par conséquent, invoquer des justifications illégales pour démolir des mosquées est une extension violente de la même discrimination procédurale et n'est pas acceptable.



Deuxièmement, les mesures prises par la ville de Shaggar sont trop égocentriques, ignorantes et violentes pour être comprises. Ni les consultations ni les délibérations n'ont permis de persuader les musulmans. En fait, les musulmans seraient les premières et les seules victimes de la démolition inappropriée de leurs mosquées. Aucun autre rapport n'a encore été publié décrivant les mêmes mauvais traitements infligés aux citoyens chrétiens de la ville de Shaggar. Lorsque les musulmans ont soulevé des objections à cette mesure illégale, ils ont été accusés de ne pas soutenir les efforts de développement du gouvernement.


Enfin, le silence assourdissant des autorités et la réponse violente aux appels pacifiques à des solutions à l'amiable ont forcé les musulmans à penser que la démolition était liée à la promotion d'une religion particulière et à la purification des mosquées. Ceci est en accord avec la connaissance publique virale qui raconte que la région d'Oromia en général et la ville de Shaggar en particulier, travaillent pour une structure politique dominée par une seule religion, excluant les musulmans. Les statistiques indiquent que les musulmans constituent de loin la majorité de la nation oromo en Éthiopie. Un document récemment publié montre qu'il n'y a pas un seul musulman dans l'ensemble du cercle de pouvoir de la ville de Shaggar. Les musulmans éthiopiens ont donc du mal à comprendre l'argument de la ville qui prétend que l'élimination des mosquées dans la région même est liée à la mise en place du plan directeur.



Mosquées : Principale manifestation vivante de l'oppression des musulmans

Les bouleversements autour des mosquées constituent l'histoire troublante des musulmans éthiopiens. Les musulmans éthiopiens ont souffert et continuent de souffrir de la construction de mosquées dans leur pays. Il n'a jamais été facile pour les musulmans éthiopiens de posséder des mosquées. Le refus d'accorder des terres aux musulmans constitue un outil important d'oppression des musulmans éthiopiens par les souverains chrétiens qui ont régné sur l'État éthiopien. Les musulmans ont subi toutes sortes de préjudices liés aux questions qu'ils ont soulevées pour construire leurs mosquées. Ainsi, un pays de 120 millions d'habitants, dont la moitié est musulmane, ne possède pas une seule mosquée à la hauteur de l'histoire et de la grâce des musulmans éthiopiens. La grande mosquée Anwar d'Addis-Abeba a été construite pendant la courte période d'occupation de l'Italie, grâce au rôle protecteur joué par les Italiens dans les années 1920.


Les gouvernements chrétiens dominants n'ont jamais autorisé les musulmans à construire des mosquées, ce qui contraste fortement avec les églises somptueuses qui s'étendent abondamment sur de vastes terrains appropriés dans et autour de la capitale Addis-Abeba ainsi que dans toute l'Éthiopie.

Au fur et à mesure que les musulmans se sont renforcés, tant en taille qu'en capacité financière relative, ils ont commencé à construire des mosquées de petite taille sur des terrains acquis soit auprès de particuliers (propriétés individuelles), soit achetés à des citoyens. Vient ensuite la procédure la plus difficile, celle de la légalisation. Ce n'est qu'au cours des trois ou quatre dernières années que quelques mosquées d'Addis-Abeba ont reçu des documents garantissant leur légalité. La bureaucratie, largement occupée par les chrétiens, s'efforce de rendre pratiquement impossible la procédure d'octroi de terrains pour la construction de mosquées ou leur légalisation.



L'ampleur de la réaction des musulmans éthiopiens

La culture politique de l'Éthiopie reflète des discours politiques fondés sur l'identité. En tant que telle, la politique identitaire ancrée dans des explications historiques définit les orientations politiques actuelles de l'Éthiopie, garanties par la constitution actuelle. Une grande partie de la population éthiopienne s'identifie d'abord comme un groupe appartenant à l'une ou l'autre des entités politiques sous-nationales. Dans l'Éthiopie d'après 1991, il est courant de voir un citoyen s'identifier d'abord comme Oromo (par exemple), puis comme Éthiopien. Certains affirment que cela a affaibli l'affiliation des citoyens aux religions. La cause des musulmans éthiopiens a démenti cette affirmation à plusieurs reprises. La démolition de la mosquée de Sheger City en est un bon exemple.


Les musulmans éthiopiens, bien que divisés par un sentiment de nationalisme, convergent rapidement autour d'une cause particulièrement commune. Cela va à l'encontre des efforts incessants déployés par les politiciens pour diviser les musulmans. Des nationalistes oromo inconséquents ont lancé un appel de plus en plus pressant pour que les musulmans oromo ne s'opposent pas à un gouvernement qui leur serait propre et pour que les mosquées démolies n'appartiennent pas aux Oromos et soient illégales. Cette démarche a échoué de manière flagrante. L'ampleur de la réaction des musulmans éthiopiens a défié les attentes et est restée inclusive, les musulmans éthiopiens Oromo jouant un rôle assez important.


Une perspective : Le gouvernement d'Abiy et les relations entre les musulmans éthiopiens

Le mouvement pacifique important que les musulmans éthiopiens ont entrepris de la fin 2011 à 2018 a abouti à la mise en place du gouvernement d'Abiy. Dès son entrée en fonction, Abiy a procédé à des réformes populaires rapides dont les musulmans éthiopiens ont largement bénéficié. Ainsi, les musulmans ont le sentiment que la plus haute fonction de l'État éthiopien a été occupée pour la première fois par un dirigeant favorable aux musulmans, Abiy Ahmed.


Tout a commencé par la libération de dirigeants musulmans qui croupissaient en prison depuis plus de six ans, accusés de terrorisme. Cette mesure a été suivie d'une série de réformes étayées par des lois contraignantes, notamment la légalisation du Conseil suprême éthiopien des affaires islamiques (alias Majlis) par le biais d'une déclaration parlementaire. Les musulmans éthiopiens sont ainsi placés sur un pied d'égalité avec les autres groupes religieux, ce qui n'était pas le cas jusqu'en 2018. Le changement significatif comprend également l'autorisation de l'opérationnalité du système financier et bancaire sans intérêt qui vise à introduire des politiques financières et économiques inclusives dont les principales cibles sont les musulmans éthiopiens. Actuellement, quatre banques à part entière fonctionnent selon les principes d'un système sans intérêt et plus de 40 autres banques conventionnelles, y compris la plus grande banque, la Commercial Bank of Ethiopia, possèdent des succursales ou des systèmes de guichets.


Malgré l'interdiction de créer des partis politiques sur la base d'une religion, le gouvernement d'Abiy a ouvert la sphère politique à tous les segments de la société éthiopienne. Les régions à majorité musulmane ont été systématiquement mises à l'écart au cours des 27 dernières années et n'ont pas joué un rôle équitable dans la politique éthiopienne. Cela a changé aujourd'hui et les musulmans occupent des postes de décision clés, ce qui leur permet de donner le meilleur d'eux-mêmes à leur société et au pays en général.


Plus important encore, le gouvernement fédéral d'Abiy maintient une idéologie politique qui promeut la véritable couleur de la diversité de l'Éthiopie, reflétée en particulier dans la capacité de la nation à s'auto-identifier et à s'auto-réglementer au niveau de l'unité.


Cet établissement politique inscrit dans la constitution garantit la réalisation de deux objectifs interdépendants. D'une part, il représente le visage authentique de la politique éthiopienne. D'autre part, il assure la durabilité de l'unité du pays en répondant positivement à la question empirique des besoins politiques des habitants.


Tant que les dirigeants d'Abiy, tout au long de leur mandat, continueront à protéger et à promouvoir l'establishment politique, les musulmans éthiopiens s'efforceront de tolérer les irrégularités corrigibles. Ainsi, le ressentiment actuel qui émane de la ville de Shaggar pourrait être considéré comme trop peu pour nuire à la perspective relativement positive que les musulmans éthiopiens dans leur ensemble entretiennent à l'égard d'Abiy.

22 görüntüleme

Comments


bottom of page