top of page
  • Souandaou Athoumani Ali

Une Nation Née De L’hybridation Des Cultures Arabe Et Bantoue: La Diffusion De L’islam Aux Comores

Les Comores sont un archipel composé de quatre îles principales situées dans l'océan Indien, à l'entrée du canal du Mozambique. Les îles de Mayotte, Mohéli, les Grandes Comores et Anjouan sont réparties à égale distance (300 km) et sur l'axe Nord-Ouest-Sud-Est. L'Union des Comores est une république fédérale, qui a obtenu son indépendance de l'occupation française le 6 juillet 1975, mais Mayotte est toujours sous le gouvernement français (ICO-UNESCO, 1997, Idrıss, 2017). La culture comorienne est le résultat d'un mélange unique de swahili et d'arabe, résultant d'échanges humains, commerciaux et culturels dans la région de l'océan Indien depuis le 10e siècle. Les habitants parlent la langue comorienne, une langue bantoue fortement influencée par l'arabe et le swahili, qui était utilisée par les sultans dans leurs affaires administratives jusqu'au XXe siècle.



Les Comores ont connu des vagues migratoires de populations africaines, arabes, indiennes et austronésiennes, conduisant à un métissage culturel important et à la formation d'une culture swahilie originale sur la côte est-est de l'océan Indien. La langue swahili parlée aux Comores est différente de celle parlée dans d'autres régions, car elle est principalement basée sur l'arabe et le bantou, avec des mots dérivés de ces deux langues. Il y a deux dialectes de la langue Comores di lini : "Shingazidja" (Ngazidja) et "Shimwali" (à Mohéli), ainsi que "Shimaore" (à Mayotte) et "Shindzuanii" (Ndzuwani). Les Comores ont également joué un rôle important dans la propagation de l'islam en Afrique de l'Est, grâce à leur proximité géographique avec cette région. Une légende d'origine raconte qu'il y avait des ancêtres musulmans venus d'Iran ou d'Arabie (Anonyme, 2000).


Histoire de la propagation de l’islam aux Comores

Bien que les récits sur la propagation de l’islam dans les Comores soient différents, la version commune indique que les deux comoriens sont allées à Médine pendant le califat d’Outhman pour y apprendre l’islam. Les marins arabes qui visitaient ces îles depuis le VIIIe siècle ont également joué un rôle dans la propagation de l'islam. Une rumeur courante indique que l'islam aurait commencé à se répandre à partir de l'île d'Anjouan(Anonyme, 2002).


Les migrations des Arabes sunnites du golfe Persique et de l'Arabie du Sud vers la côte de l'Afrique de l'Est et les îles de l'océan Indien ont débuté au IXe siècle et se sont poursuivies jusqu'au début du XVIe siècle. En 975, Ali B. Issa a établi le sultanat de Kilve, qui a rapidement pris le contrôle de nombreuses colonies sur la côte est-africaine, y compris les Comores. Au XIe siècle, l'un des notables des Fatimides a quitté l'Egypte et s'est installé à Anjouan avec sa famille et son entourage. Cependant, selon le Kitâb-ı Bahriye du marin turc Pîrî Reis aux 13ème-16ème siècles, l'islam sunnite shafie était également répandu dans les Comores (Anonyme, 2002).


Aujourd'hui, les Comores comptent des centaines de mosquées et de nombreuses madrasas. Tous les enfants fréquentent les madrasas pendant deux ou trois ans à partir de l'âge de cinq ans, où ils apprennent les bases de l'arabe et de l'islam. Toutes les fêtes musulmanes, y compris l'Aïd al-Fitr, l'Aïd al-Adha, Muharram, l'Achoura, le Mawlid et la nuit Miraj, sont célébrées par les musulmans. Cependant, les madrasas sont également des établissements d'éducation religieuse pour les adultes, où les élèves apprennent la loi islamique, l'arabe et le tafsir coranique (explication du Coran) (Hequet, 2012).


Graphique 1. Une photo prise pendant les prières au Camide (Sur les traces des comores, 2023).


Fêtes religieuses célébrées aux Comores

Fête du Ramadan

Le Ramadan est un mois important aux Comores, célébré avec respect et joie par les croyants. Les activités religieuses, telles que Taraweeh, Vitir et Iftar, ajoutent du mouvement dans le pays. La fête de Ramadan est particulièrement importante pour les enfants. La veille de la fête, les jeunes des localités nettoient la ville avec soin. Le soir, après l'iftar, les salavaat et les takbirs sont récités dans toutes les mosquées pour annoncer la fête. Le jour de la fête, les maisons sont décorées avec de nouveaux tissus d’ameublement et différentes friandises délicieuses sont préparées. Les hommes se rendent aux prières tandis que les femmes, restent à la maison pour prier et préparer la maison pour les invités qui viendront festoyer. Des activités traditionnelles pour les enfants sont organisées dans les places et les quartiers de midi à soir. Pendant la fête, les hommes portent des nouveaux vêtements traditionnels alors que les femmes, en revanche, portent des vêtements arabes ou traditionnels.


Fête du Sacrifice

L'Aïd al-Adha (fête de sacrifice) est l'une des fêtes les plus importantes de notre religion et est célébrée par les musulmans à travers le monde, y compris aux Comores, que l'on soit sur place ou non. Comme tous les musulmans, les Comoriens jeûnent du premier jour du mois de Zilqada jusqu'à la prière de la fête (les 10 premiers jours de Zilqada). La veille de la fête est un jour différent des autres, où la plupart des gens jeûnent et préparent une grande variété de plats pour l'iftar, qu'ils partagent ensuite avec leurs voisins et leur famille.

Le jour précédant la fête, après les prières de l'après-midi, les hommes vont aux tombes pour réciter des prières en mémoire des défunts, y compris des hatims qui ont été récités depuis le mois de Ramadan. Le soir venu, après l'iftar, des salavaat et des takbirs sont récités dans toutes les mosquées pour annoncer l'Aïd. Le jour de l'Aïd, après les prières, les sacrifices sont faits dans toutes les maisons et distribués aux enfants du quartier. La fête dure 3 jours.



Mouharram

Tout d’abord, Muharram marque le début du calendrier Hijri. Il commémore la migration du Prophète Muhammad (PSL) de La Mecque à Médine, qui a duré plusieurs jours et a permis de se débarrasser des polythéistes et des infidèles. Pour cette raison, Muharram est une fête importante célébrée dans tout le pays, y compris aux Comores. Après les prières du matin, la salavat est récitée dans toutes les mosquées. Tout le monde va ensuite prier en remerciant Allah. En ce jour béni, tout le monde porte du blanc. Dans certaines régions, en particulier les villes côtières, les gens nagent et se baignent dans la mer. Selon certains récits, les gens sont purifiés de tous leurs péchés en entrant dans la mer pendant le mois de Muharram. Cette fête marque le début d'une nouvelle année et d'une nouvelle vie. Dans toutes les madrasas et écoles, des poèmes Hijr sont récités et des hymnes sont chantés dans les rues. Des événements sont organisés pour décrire la vie du Prophète Muhammad (PSL), notamment dans les médias et dans les villes.



Mevlid

Aux Comores, le Mawlid est une fête religieuse très importante qui commémore la naissance du prophète Mahomet en racontant sa vie, ses histoires, ses poèmes et ses psaumes. Cette fête est célébrée en trois cercles : en famille, entre habitants du quartier et dans toute la ville. Le Mawlid en famille est organisé lors de traditions telles que l'approche de la femme enceinte à la naissance (7ème mois), la naissance d'un enfant, la circoncision et le pèlerinage d'un enfant mâle. Après avoir invité la famille, les voisins et le clergé et récité le Mawlid, un repas traditionnel (riz, agneau et lait) est partagé et les invités reçoivent un "mutaafat" (cadeau symbolique). Le Mawlid dans le quartier se déroule de la même manière, mais un sermon y est également donné. En outre, les participants reçoivent des dattes, du café et des biscuits spécifiques aux Comores. Cependant, chaque ville organise son propre Mawlid, rassemblant toutes les classes sociales sur la place principale. Devant les invités placés selon l'ordre protocolaire, le Saint Coran, la vie du prophète Mahomet, la moralité, etc. sont racontés. Des rafraîchissements sont également servis à cette occasion. À Comores, Rebiülevvel est également récité en Mawlid tous les jours du mois dans les quartiers et les mosquées. De plus, lors de la nuit de Miraj, des Mawlids ont également lieu dans les madrasas et les mosquées.


Ressources

Anonymat (2000). Approche Historique De L'introduction Et De L'ancrage De L'islam Dans La Société Comorienne. (Page disponible : http://www.damirbenali.com/wp-content/doc/Histoire%20de%20la%20pratique%20de%20l’Islam%20aux%20Comores.pdf )

Anonymat (2002). TDV Encyclopedia of Islam , vol. 26, vol. 153-157. Ankara, Turquie (Date d’accès : 13/04/2023). (Date d’accès : https://islamansiklopedisi.org.tr/komor-adalari).

Commission océanographique intergouvernementale (UNESCO) (COI-UNESCO) (1997). Mesure et analyse du niveau de la mer dans l’océan Indien occidental. Rapports nationaux. Comores, îles françaises de l’océan Indien et Somalie (Date d’accès: 11/04/2023 13:03:22). (Accéder à la page Web : https://aquadocs.org/bitstream/handle/1834/993/Comoros.pdf).

Habari za Comores (2016). Islam Elections présidentielles aux Comores. (Consulté le 11/04/2023). (Page d’accès : https://www.habarizacomores.com/2016/02/islam-et-elections-presidentielles-aux.html) (Dr David STANLEY, 2013)

Hecquet, V. (2012). Toibibou, Ali Mohamed.—La transmission de l’Islam aux Comores. Cahiers d’études africaines, (206-207), 720-722.

Idriss M. (2017). L’archipel des Comores : entre unité culturelle et rivalité insulaire. Rft Valley Institute Unicef Esaro Rapport de Days de Days 2017. (Accéder à la page web : https://www.academia.edu/37318404/Larchipel_des_Comores_entre_unit%C3%A9_culturelle_et_rivalit%C3%A9_insulaire)

Sur les traces de la culture comorienne (2023). (consulté le 2023/04/15). (Accéder à la page Web : https://www.facebook.com/trace.culture.comore?mibextid=ZbWKwL)

20 görüntüleme

Comments


bottom of page