top of page
  • Yazarın fotoğrafıAdem Aman Shibu

Les Relations Entre La Türkiye Et Le Soudan

Introduction

Historiquement, la relation Türkiye-Soudan date de l'Empire ottoman au dix-neuvième siècle entre 1820 - 1885. Pendant l'ère ottomane, le gouverneur, dont la base est ottomane-égyptienne, dirigeait également le Soudan. À l'époque moderne, les relations entre les deux pays sont date de l'indépendance du Soudan depuis 1956, date à laquelle la première ambassade de Türkiye a commencé ses activités à Khartoum. En outre, les partenariats entre les deux pays sont multidimensionnels et comprennent des dimensions idéologiques, religieuses, culturelles, historiques, politiques et économiques au sens large. La relation Türkiye-Soudan devient prolifique en fonction de la stratégie d'ouverture de la Türkiye à l'Afrique et au Moyen-Orient en s'appuyant sur une politique étrangère, surtout après 2005. Par conséquent, le Soudan peut être l'un des pays africains cruciaux en raison de son statut géographique et géopolitique pour les stratégies clés, notamment pour la coopération, la coordination et l'accès à la région.



La population du Soudan est estimée à 45,6 millions d'habitants. La capitale du Soudan est Khartoum et le pays est également voisin du Tchad à l'ouest, de l'Afrique centrale au nord-ouest, de l'Éthiopie au sud-est, de l'Égypte au nord, de la Libye au nord-ouest, du Sud-Soudan au sud, de l'Erythrée à l'est et de la mer Rouge au nord-est. En fonction des changements géopolitiques rapides dans l'arène mondiale, la Türkiye s’est stratégiquement tournée vers l'Afrique et le Moyen-Orient depuis deux décennies.

Cet article vise à discuter et à mettre en lumière la situation actuelle au Soudan et la relation bilatérale Türkiye-Soudan dans ses dimensions socio-économiques et politiques. Le document conclut en donnant un aperçu et en suggérant un point crucial à être viable pour le peuple soudanais.


Opportunités de commerce et d'investissement

Pour diverses raisons, le Soudan a traversé des décennies de volatilité politique et de difficultés sociales, économiques et politiques. Par conséquent, les perspectives économiques actuelles du pays ne semblent pas encore très bonnes.



Malgré la prise du pouvoir par un gouvernement civil, assisté par l'armée, la crise économique s'est poursuivie et le rapport sur l'indice de liberté économique mondial de 2022 a révélé un score de liberté économique de 32,0. En conséquence, dans ce rapport sur la liberté économique, le Soudan se classe 47e parmi les 47 pays d'Afrique subsaharienne et 174e au niveau mondial. Dans le classement régional de l'Afrique subsaharienne, l'île Maurice est classée première, le Cabo Verde deuxième, le Botswana troisième, la Côte d'Ivoire quatrième et les Seychelles cinquième, avec un score global de 70,9, 66,7, 64,8, 61,6 et 61,1 respectivement. D'autre part, selon les scores de liberté économique, les cinq derniers pays sont respectivement la République centrafricaine, 43e avec un score de 45,7, l'Érythrée, 44e avec un score de 39,7, le Burundi, 45e avec un score de 39,4 et le Zimbabwe, 46e avec un score de 33,1. Ainsi, le gouvernement et le peuple soudanais peuvent tirer une leçon de la crise passée pour mettre fin à une guerre civile et à un conflit interne qui se poursuit depuis des décennies, ainsi que pour sauver leur pays et protéger la nouvelle génération en général.



Le Soudan est un pays riche en ressources naturelles (c'est-à-dire en pétrole). Selon le rapport de l'Organisation mondiale du commerce, les réserves pétrolières du Soudan se classent au 23e rang avec 5 millions de barils par jour, au 48e rang pour la production de pétrole et au 68e rang pour la consommation de pétrole dans le monde. Le Soudan a donc exporté pour 317 millions de dollars de pétrole brut en 2020, ce qui le place au 53e rang mondial. Les pays les plus importateurs du Soudan sont l'Inde, les États-Unis, l'Italie, la Chine et l'Indonésie, avec des montants respectifs de 81,7 millions de dollars, 75 millions de dollars, 69,4 millions de dollars, 51,6 millions de dollars et 39,7 millions de dollars.

Dans la période contemporaine, les relations entre la Türkiye et le Soudan se renforcent grâce à des accords stratégiques et des visites de diplomates de haut niveau. Les accords signés consistent en 12 différents MoU et protocoles entre les deux pays, y compris plusieurs accords de coopération et d'investissement, lors de la visite de la République de Türkiye, du président Recep Tayyip Erdoğan, au Soudan du 24 au 26 décembre 2017. Ensuite, le volume des investissements de la Türkiye au Soudan a été prolifique de jour en jour et a atteint 600 millions de dollars en 2020. Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint 480 millions de dollars en 2020, ce qui implique la fabrication de biens, l'importation et l'exportation de biens comme l'acier, le ciment, les produits en cuir, les biens électroménagers et diverses machines.

La Türkiye a prévu d'augmenter la taille du commerce continental pour atteindre 25,3 milliards de dollars en 2020. En outre, l'Agence turque de coopération et de coordination internationale (TIKA) a ouvert son bureau au Soudan en 2014 pour faciliter les projets d'investissement, et la banque géante de la République de Türkiye, la Ziraat Bank, a également ouvert une succursale au Soudan en 2020 pour faciliter les transactions d'import-export entre les deux pays.



Crise politique et problèmes de sécurité

Au cours des dernières décennies, la Türkiye a joué un rôle clé dans l'arène mondiale ainsi qu'en termes d'ouverture de la politique stratégique vers l'Afrique, tandis que le Soudan est l'un de ces pays avec qui entretient un partenariat stratégique comme sur le cas de l'île de Suakin, pour un bénéfice mutuel. Le Soudan est le pays du bassin du Nil et couvre également la mer Rouge à l'est.

Pendant une longue période, le Soudan n'a pas été stable politiquement en raison de la guerre civile qui a sévi pendant une décennie, en particulier le conflit Soudan-Darfour qui a fait des centaines de milliers de déplacés et un dixième de milliers de morts, selon un rapport de l'ONU de décembre 2022. Après le changement de régime en 2019 en raison des protestations et des conflits, le processus de sécurité politique et économique de la nouvelle donne de la phase finale vers le rétablissement de la paix sous la surveillance de la haute commission de l'ONU entre l'armée soudanaise et la société civile pour la stabilité et la sécurité. En conséquence, AA a rapporté que le 08 Janvier 2023, Ankara a pris la décision de participer à la phase finale de cesser le conflit interne soudanais et de stabiliser le processus politique au Soudan.



Le conflit soudanais a non seulement une frontière interne mais aussi une frontière internationale qui se heurte à la frontière éthiopio-soudanaise, au niveau de la région d'"al-Fashaga". Le président de la République de Türkiye, Recep Tayyip Erdoğan, a proposé de servir de médiateur entre l'Éthiopie et le Soudan en soulignant l'importance de la paix et de la sécurité dans la région pour la stabilité géopolitique.

La principale relation stratégique entre la Türkiye et le Soudan comprend aussi les plans de défense d'un accord d'activité militaire conjointe. La Türkiye avait une volonté profonde d'établir une base navale dans la Mer Rouge dans la région au-delà du Soudan, alors qu'elle avait également une base militaire en Somalie depuis plusieurs décennies dans la région également. Dans ce contexte, Ankara est l'un des nouveaux acteurs clés de la puissance en mer Rouge et dans la corne de l'Afrique au XXIe siècle.



Conclusion et remarques

Pour résoudre le problème de la violence politique et la crise économique et humanitaire au Soudan, la domination de certains groupes ou le monopole militaire ne sont pas acceptés dans le cadre de la construction d'un véritable État démocratique. L'adoption de réformes globales est nécessaire pour réaliser une démocratie inclusive au Soudan. Par conséquent, une forme constructive de réforme est appréciée pour réduire la violence et diminuer la crise politique et établir un environnement favorable à la paix, la sécurité et la stabilité en général.

La politique étrangère stratégique de la Türkiye en Afrique, en particulier au Soudan et dans la corne de l'Afrique, devrait bien comprendre les questions régionales fondamentales en fonction des problèmes socio-économiques, géographiques et géopolitiques. Dans ce contexte, l'approfondissement de la R&D dans la région est renforcée pour revoir la stratégie de politique étrangère envers chaque pays de la corne de l'Afrique, sur la base de leurs questions internes et externes ainsi que conformément à la politique stratégique étrangère, les relations diplomatiques, et d'autres qu'ils suivent pour un bénéfice mutuel.

En conclusion, les Soudanais peuvent tirer une bonne leçon de la stratégie de protection de la paix et de la sécurité de la Türkiye ainsi que des nouveaux modèles économiques qui donnent la priorité à la promotion de l'investissement, à l'augmentation de la production, à l'accroissement des exportations, à la création d'emplois et à la réduction des taux d'intérêt pour lutter contre l'inflation, ainsi qu'à la création ou à la révision de la politique et de la stratégie d'investissement les mieux adaptées en général.


REFERENCE

https://www.worldbank.org/en/country/sudan/overview

https://www.mfa.gov.tr/relations-between-turkiye-and-sudan.en.mfa

https://www.worldometers.info/oil/sudan-oil/

https://oec.world/en/profile/bilateral-product/crude-petroleum/reporter/sdn

1 görüntüleme
bottom of page