top of page
  • Yazarın fotoğrafıEnsar Küçükaltan

Une Afrique unie est-elle possible ?

L'indépendance est un phénomène indispensable pour une nation. C'est dans ce sens que des efforts consacrés à la poursuite de cet objectif sont déployés, des conflits armés sont engagés. Ainsi, un État doté de souveraineté est établi en écartant toutes influences internes et externes. Le nationalisme dominant dans l'émergence des États-nations a façonné la période post-impériale. Accompagné d’autres motivations, ces politiques nationalistes se sont parfois éloignées de leur aspect initial vers des idéologies politiques fondées sur la race, et sont devenues des phénomènes provoquant des conflits et des guerres mondiales à plus grande échelle dans de nombreuses régions.

Certes, l’indépendance s’octroie à un prix cher. Faire face à ce fardeau a parfois entraîné diverses difficultés pour les nouveaux pays. Jouissant d’expériences acquises de la période impériale, certains pays ont accompli ce processus d’une manière plus aisée. Outre ceux qui ont fait une vigoureuse entrée sur la scène internationale grâce à leurs atouts géographiques et politiques, il y a également des exemples de pays qui ont du mal à faire face aux conséquences de l’indépendance. Le chaos politique et l’étranglement économiques qui ont suivi l’indépendance des pays d’Asie du Sud et de l'Est, d'Amérique latine et d’Afrique subsaharienne, arrachés des puissances impériales, ont eu une influence déterminante sur leurs politiques intérieures et étrangères.



Lorsqu’on examine les pays africains en particulier, on peut constater que l’indépendance dans anciennes colonies française, anglaise, belge et portugaise, obtenue par des luttes armées ou politiques dans les années 60, ont eu un écho considérable sur la politique mondiale. Ces pays, qui cherchaient souvent des alternatives à leur amitié avec l’Europe, se sont tournés vers des puissances telles que la Chine et l'URSS et ont connu des va-et-vient entre les deux blocs et leurs partisans durant la Guerre Froide. La solution pouvait parfois être de renforcer les relations avec les pays occidentaux, et parfois d’être proche de l'Est. En réalité, les blocages économiques sont la cause principale des problèmes politiques. C'est pourquoi on peut observer des leaders politiques aller et venir entre les accords de Washington et de Pékin et les pays qu’ils représentent.

Le courant de pensée le plus important qui se dégage de ce processus en Afrique est indéniablement le Panafricanisme. Ce courant, développé autour de la vision d’une « Afrique unifiée », a pris forme grâce aux discours éloquents de ses leaders intellectuels. Surtout la persistance des idéologies de discrimination raciale et d'hostilité envers les Noirs, largement acceptées dans l'Ouest, a nourri les aspirations à l'unité africaine pendant de nombreuses années.



Le mouvement Panafricain, qui a vu le jour au début du XIXe siècle, a continué à évoluer dans un contexte idéologique. Le Cinquième Congrès Panafricain qui s'est tenu au Royaume-Uni en 1945 est considéré comme l'un des moments clés de ce mouvement. Ce congrès a rassemblé des leaders importants tels que Kwame Nkrumah et Jomo Kenyatta, futur fondateur du Kenya, ainsi que d’autres leaders africains. La série de conférences qui ont consacré la pensée Panafricaine, en s’appuyant sur une posture commune de résistance à la domination du capitalisme, est considérée comme étant significative sur le chemin menant à l'indépendance.

En 1958, Nkrumah a accueilli la Conférence des États Africains Indépendants, qui a rassemblé des pays tels que l'Éthiopie, le Ghana, la Libéria, la Libye, le Maroc, le Soudan, la Tunisie et la République Arabe Unie. La conférence visait à encourager la discussion de moyens de coopération pour mettre fin à la domination coloniale dans tout le continent. Alors que les bruits de pas de l'indépendance commençaient à se faire entendre, Nkrumah appelait à prendre des mesures pour accroître la coopération économique des États africains et développer une politique étrangère commune. Après l'obtention de l'indépendance du Ghana, Nkrumah insistait sur le fait que cela ne signifierait rien tant que tous les pays d'Afrique n'auraient pas obtenu leur indépendance. Le cadre défini par Nkrumah n'était pas seulement une structure économique de l'unité. Il parlait clairement d'une seule nation formée d'une seule frontière (Nkrumah, 1963: 149). Cependant, Nkrumah connaissait la participation de l'Afrique à la production de produits agricoles et de minéraux dans le monde à cette époque et prévoyait que cela serait un facteur important pour l'indépendance collective. L'Afrique représentait 66% de la production mondiale de cacao, 65% de l'huile de palme, 58% de la sisal, 14% du café. En matière de minéraux, elle produisait 96% des diamants, 99% du cobalt, 63% de l'or (A.g.e.: 151). Ce pouvoir de production devait être associé à l'indépendance et le continent devait sortir de sa situation actuelle.



D’autres dirigeants ont également vu que les efforts de Nkrumah avaient du sens. L'Union Africaine, qui s'est mise en place malgré les divers obstacles des impérialistes, avait une grande signification pour la pensée panafricaine de l’époque. Julius Nyerere, le fondateur de la Tanzanie et l’artisan de l’Ujamaa, a déclaré que : « L'unité de l’Afrique est un pont solide qui nous permettra à tous de traverser avec confiance ce tourbillon de politique de puissance et de supporter plus facilement les fardeaux économiques et sociaux qui menacent de nous écraser nous » (Nyerere, 1963 : 1).

Les efforts récents de leaders tels qu’Abdoulaye Wade et Muammer Kadhafi ont commencé à devenir des débats animés après l'indépendance. La question de savoir sur quelles bases le Panafricanisme, considéré comme une utopie lors de sa fondation peut être établi à l’avenir, continue d’être discutée.

Bien que l'apparence relativement moins efficace de l’Union Africaine soit perçue comme un échec, il y a des exemples réussis dans le contexte régional. L’Union de l’Afrique de l’Est a pris de nombreuses mesures réussies, telles que la coopération en matière de visas, de déplacements économiques et de défense commune.

Le problème est de savoir comment établir une approche inter-étatique en Afrique. Les États hésitent à abandonner leur autorité à une organisation extérieure, ou suprême. Bien que cela ait été réalisé dans une certaine mesure et dans des limites déterminées dans l’Union Européenne, cela n’a pas été réalisé dans les organisations régionales d’Afrique. Les problèmes internes tels que les frontières et le nationalisme ethnique, ainsi que les choix différents dans les politiques étrangères, créent d’autres problèmes et constituent les obstacles devant de telles structures.

Il faut évaluer différemment les différentes régions de l'Afrique, que ce soit l'est, l'ouest, le nord ou le sud. La plus grande erreur est de considérer le continent comme une seule structure et de croire que la solution d'une région aura les mêmes résultats dans toutes les autres.

Le panafricanisme a apporté l’indépendance aux pays africains grâce à son évolution idéologique. La prochaine étape sera de couper la voie aux tentatives néocoloniales tout en équilibrant les pays qui suivent une voie déséquilibrée dans les relations avec le continent. Le panafricanisme continuera d'être un facteur clé à cette étape. Malheureusement, aujourd'hui, dans le contexte politique actuel, on voit que les leaders politiques cherchent plus à protéger leur pouvoir qu'à avoir une vision unie de l’Afrique. Les conflits frontaliers non résolus, la capacité d'un seul groupe terroriste d'avoir un impact dans plusieurs pays, les tensions ethniques persistantes dans les pays sont vues comme des obstacles à la vision d'une Afrique unie.

Si une Afrique unifiée doit se concrétiser dans l’avenir, la façon dont elle sera fondée doit être discutée. Les propositions de leaders tels que Nkrumah, Nyerere, Lumumba et Sankara doivent être réévaluées de manière à être applicables aujourd'hui et dans l'avenir. La réussite de telle structure dépendra de la purification de l'ethnocentrisme fondé sur la nation et de l'évitement d'une formation basée sur le racisme noir. Une telle structure qui s'élèvera sur une base d'égalité avec le reste du monde en termes de richesse naturelle et d'opportunités économiques inutilisées, devrait naturellement entraîner l'augmentation de la voix de cette structure dans le contexte politique et dans les organisations internationales. Il existe aujourd'hui des craintes quant à la nature de telles structures, considérées plus comme une plateforme pour faire accepter les règles des puissants plutôt qu'une institution mondiale. La première condition pour que ce système tourne positivement pour l'Afrique est le renforcement économique. Ce renforcement doit être obtenu d'abord par l'intermédiaire de unions régionales, puis par une grande organisation formée par ces unions régionales réunies. L'Union Africaine semble être une alternative différente dans sa structure actuelle. Une nouvelle structure qui sera formée pourra être vue comme une force dissuasive à la fois économique et militaire lorsqu'elle entrera sur la scène internationale, et on pourra alors constater un changement positif du système.

Tout ce qui a été décrit n'est pas une utopie, car l'indépendance des pays d'Afrique était également considérée comme une utopie au début du XXe siècle. Le point où se dirige le monde obligera à un nouvel ordre unifié en Afrique à moyen et long terme, même si cela n'est pas prévu dans un avenir proche en raison de la croissance de la dette extérieure et des relations inégales avec les alliés. Quels sont les obstacles à la réalisation de ce nouvel ordre prochainement ?

1. Les frontières des pays créées par les pays occidentaux sont en grande partie artificielles. Cette artificialité nécessite que des gens de la même tribu ou de la même nation vivent dans des pays différents. Les frontières artificielles déclenchent des conflits frontaliers entre les pays. Il y a des problèmes de conflits armés dans les régions autonomes de nombreux pays. Les pays qui ne peuvent pas surmonter les conflits frontaliers ne peuvent pas adopter une attitude commune.

2. Les pays ne veulent pas renoncer à une partie de leur souveraineté à une autre structure commune. Alors que les régulations à l'intérieur sont effectuées par les partis au pouvoir sur de longues périodes et même par des structures de parti-État, elles seront effectuées par une structure transnationale, ce qui ouvrira la voie à des changements politiques dans de nombreux pays. Ce point ne sera pas considéré positivement par les pouvoirs.

3. Les relations économiques en politique étrangère sont un obstacle à l’unification. Cette question peut être lue à travers la compétition entre la Chine et Taïwan en Afrique et peut être reflétée par les attitudes des pays occidentaux. La Chine conditionne son aide aux pays d'Afrique à la rupture des relations avec Taïwan. Il ne reste plus que très peu de pays ayant des relations avec Taïwan. Dans ce cas, la construction des relations de l'alliance sur un fond commun est rendue difficile. Il sera difficile de trouver un consensus sur les relations politiques, militaires et économiques avec les différents pays dans la nouvelle structure.

4. Comment résoudre le problème de la langue commune dans une unification d'un continent où plus de 3000 langues sont parlées ? Est-ce que la transformation de l'anglais ou du français en un élément unificateur peut signifier une véritable indépendance ? Bien sûr, le temps de répondre à ces questions sera plus tard que la réalisation des autres éléments.

En conclusion, il est nécessaire de soutenir le rêve commun de Nkrumah et Nyerere et de rediscuter leurs idées au niveau des années 60. Bien que peut-être un état composé d'un seul pays ne puisse pas être créé avec une perspective réaliste, il est inévitable à l'avenir de créer une structure supérieure aux nations forte et de faire en sorte que ses pouvoirs soient représentatifs. La question de la composition de cette structure et de la proportion de son pouvoir qui sera transférée à cette structure supérieure aux nations sera un sujet de discussion prolongé pour les penseurs et les peuples d'Afrique.

Référence

Nkrumah, K. (1963); 1998. Africa Must Unite. London: Panaf.

Nyerere, J. (1963). The Journal of Modern African Studies Vol. 1, No. 1: 1-6

15 görüntüleme

Comments


bottom of page