top of page
  • Sirad Jafar Mohamed

Le Role Des Etudiants Diplomes Dans Le Contexte Des Relations Turquie-Somali

Introduction

L'ouverture de la Turquie aux étudiants internationaux a débuté dans les années 1960 avec l'octroi de bourses dans le cadre d'accords bilatéraux signés avec d'autres États. Dans les années 90, le "Grand Projet des Étudiants" a été lancé en 1992 grâce au soutien de Turgut Özal, et les politiques en faveur des étudiants internationaux ont été systématisées. Dans les années 2000, des réformes importantes ont été mises en place dans le domaine de l'éducation internationale, reflétant les réformes menées en Turquie dans les domaines de la politique étrangère, de la culture, des politiques sociales et de la croissance économique. En 2010, la présidence des Turcs à l'étranger et des communautés apparentées a été créée, et le programme "Bourses Türkiye" a été lancé en 2012 sous son autorité. Les bourses d'études supérieures accordées par la République de Turquie ont ainsi été renommées et rendues plus efficaces. Des milliers d'étudiants étrangers ont obtenu leur diplôme dans des universités turques grâce aux bourses Türkiye, qui reçoivent chaque année des centaines de milliers de demandes de manière exponentielle (Ibrahim, 2019). Les étudiants étrangers qui obtiennent leur diplôme en Turquie et retournent dans leur pays contribuent significativement à l'avancement des relations entre leur propre pays et la Turquie, en partageant la culture, les valeurs, l'histoire, la politique et la diplomatie turques. Ceux qui choisissent de rester en Turquie et de poursuivre leur vie en travaillant ou en faisant du commerce contribuent également à l'économie et au développement du pays, tout en réalisant des gains pour eux-mêmes. Dans cet article, les contributions et le potentiel des étudiants somaliens diplômés de Turquie aux relations entre la Turquie et la Somalie seront évalués à travers des observations. Bien que notre étude ne soit pas étayée par des données statistiques, elle est importante pour attirer l'attention sur ce sujet.



Somalie

La Somalie se situe dans la région nord-est de l'Afrique appelée "Corne de l'Afrique", aux côtés de l'Érythrée, de Djibouti et de l'Éthiopie. La région est d'une importance géostratégique car elle contrôle une partie importante de la mer Rouge, qui est une route commerciale maritime majeure reliant l'Europe, l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie. Avec son littoral de près de 3 000 km, la Somalie possède le plus long littoral d'Afrique, et en raison de sa position géographique, elle se trouve sur la route de transit la plus importante pour le pétrole du Moyen-Orient (özkan, 2014). La région de la Corne de l'Afrique est l'un des itinéraires de transit les plus importants au monde, longeant le golfe d'Aden et le détroit de Bab-el-Mandeb. La Somalie a été un important centre commercial dans le passé, avec de puissants empires établis dans la région de la Corne de l'Afrique. L'ouverture du canal de Suez pour le trafic maritime international a augmenté l'importance de la région. Vers la fin du 19ème siècle, les colonialistes européens se sont installés en Somalie et ont divisé le pays en Somalie française (Djibouti), Somalie britannique (Somaliland) et Somalie italienne en fonction de leurs propres intérêts. Aujourd'hui, la Somalie abrite l'un des plus grands groupes ethniques de la Corne de l'Afrique, les Somaliens. Sa position géostratégique est renforcée par ses réserves de matières premières telles que l'or, l'uranium et le pétrole (Heyle, 2018).


Relations Turquie-Somalie

Depuis 1998, la Turquie a progressivement adopté une politique étrangère plus diversifiée, réintégrant ainsi l'Afrique dans son agenda, après plusieurs années de négligence. Le continent africain est confronté à divers problèmes tels que les séquelles du colonialisme, la sécheresse, la famine, la guerre civile et l'instabilité, qui persistent depuis le siècle dernier. Malgré cela, de nombreux pays africains continuent de lutter contre ces fléaux et leurs conséquences dévastatrices. La Somalie, située en Afrique de l'Est, est un pays stratégiquement important doté de riches ressources naturelles, mais souffre depuis longtemps de crises causées par la sécheresse, la famine, la pauvreté, l'instabilité politique et le terrorisme. Bien que la crise de la famine qui a touché la Somalie en été 2011 ait été l'une des plus graves au monde, la Turquie est intervenue avec succès pour fournir une aide humanitaire d'urgence. Cette action a permis à la Turquie de devenir un nouvel acteur en Somalie et de rétablir des relations longtemps négligées (TİKA, 2015). Depuis 2011, la Turquie est devenue un partenaire important de la Somalie, agissant avec l'idée que le développement économique du pays pourrait contribuer à renforcer la stabilité. Cette approche plus holistique considère les phénomènes de développement, de stabilité et de sécurité comme interconnectés et s'efforce de répondre aux besoins spécifiques de chaque pays en matière de développement.



En 2011, des accords d’aide et commerciaux ont été mis en place entre la Somalie et la Turquie. Les relations entre les deux pays se sont intensifiées avec la participation d'ONG et, en 2012, près de 1000 étudiants somaliens ont reçu des bourses dans le cadre du programme turc de bourses en réponse à la promesse du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan d’offrir des bourses à plus de 1200 étudiants somaliens lors de sa visite en Somalie le 19 août 2011. Au cours des années suivantes, le programme "des bourses Türkiye" qui fait partie de la Direction Générale des Turcs à l’étranger et des communautés apparentées (YTB), TİKA et la Fondation Diyanet ont coordonné des activités pour permettre aux étudiants somaliens de venir étudier en Turquie. Les étudiants somaliens ont ainsi pu étudier des disciplines prioritaires telles que les sciences sociales, l’agriculture, le génie civil, les sciences politiques et les relations internationales. Après leurs études, ils sont censés jouer un rôle important dans le développement économique, social et politique de la Somalie à long terme. Cette politique étudiante internationale vise à maintenir la continuité des relations bilatérales entre les deux pays.


Le rôle des étudiants somaliens dans les relations Turquie-Somalie

Les bourses d'études supérieures sont aujourd'hui l'un des moyens de soft power les plus efficaces, tant pour les pays développés que pour ceux en développement. Le soft power, appelé ainsi, consiste en l'atteinte des objectifs politiques et culturels des États, à long terme, sans recourir à la force. Cela est réalisé en adoptant leurs valeurs politiques et culturelles dans une personne ou une société, comme c'est le cas des bourses d'études. Le programme appelé « Bourses de Türkiye », lancé par la Turquie ces dernières années pour les étudiants internationaux, est devenu l'un des outils de soft power les plus importants du pays. En particulier, les étudiants somaliens ont joué un rôle clé dans le développement sincère et le progrès des relations Turquie-Somalie, qui ont été établies en 2011, dans le domaine économique, socioculturel et politique.


Les diplômés en politique et en diplomatie occupent des postes au sein de l'État et des ambassades grâce à leur maîtrise de la langue turque et somalienne. Dans le domaine économique, leur connaissance de la langue turque joue également un rôle clé dans le développement des relations bilatérales. Les étudiants somaliens, qui parlent le turc, sont devenus indispensables dans le domaine socioculturel. Ils jouent un rôle important dans les traitements médicaux et les fonds d'investissement organisés par la Turquie en Somalie, ainsi que dans l'acheminement de l'aide de la Turquie à certains groupes nécessiteux en Somalie. Tout cela contribue à rapprocher les communautés et à renforcer les liens entre les deux pays.


Depuis environ 20 ans, la Turquie mène une politique d'ouverture à l'Afrique, dont la Somalie fait partie. Cette politique a commencé à donner des résultats, notamment dans le domaine économique, grâce aux contributions d'étudiants somaliens diplômés d'universités turques au cours des huit à dix dernières années. Les étudiants somaliens, qu'ils aient terminé un département en politique, en économie ou en culture, jouent un rôle clé dans le développement des relations bilatérales entre la Turquie et la Somalie. Grâce à leur maîtrise du turc et de leur langue maternelle, ils facilitent l'entrée d'investisseurs et d'hommes d'affaires turcs sur le marché somalien, ainsi que l'entrée d'investisseurs et d'hommes d'affaires somaliens sur le marché turc. Leur connaissance des deux langues donne également confiance aux hommes d'affaires qui se déplacent dans ces deux pays et facilite leur communication avec les partenaires locaux.


Les étudiants somaliens qui retournent dans leur pays après avoir terminé leurs études et qui adoptent la langue turque donnent également confiance aux investisseurs et aux hommes d'affaires turcs qui se rendent en Somalie. En effet, la langue turque n'étant pas courante en Somalie, ces derniers ont besoin de quelqu'un pour communiquer avec leurs partenaires locaux. Travailler avec un diplômé turc qui connaît la culture et le marché somalien leur permet de s'installer plus facilement dans le pays et de s'adapter socialement et économiquement. De même, les étudiants somaliens diplômés qui préfèrent travailler en Turquie et qui parlent plusieurs langues étrangères, en plus du turc, facilitent l'arrivée et le travail des hommes d'affaires somaliens en Turquie. Ils accomplissent des tâches telles que la surveillance des marchés dans différentes régions de la Somalie, la recherche de clients, la conclusion d'accords avec des entreprises locales et l'aide à l'ouverture d'entreprises somaliennes en Turquie.


De nos jours, les entreprises turques présentes en Somalie ont réussi à concurrencer des entreprises étrangères qui ont une longue histoire dans de nombreux secteurs. Les contributions des diplômés turcs à la croissance exponentielle du chiffre d’affaires de certaines d’entre elles ont été importantes. De même, certains hôpitaux turcs dans le secteur de la santé somalien ont pris les devants grâce à leurs pratiques de tourisme médical et les patients somaliens sont désormais dirigés vers la Turquie pour leur traitement, plutôt que vers des pays du Maghreb et d’Europe, grâce aux contributions des étudiants diplômés d’ici. Les patients somaliens qui viennent pour le tourisme médical génèrent une importante quantité de devises étrangères pour la Turquie, car leurs frais de traitement sont facturés en dollars. Par ailleurs, il y a aussi des étudiants somaliens qui ont créé leur propre entreprise ou leur réseau commercial en exportant des marchandises d’ici en Somalie, soit pendant leurs études, soit après avoir obtenu leur diplôme. En réalité, nombreux sont les étudiants ou les groupes d'étudiants qui créent des entreprises commerciales, touristiques ou de fret international, et qui développent leur activité.



Association des anciens élèves de Somalie et de Turquie

La Turquie est devenue une destination éducative de choix ces dernières années, offrant aux étudiants du monde entier la possibilité de poursuivre leurs études dans divers domaines universitaires grâce au programme de bourses "Türkiye". Chaque année, des milliers d'étudiants obtiennent leur diplôme et contribuent au développement de leur pays d'origine en revenant avec une éducation de premier cycle, de cycles supérieurs et de doctorat. De plus, ces étudiants diplômés établissent des ponts d'amitié entre la Turquie et leur pays. En 2016, des étudiants somaliens ont créé l'Association des anciens élèves de Turquie somalienne pour maintenir le contact avec les diplômés somaliens en Turquie et pour faciliter leur retour dans leur pays d'origine. Le bâtiment de la Fondation Maarif de Turquie, situé sur le campus de Mogadiscio, a été mis à leur disposition pour mener leurs activités d'éducation et de formation.


L'association a mené diverses études depuis sa création, notamment des rencontres étudiantes, des foires de l'éducation, des programmes d'iftar et des projets de recherche d'emploi pour les étudiants de retour en Somalie après leur formation en Turquie. Elle compte plus de 500 membres, dont la majorité a choisi de retourner en Somalie après avoir obtenu leur diplôme en Turquie. En tant que membres de l'Association des anciens élèves de la Turquie somalienne, ces étudiants coopèrent avec l'ambassade de Turquie à Mogadiscio pour renforcer l'activité de l'association et maintenir un pont d'amitié entre leur pays et la Turquie.


Les membres de l'association guident les étudiants membres et ceux qui cherchent un emploi en les aidant à trouver un travail. De plus, ces étudiants réalisent en Somalie les mêmes programmes ou activités auxquels ils ont participé pendant leur séjour en Turquie.

Le « Programme de rencontres internationales d'étudiants », qui est mis en place par l'association UDEF pour tous les étudiants internationaux en Turquie, a été l'une des activités les plus importantes de l'Association des anciens élèves en Somalie ces dernières années. Depuis trois ans, l'association organise régulièrement cette rencontre internationale d'étudiants, qui inclut un festival culturel pour promouvoir la richesse culturelle de la Somalie et de la Turquie auprès des populations somaliennes. L’objectif de la création de l'Association des anciens élèves somaliens est de renforcer les contacts entre les étudiants somaliens diplômés de Turquie et de renforcer les liens d'amitié entre la Somalie et la Turquie. En particulier, l'association vise à encourager la coopération entre les étudiants somaliens qui ont obtenu leur diplôme en Turquie et les associations d'anciens élèves dans d'autres pays. Cela contribuera au développement des relations politiques, culturelles, économiques et commerciales entre les deux pays.


Potentiel des étudiants somaliens

Les étudiants somaliens étudiant en Turquie ont connu des résultats positifs ces dernières années. Cependant, ils rencontrent des difficultés dans leur processus éducatif et après l'obtention de leur diplôme, notamment sur le plan professionnel. Bien que les boursiers Türkiye attachent une grande importance à l'apprentissage du turc, certains d'entre eux ont du mal à s'exprimer oralement ou par écrit, ce qui peut affecter leur productivité et leur motivation. Heureusement, dans certains domaines, les étudiants peuvent étudier dans leur langue maternelle et produire des recherches de qualité.



D'autre part, les étudiants somaliens qui cherchent à travailler en Turquie rencontrent des problèmes d'intégration professionnelle, comme la difficulté à trouver un emploi dans leur domaine, des emplois à faible salaire ou des problèmes de sécurité. Certains étudiants talentueux émigrent même vers d'autres pays, comme les États-Unis ou l'Europe, pour trouver des opportunités professionnelles plus favorables. Pourtant, les étudiants somaliens ont un potentiel considérable et des capacités académiques diverses, surtout au niveau des cycles supérieurs. Si ce potentiel est découvert et évalué, des résultats significatifs peuvent être obtenus pour la Turquie et la Somalie.


Des étudiants doués dans des domaines tels que l'industrie, la technologie, la défense, etc. peuvent ne pas avoir l'opportunité de faire valoir leurs talents en raison de la barrière de la langue ou de la restriction de certains projets pour des raisons de sécurité. Il serait judicieux d'offrir à ces étudiants la possibilité de postuler à des projets en assouplissant les conditions de nationalité afin de réaliser leur potentiel. Les étudiants somaliens diplômés en Turquie sont utiles pour le développement de relations entre les deux pays, car ils ont une connaissance approfondie des deux cultures. Ils pourraient contribuer à élaborer des stratégies pour faire face à des acteurs non continentaux dans la région.

Toutefois, il est important d'établir des relations sur la base de l'égalité mutuelle en tenant compte des intérêts des deux parties. Les étudiants somaliens peuvent trouver un emploi en Turquie ou en Somalie, travaillant avec les Turcs pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Les investissements de la Turquie dans l'éducation des étudiants internationaux sont une initiative prometteuse et il est crucial d'accorder une plus grande attention à ce domaine. Les étudiants invités devraient être traités avec plus d'égards et de considération, car ils peuvent contribuer positivement à long terme dans les domaines de l'économie, de la politique, de la diplomatie, du monde universitaire et de la stratégie. Le plan d'action pour l'ouverture à l'Afrique, qui a été mis en place il y a 20 ans par la Turquie, est en cours de réalisation grâce aux contributions des étudiants africains diplômés ces dernières années.


Conclusion

Les relations entre la Turquie et la Somalie ont une histoire qui remonte à près de 500 ans. Cependant, après la création de la République de Turquie et l'évolution des équilibres politiques dans le monde, ces relations ont connu des hauts et des bas. À la fin de la guerre froide, la Turquie a adopté une politique étrangère multidimensionnelle et a lancé sa politique d'« ouverture à l'Afrique » en 1998. Depuis lors, la Turquie a mené des activités commerciales, économiques, politiques, sanitaires, culturelles et éducatives avec les pays du continent africain.

Dans ce contexte, l'aide turque à la Somalie, qui a débuté avec la crise de la sécheresse en 2011, s'est encore accrue avec la découverte de l'importance stratégique et des ressources naturelles du pays. La Turquie a investi dans la construction d'écoles, d'hôpitaux, de bases militaires et a développé des relations commerciales avec la Somalie. Près de 1 000 étudiants somaliens ont ainsi bénéficié de bourses d'études en Turquie.

Grâce à ces relations, la Turquie est devenue le pays privilégié des Somaliens pour la santé et l'éducation. La Turquie a joué un rôle majeur dans le développement des relations bilatérales entre la Somalie et la Turquie, notamment grâce à ses programmes de bourses d'études pour les étudiants somaliens. La diaspora somalienne est également organisée à Istanbul et joue un rôle clé dans le développement de ces relations. En 2016, la Turquie a créé une association internationale d'étudiants somaliens qui a contribué à l'essor des étudiants somaliens diplômés de Turquie. La politique d'ouverture à l'Afrique de la Turquie est en cours de mise en œuvre, et son engagement dans l'éducation des étudiants africains est un élément clé de cette stratégie.


RÉFÉRENCES

(ICG), I. C. (8 octobre 2012). Assessing Turkey’s Role in Somalia, Africa Briefing, disponible à l’adresse : https://www.refworld.org/docid/5073ef732.html [consulté le 7 juin 2020]. International Crisis Group (ICG).

Benard, C. R. (2004). L’islam démocratique civil : partenaires, ressources et stratégies. Rand Corporation.

Davutoglu, A. (2013). La diplomatie humanitaire de la Turquie : objectifs, défis et perspectives. Nationalities Papers, 41(6), 865-870.

Demirtas, T. (2018). « Le nouveau front de la lutte mondiale pour le pouvoir est la Corne de l’Afrique. Bilimevi Journal of Foreign Policy, 5.

Dörrie, P. (2014.). « Al-Shabab: A Close Look at East Africa’s Deadliest Radicals ». . World Politics Review.

Elmi, A. A. (2012). Somalie : identité, mouvements islamiques et paix... Istanbul. : Livre d’ouverture.

Ergan, U. (2016). « Base d’entraînement militaire turque en Somalie. ». En ligne.

Hamid, S. (2017). « Les relations entre la Turquie et l’Afrique en 2005 et après, étude de cas : le cas de la Somalie », mémoire de maîtrise non publié, . Istanbul: Istanbul: Medeniyet U.

Heyle, A. (2018). « Turkey’s Efforts for the Establishment of Somali State Institutions », mémoire de maîtrise non publié, . Istanbul: Istanbul: Université de Marmara.

Ibrahim, G. (2019). Nouveaux horizons dans l’éducation, la diplomatie et le commerce dans les relations Turquie-Afrique, . Association des chercheurs du Moyen-Orient et de l’Afrique (ORDAF), https://ordaf.org/turkiye-afrika-iliskilarda-egitim-diplomasi-ve-ticarette-yeni-ufuklar/.

Lamb, C. (2008). Diplomatie humanitaire. La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

M., H.-T. (2006). La diplomatie humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge. . Berlin: Comité international de la Croix-Rouge.

Mertin, B. (2008). Devoirs au-delà des frontières. Politique étrangère : théories, acteurs, cas, . International Rserve Journal, 189-203.

Ozkan, M. (2014). « East African Geopolitics and Turkey’s Somalia Policy », . . TİKA.


6 görüntüleme

コメント


bottom of page