top of page
  • Yazarın fotoğrafıEnsar Küçükaltan

Les Manifestations se Poursuivent au Sénégal

Güncelleme tarihi: 16 Haz 2023

Le Sénégal était depuis longtemps considéré comme l'une des démocraties solides de l'Afrique de l'Ouest. En outre, il était l'un des acteurs majeurs de la croissance économique dans la région. Cependant, ces derniers temps, les événements dans le pays ont supplanté tous ces signes positifs. Les pertes en vies humaines augmentent lors des manifestations où le peuple descend dans les rues.


Le gouvernement sénégalais a déclaré samedi dernier que le nombre de décès lors des affrontements entre la police sénégalaise et les partisans de l'opposant Ousmane Sonko, qui duraient depuis plusieurs jours, s'élevait à 15, dont deux étaient des agents de sécurité.


Les affrontements se sont poursuivis dans certaines zones de la ville avec des manifestants lançant des pierres, incendiant des voitures et causant des dommages aux supermarchés, en réponse à l'utilisation de gaz lacrymogène par la police et au déploiement de l'armée avec des tanks par le gouvernement.


Quelle est la cause des incidents ?

Les événements se sont intensifiés, commençant par la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko, l'empêchant ainsi de participer aux élections présidentielles de février 2024. Sonko et ses partisans prétendent que cette situation est une sorte de jeu pour le maintenir éloigné de la politique. Une autre raison de l'augmentation de la tension est que le peuple sénégalais attend depuis des mois que le président Macky Sall clarifie s'il se présentera ou non pour un troisième mandat lors des élections l'année prochaine. Les opposants affirment que cela serait contraire à la constitution. Ainsi, on peut dire que les événements survenus dans de nombreuses villes du Sénégal ont deux causes principales : la condamnation de Sonko et la candidature de Sall pour un troisième mandat.



Qui est Sonko ?

Sonko est le président du parti politique PASTEF-Les Patriotes (Patriotes pour l'Éthique, le Travail et la Fraternité au Sénégal), créé en 2014. Il est également député élu de la coalition NDAWI ASKAN WI / Alternative du Peuple à l'Assemblée nationale. En 2016, en tant qu'inspecteur des impôts, il a dénoncé des actes de corruption. Il a révélé des pratiques de corruption impliquant les élites sénégalaises, telles qu'une usine de traitement de sable d'une valeur de 50 millions de dollars et des paradis fiscaux offshore. En conséquence de son activisme, il a été licencié de son poste. Il est également l'auteur du livre "Pétrole et gaz au Sénégal", publié en 2017, qui relate les scandales de l'affaire Petro-Tim. En 2018, il a écrit un deuxième livre intitulé "Solutions".


Sonko, s'est présenté comme candidat à la présidence lors des élections de 2019 au Sénégal, mais il a été battu. Aujourd'hui, il demande toujours que le Sénégal, qui utilise encore le franc CFA, remplace cette devise par une monnaie locale. Le 3 mars 2021, il a été arrêté près de l'Université Cheikh Anta Diop et accusé de trouble à l'ordre public. Lors des élections présidentielles de 2019, Sonko a terminé troisième et est populaire parmi les jeunes du pays. Ses partisans affirment que ses problèmes juridiques font partie des efforts du gouvernement pour entraver sa candidature aux élections présidentielles de 2024.



Comment le processus a-t-il commencé ?

Sonko a été reconnu coupable de "détournement de jeunes" jeudi dernier, mais a été acquitté des accusations de viol et de menace de mort à l'encontre d'une femme travaillant dans un salon de massage. Il a été condamné à deux ans de prison en son absence lors de son procès à Dakar. Son avocat a déclaré qu'aucun mandat d'arrêt n'avait encore été émis à son encontre.

Pour revenir aux accusations antérieures, en 2021, Sonko a été accusé de plusieurs crimes, dont le viol et la menace de mort à l'encontre d'une femme de 20 ans, mais il a été acquitté de toutes les charges. Ensuite, il a été accusé de "détournement de jeunes" et a été condamné pour cette accusation. Sonko n'a pas assisté au procès en raison de préoccupations de sécurité.


Depuis le début des événements, le campus universitaire de Dakar a été pillé. Tous les bâtiments ont été incendiés et au moins 500 personnes ont été arrêtées. L'accès à Internet a été de plus en plus restreint et ces restrictions persistent. Le gouvernement a d'abord bloqué l'accès aux réseaux sociaux tels que WhatsApp, Facebook, Twitter, Instagram et YouTube. Ils n'étaient accessibles que via certains VPN. Ensuite, de nombreux VPN ont été bloqués. Par la suite, le gouvernement a suspendu toutes les données mobiles, limitant encore davantage l'accès. Ainsi, même les recherches web de base et les e-mails étaient possibles uniquement via une connexion Wi-Fi. Cela a également eu un impact financier, car de nombreuses transactions financières sont effectuées via des paiements mobiles basés sur Internet. Surtout, lorsque la demande de stockage alimentaire en prévision de la poursuite des conflits est élevée, l'incapacité de réaliser des paiements devient un problème majeur.



Cette situation aura un impact économique significatif, c'est évident. Cependant, en ce qui concerne la poursuite des événements, la question majeure dans l'esprit de chacun est de savoir ce qui arrivera à Sonko. Bien qu'il ait été condamné et encerclé par les forces de sécurité chez lui, il n'a pas encore été arrêté. La principale préoccupation de nombreuses personnes est de savoir ce qui se passera s'il est arrêté. Les expériences de Sonko suivent une trajectoire similaire à celle de l'Ougandais Bobi Wine. La voix faible de la communauté internationale n'est pas un facteur capable de mettre fin aux événements au Sénégal. D'autre part, les discours anti-impérialistes de Sonko dans de nombreux domaines pourraient directement affecter la position de la France. Nous sommes confrontés à une crise pour laquelle l'Union africaine devrait être plus active, mais personne ne compte sur elle pour trouver une solution.

6 görüntüleme

コメント


bottom of page