top of page
  • Yazarın fotoğrafıMoussa Hissein Moussa

Oujamaa: L'expérience de la politique sociologique de l'Afrique

Introduction

Comme nous le savons, les années 1960 ont coïncidé avec la période où les lueurs de l'indépendance illuminaient l'Afrique. Ces éclats, souvent perçus comme les préludes aux bouleversements politiques, ont en réalité inauguré l'aube de nouveaux jours socio-économiques. Depuis lors, d'un bout à l'autre du continent, du nord au sud, de l'est à l'ouest, des initiatives importantes ont été prises tant dans les domaines socio-économiques que socio-politiques. Parmi ces initiatives, on compte le mouvement rastafari, qui a pris naissance en Éthiopie avant d'être adopté au Ghana ; les révolutions sociales et culturelles initiées au Tchad, en République démocratique du Congo et en République centrafricaine ; le Festival Mondial de l'Art Noir au Sénégal, le Festival Panafricain du Film et de la Télévision à Ouagadougou au Burkina Faso, la philosophie Ubuntu en Afrique du Sud et la politique de l'Ujamaa en Tanzanie. Au sein de cette analyse, l'accent sera mis sur l'expérience de l'Ujamaa. Ce concept, développé par Julius Nyerere, le premier président de la Tanzanie indépendante, visait à orienter le développement économique et social de son pays dans les années 1960 et 1970. Nous tenterons de répondre à des questions connexes telles que : Quels sont les principes de base de cette politique ? Quels sont ses objectifs ? Comment a-t-elle été mise en œuvre ? Quels résultats a-t-elle produit ? En conséquence, nous aborderons les défis actuels que rencontre la politique sociale des États africains.



Ujamaa: Pas un Socialisme Africain, mais Une Politique Sociale de l’Afrique

Dans le contexte du XXIe siècle où même l'espace aérien est minutieusement divisé entre les nations, les concepts de marque et de propriété ont acquis une importance capitale. Un pays ou une nation ne détient de véritables droits sur ce qu'elle produit ou invente que si cela est spécifiquement marqué ou nationalisé. Prenons l'exemple du continent africain, connu pour produire d'éminents footballeurs. Toutefois, ce talent n'est pas reconnu comme étant spécifiquement africain car il n'est pas nationalisé. Il est notable que les équipes nationales de pays tels que la France, le Qatar et les Émirats Arabes Unis se composent en majorité d'individus d'ascendance africaine. Malgré la connaissance générale de leurs origines africaines, leur lien avec l'Afrique est éclipsé par leur nationalisation par les pays précédemment mentionnés.


Dans le même cadre de référence, des situations parallèles se manifestent au niveau politique et social. Pourquoi l'Ujamaa, une politique entièrement conçue par les Africains, doit-elle être cataloguée comme du "socialisme africain" ? L'unicité de l'Ujamaa, qui résidait dans sa dénomination spécifique lors de son adoption par les Africains, est ainsi diluée. Tout comme le socialisme est une politique et une théorie distincte en soi, l'Ujamaa est également une théorie socio-politique indépendante.



La coopération n'est pas seulement un mode de vie promu par le socialisme, spécialement pour l'Afrique. Ce concept existait bien avant, sous différentes formes et dans divers États et structures. Par conséquent, il serait inexact de classifier l'Ujamaa comme une variante du socialisme. Bien que l'Ujamaa en Tanzanie et le socialisme visent tous deux l'égalité et la justice sociale, ils incarnent deux philosophies politiques et économiques séparées.


Le socialisme est une philosophie économique et politique globale qui promeut la propriété sociale des moyens de production, la distribution de la richesse, et vise à mettre fin à la lutte des classes. Il existe plusieurs formes de socialisme, du socialisme démocratique au socialisme révolutionnaire. En revanche, l'Ujamaa est une philosophie sociale spécifique à la Tanzanie. En Swahili, Ujamaa signifie "famille étendue" ou "fraternité", et préconise la coopération sociale, la solidarité et l'égalité. Cette politique, axée sur la communauté et l'autosuffisance, encourageait la pratique de l'agriculture collective dans les villages.

La différence entre les deux politiques se clarifie dans les points suivants :

¾ Alors que le socialisme prône la propriété sociale des moyens de production, l'Ujamaa met l'accent sur la coopération et l'autosuffisance à l'échelle communautaire ;

¾ L'Ujamaa est une philosophie unique à la Tanzanie, profondément ancrée dans les traditions africaines et l'identité culturelle. Le socialisme, quant à lui, est une idéologie plus vaste qui peut être adaptée à de nombreux contextes culturels et nationaux différents ;

¾ Alors que le socialisme peut nécessiter une révolution ou une réforme politique pour instaurer un changement social, l'Ujamaa a été intégré de manière plus pacifique dans la société tanzanienne grâce aux politiques d'État.


Comme l'a souligné Cheikh Anta Diop, l'Afrique doit revendiquer les faits dans tous les domaines et les protéger en prenant les mesures nécessaires jusqu'à ce qu'ils soient reconnus universellement. Sinon, elle restera un laboratoire de connaissances et de systèmes socio-culturels, politiques, économiques et même techniques développés par d'autres.



Les Principes Fondamentaux et les Objectifs de l’Ujamaa

En réfléchissant à la promotion de l'Ujamaa, il est important de comprendre que ce n'est pas une situation qui peut être réalisée immédiatement. Il peut y avoir plusieurs étapes dans sa réalisation. Cependant, il semble y avoir des principes fondamentaux que nous devons garder à l'esprit. La prise en compte de ces principes devrait donner une idée des premières étapes possibles.


Le terme "Ujamaa" signifie "famille" en Swahili, dont Nyerere l'a utilisé pour décrire une sorte de politique. Celle-ci s'inspire des traditions tribales africaines qui privilégient l'idée de communauté et d'égalité, où le bien de la communauté a la priorité sur l'individualisme. Selon Nyerere, le socialisme n'est pas seulement une question de redistribution des richesses, mais aussi de la manière dont cette richesse est produite. Il défendait une économie qui bénéficie à tous, et pas seulement à une élite.


L'Ujamaa est un concept économique et social développé par Nyerere pour soutenir le développement économique et social de la Tanzanie. Ce concept, développé dans les années 1960, a longtemps été le pilier de la politique économique de la Tanzanie. L'Ujamaa repose sur l'idée de la propriété communautaire et de la coopération. Il encourage la création de coopératives et d'entreprises collectives pour améliorer les conditions économiques des communautés rurales. L'essence de l'idée d'Ujamaa est de créer un environnement où les gens peuvent travailler ensemble pour améliorer leur bien-être économique et social, plutôt que de dépendre de l'aide extérieure ou de faire confiance à des entreprises étrangères. Le concept d'Ujamaa a également été utilisé pour renforcer les liens sociaux et culturels entre les membres de la communauté en encourageant les gens à vivre et à travailler ensemble dans des villages collectifs appelés villages Ujamaa. Le déplacement des personnes des zones rurales vers ces villages est un aspect important de la mise en œuvre de l'Ujamaa.


La structure fondamentale de la communauté Ujamaa repose sur l'idée de possession collective et de collaboration, conçue pour améliorer les conditions socio-économiques des communautés rurales en Tanzanie. Cette structure se fonde sur quatre principes essentiels :

1 Coopératives et initiatives collectives : L'Ujamaa favorise la création de coopératives et d'entreprises collectives en vue d'améliorer les conditions économiques des communautés rurales. Ces structures visent à instaurer un environnement propice à la collaboration, afin de renforcer le bien-être socio-économique des individus.

2 Villages collectifs : L'Ujamaa promeut le concept de villages collectifs, également appelés "villages Ujamaa". Ces derniers encouragent les résidents à coopérer dans diverses activités, notamment l'agriculture, l'élevage et le service à la communauté, tout en partageant les terres et les ressources de manière équitable.

3 Planification communautaire : L'Ujamaa intègre une dimension de planification communautaire qui permet d'identifier les besoins et les priorités de la communauté et d'élaborer des projets en conséquence. Il s'agit également de veiller à ce que les membres des villages collectifs soient impliqués activement dans la prise de décisions et la gestion des projets.

4 Nationalisation des entreprises : Dans le but de soutenir le développement socio-économique de la Tanzanie, l'Ujamaa envisage également la nationalisation des entreprises, plaçant ainsi ces dernières sous le contrôle de l'État.



L'Ujamaa a été principalement financé par l'État tanzanien. Le gouvernement a investi dans des projets de développement tels que la construction d'infrastructures pour les villages collectifs, incluant routes et bâtiments communautaires, et a soutenu la création de coopératives et d'entreprises collectives. Des investissements ont également été réalisés dans des projets de développement agricole et rural, tels que l'amélioration des semences, des outils et de l'irrigation, ainsi que dans les secteurs de l'éducation et de la santé. Par ailleurs, les membres des communautés rurales ont contribué au financement de l'Ujamaa en reversant une partie de leurs revenus aux coopératives et aux initiatives collectives, qui ont ensuite été réinvesties dans des projets communautaires. De plus, on a sollicité les membres des villages collectifs pour contribuer à la construction et à l'entretien des infrastructures communautaires comme les routes, les écoles et les dispensaires.


Cependant, malgré le financement étatique et les contributions communautaires, l'Ujamaa a souffert de difficultés financières et managériales qui ont entravé sa capacité à réaliser ses objectifs socio-économiques. Des problèmes tels que le manque d'infrastructures, un sous-investissement, une mauvaise gestion des coopératives et des initiatives collectives, une mauvaise allocation des ressources et la corruption ont empêché la réussite de ce projet communautaire. De surcroît, les difficultés économiques du pays dues à la chute des prix des produits de base, ainsi que sa dépendance à l'égard de l'aide étrangère et les difficultés à attirer des investissements étrangers, ont exacerbé les obstacles aux efforts visant à accroître les revenus et l'emploi dans les communautés rurales.


Malgré les financements publics et les contributions communautaires, l'Ujamaa n'a pas pu être pleinement réalisé en raison de ces problèmes de financement et de gestion. L'expérience de la communauté Ujamaa reste l'un des rares projets de développement conçus par des Africains, bien que loin d'être un succès complet.

24 görüntüleme

Σχόλια


bottom of page