top of page
  • Sywar Ayachi

Le Mouvement De La Science Ouvert (Open Science Movement) En Afrique

Le discours mondial sur la science ouverte (OS) est généralement monopolisé par le Nord. Cependant, les pays du Sud, et en particulier l'Afrique, ont pris part à ce mouvement depuis son émergence, malgré les défis qui ont ralenti sa progression, mais qui gagnent du terrain dans les pays africains. Avant d'explorer le contexte africain, il est important d'établir une compréhension générale du terme Science Ouverte et de ses principes fondamentaux.


L'UNESCO a défini la science ouverte comme un terme générique qui englobe de nombreuses pratiques visant à rendre les connaissances scientifiques multilingues librement disponibles, accessibles et réutilisables pour tous sous la licence CC-BY (cette licence permet la distribution gratuite d'une "œuvre" autrement protégée par le droit d'auteur). En outre, l'OS repose sur quatre piliers principaux : la connaissance scientifique ouverte, l'infrastructure scientifique ouverte, l'engagement ouvert des acteurs de la société et le dialogue ouvert avec d'autres systèmes de connaissance. En outre, l'UNESCO met en avant l'OS comme un nouveau paradigme qui intègre des pratiques de reproductibilité, de transparence, de partage et de collaboration dans l'entreprise scientifique. Il s'appuie sur les principes essentiels de la liberté académique, de l'intégrité de la recherche et de l'excellence scientifique, qui résultent d'un accès accru au contenu, aux outils et aux processus scientifiques. L'OS englobe un large éventail de domaines académiques et de pratiques savantes, allant des sciences fondamentales et pratiques aux sciences naturelles et sociales, en passant par les sciences humaines. (UNESCO,2021).



En clair, le mouvement de la science ouverte vise à démocratiser les dossiers scientifiques, y compris les données qui sont considérées comme un point d'ancrage pour résoudre les problèmes de santé, de développement, d'éducation et de société à l'échelle mondiale.


Dans le contexte africain, la science ouverte est censée renforcer les systèmes de santé, faire progresser la recherche scientifique et former la prochaine génération de scientifiques africains qui dépendent fortement de l'accès aux connaissances scientifiques. La pandémie de COVID-19 a fait ressurgir le besoin de surveillance des épidémies en Afrique en raison de son rôle vital dans la préparation et la réponse aux pandémies. Les disparités dans les pratiques de surveillance des épidémies et leurs conséquences en Afrique, par rapport aux pays développés, sont devenues plus évidentes lors de la planification et de l'exécution des réponses à la pandémie de COVID-19. (Havemann et al., 2020). En outre, le mouvement de la science ouverte s'est avéré favorable à la modification des récits sur le continent africain et à la mise en lumière des connaissances africaines.

Des initiatives remarquables en matière de science ouverte en Afrique :

Bien que les entreprises opérationnelles de science ouverte n'en soient qu'à leurs débuts, elles sont prometteuses pour la création d'un système collaboratif multi-étatique qui pourrait donner la priorité à des agendas africains clés et conduire à des économies de coûts.



La plateforme africaine de la science ouverte (AOSP- African Open Science Platform) :

L'une des initiatives africaines les plus importantes en matière de science ouverte est la plateforme africaine de science ouverte (AOSP). Il s'agit d'une plateforme panafricaine, hébergée pour l'Afrique par l'Afrique du Sud. Ses principales missions sont la gouvernance, l'engagement des parties prenantes, la mobilisation des ressources, les activités d'application et principalement le cadre de suivi et d'évaluation. (ONU, 2023) L'idée a été lancée en 2015 dans le cadre de l'Accord international sur les données ouvertes dans un monde de données massives. "L'initiative AOPS est encore dans sa phase de livraison", c'est ce qu'a déclaré Tshiamo Motshegwa, directeur de l'AOSP et membre mondial de la table ronde exécutive de l'Open Science Cloud. Lors de la troisième conférence de l'ONU sur la science ouverte qui s'est tenue en février 2023 au siège de l'ONU à New York, il a également déclaré que "l'AOSP est encore en train de faire ses premiers pas et je veux que vous nous rejoigniez dans l'exécution de sa stratégie" (ONU, 2023).


L'initiative LIBSENSE

Une autre initiative marquante sur le continent est l'initiative LIBSENSE (Library Support for Embedded NREN Services and E-infrastructure). Elle a été mise en place en 2016 pour créer une communauté de pratique qui promeut la science ouverte et encourage l'adoption de services et d'infrastructures scientifiques ouverts en Afrique. Le projet rassemble les communautés de bibliothèques universitaires et les réseaux de recherche et d'éducation (REN) en Afrique pour faire progresser les initiatives d'accès ouvert et de science ouverte sur le continent. L'une de ses principales activités a été les Trois ateliers d'établissement de l'ordre du jour qui ont eu lieu dans différents pays africains à la fin de 2018 et au début de 2019 et qui sont les suivants : le premier atelier s'est tenu à Zanzibar, en Tanzanie - en novembre 2018, conjointement avec l'Alliance pour la recherche et l'éducation en réseau de l'Afrique orientale et australe (UbuntuNet), et le deuxième a été mené à Accra, au Ghana - en mars 2019, conjointement avec le Réseau de recherche et d'éducation de l'Afrique occidentale et centrale (WACREN) et enfin, le troisième atelier s'est tenu à Tunis, en Tunisie - en avril 2019, conjointement avec le Réseau de recherche et d'éducation des États arabes (ASREN).


Ces ateliers visaient à renforcer les capacités et à fournir une formation aux bibliothécaires, aux chercheurs et aux autres parties prenantes de la communauté universitaire. Les ateliers ont couvert des sujets tels que la publication en libre accès, la gestion des données et l'éthique de la recherche. (LIBSENSE, 2021) En conséquence, LIBSENSE a commencé son travail dans ces trois régions différentes en se basant sur les résultats de ses ateliers et de ses enquêtes. La première constatation importante a été l'absence de politiques nationales de libre accès et de feuilles de route pour la science ouverte. La deuxième constatation est l'insuffisance du soutien à l'expertise en matière de compétences numériques et du financement des dépôts numériques dans ces régions. Par exemple, selon Statista, les dépenses intérieures brutes en recherche et développement (DIRD) de la Tunisie ne représentaient que 0,61 % du PIB du pays (Statista, 2023). (Statista, 2023) Cette proportion est trop faible pour satisfaire la faim scientifique du pays et une proportion presque aussi faible a été donnée dans différents pays africains. C'est là qu'intervient le rôle de LIBSENSE, qui tente de promouvoir l'ouverture en Afrique par le biais de ses lignes directrices sur les métadonnées pour les fournisseurs de données, de son accord type sur l'échange de métadonnées/données et de ses modèles de politique en anglais et en français. Les trois ateliers de définition de l'ordre du jour organisés dans divers pays d'Afrique, où plusieurs initiatives institutionnelles et nationales ont été lancées, ont eu des retombées précieuses. Par exemple, au Bénin, l'Université d'Abomey Calavi (UAC) a créé une Bibliographie des Enseignants et Chercheurs (BEC = BTR), qui oblige les enseignants et les chercheurs de l'UAC à déposer une copie de leurs publications dans cette archive ouverte. Cette initiative oblige même les étudiants à mettre en ligne leurs mémoires et thèses sur le site de l'UAC avant d'obtenir leur diplôme. Au Burkina Faso, la plateforme BEEP (Bibliothèques électroniques en partenariat) a été créée. Il s'agit d'un site d'hébergement de bibliothèques numériques qui offre un accès libre à plusieurs collections de documents scientifiques produits, pour la plupart, par des institutions de pays en développement. (IRD, 2020) Par ailleurs, la Côte d'Ivoire s'est également intéressée au mouvement de la science ouverte. Un dépôt national en libre accès a été créé par son ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Il s'agit d'un espace de partage des connaissances et de préservation du patrimoine scientifique qui vise à promouvoir l'accès ouvert et à mettre en œuvre des politiques d'accès ouvert aux niveaux national et institutionnel. De nombreux autres pays africains ont suivi la voie du mouvement de la science ouverte en vertu de l'initiative LIBSENSE, notamment l'Éthiopie, le Malawi, la Tunisie, le Nigeria, le Mozambique, l'Ouganda, le Maroc, le Ghana et le Botswana. Par ailleurs, les derniers symposiums sur la science ouverte organisés par LIBSENSE ont eu lieu en Tunisie et au Botswana en novembre 2022 et ont débouché sur des recommandations pour la mise en œuvre de politiques et de feuilles de route nationales en matière de science ouverte. (LIBSENSE, n.d.).



L'initiative H3ABioNet

H3ABioNet est une initiative africaine issue de la Société africaine de génétique humaine dans le cadre du projet Hérédité humaine et santé en Afrique (H3Africa). Il s'agit d'un réseau panafricain de bio-informatique comprenant 28 nœuds répartis dans 17 pays, dont 16 sont africains : Afrique du Sud, Madagascar, Tanzanie, Malawi, Ouganda, Kenya, Ghana, Nigeria, Égypte, Soudan, Botswana, Niger, Tunisie, Mali et Maroc. Son objectif est d'améliorer la santé des pays africains en améliorant l'infrastructure de recherche, permettant ainsi aux scientifiques africains de mener des recherches en génomique. La création d'un réseau africain de bio-informatique a été jugée nécessaire pour atteindre cet objectif. Le H3ABioNet a pour mission de soutenir le consortium, de superviser la gestion et l'analyse des données et de veiller à ce que les données soient correctement interprétées et utilisées au profit de l'Afrique. Le H3ABioNet soutient le H3Africa en fournissant des outils et des flux de travail pour faciliter l'analyse des données. Il propose également des formations gratuites en bio-informatique et en informatique pour les scientifiques africains, y compris les doctorants et les étudiants en master. Il s'agit de créer un ensemble de données de référence et une plateforme à partir desquels les gens peuvent améliorer la science et la médecine génomique et acquérir les compétences nécessaires pour y parvenir. En outre, sa mission est de permettre aux scientifiques africains de s'approprier les données africaines pour le peuple africain. (H3ABioNet, n.d.).



Le projet Wikidata de l'AFLIA

L'AFLIA (African Library and Information Associations and Institutions) a participé au mouvement de la science ouverte et l'un de ses derniers projets est la promotion des pratiques de connaissance ouverte dans les bibliothèques africaines par le biais du projet WikiData. Il vise à atteindre l'objectif principal d'accroître la visibilité, l'ouverture et la connectivité des collections des bibliothèques en Afrique. Le projet est financé par la Fondation Wikimedia et vise également à améliorer la compréhension de la connaissance ouverte et des données liées dans le secteur des bibliothèques africaines. Nkem Osuigwe, directeur du développement des capacités humaines et de la formation de l'AfLIA, a confirmé lors de la séance d'inauguration du cours Wikidata que 724 candidats de 36 pays africains et de 6 pays extérieurs au continent avaient demandé à participer au cours, alors que l'objectif était de 200 participants de 20 pays africains. Osuigwe a affirmé qu'une demande d'extension du projet Wikidata africain a été faite, afin de s'assurer que personne ne sera laissé pour compte et que tous les participants seront inclus dans le projet. Grâce au projet Wikidata de l'AfLIA, les bibliothécaires africains et les autres professionnels de l'information du secteur des bibliothèques apprennent à utiliser Wikidata comme base de données et outil de visualisation pour cartographier les connaissances et connecter leurs collections en reliant les métadonnées locales à un réseau mondial de métadonnées. Les informations contenues dans les bibliothèques, les musées et les archives dans les langues africaines locales seront ainsi plus ouvertes et accessibles. (AFLIA, 2023).



Relever les défis de la science ouverte en Afrique : L'impact du néocolonialisme bibliométrique

Il est certain que les traditions et pratiques plurielles et parfois divergentes du continent ralentissent les progrès de la science ouverte et posent un ensemble unique de défis qui ont été bien reconnus dans la littérature académique. L'un des principaux défis est la culture fermée de la recherche scientifique dans les institutions africaines, en particulier les universités. De nombreuses universités africaines donnent la priorité à la publication dans des revues internationales à fort impact, souvent au détriment de la recherche et de la collaboration locales, conformément à l'aphorisme ''Publier ou périr'' qui pousse à publier des travaux universitaires dans des revues internationales à fort impact, pour réussir une carrière universitaire (Mouton, 2011). En outre, certaines universités restreignent l'accès au matériel et à l'équipement de recherche, ce qui rend difficile pour les étudiants de s'engager dans des activités de recherche significatives (Adewumi, Oyewusi & Fabunmi, 2016). Un autre défi est le manque d'infrastructures et de financement pour les initiatives de science ouverte. Il s'agit notamment de l'accès inadéquat aux équipements de laboratoire modernes, aux revues scientifiques et aux outils de gestion des données. Un autre défi important est l'absence de politiques et de lignes directrices pour le libre accès et la science ouverte dans de nombreux pays africains. Si certains pays, comme l'Éthiopie, ont élaboré des politiques nationales pour le libre accès, beaucoup d'autres ne l'ont pas encore fait (Chakraborty & Das, 2018). Ce manque de soutien politique peut décourager les chercheurs de s'engager dans des activités de science ouverte, voire pire, il peut entraver leurs activités et limiter la diffusion des résultats de la recherche à des publics plus larges. En plus de ces défis, le plus important est le manque de collaboration, nous voyons de nombreuses initiatives de science ouverte, ce qui est un bon indicateur, mais si ces initiatives collaboraient, les progrès auraient été plus importants. Si vous voulez aller loin, allez-y ensemble".


Outre les défis bien connus du financement, de la gouvernance et de la politique, le passé colonial de l'Afrique pourrait-il également être un facteur contribuant à la lenteur des progrès ?


Le néocolonialisme bibliométrique fait référence à l'utilisation d'outils et d'indicateurs bibliométriques pour évaluer la recherche universitaire, ce qui peut nuire à la productivité de la recherche et à la communication universitaire dans les régions sous-représentées telles que l'Afrique. L'utilisation de mesures bibliométriques pour évaluer la qualité de la recherche peut créer un biais en faveur de certains types de résultats de recherche, ce qui conduit à une compréhension biaisée du paysage de la recherche en Afrique. Cela peut conduire à la marginalisation des chercheurs et des institutions africains, et à un manque de reconnaissance de leurs contributions à la communauté mondiale de la recherche. (Mzileni & Heleta, 2023). Le livre "Who Counts ? Ghanaian academic publishing and global science", met en lumière les défis auxquels sont confrontés les établissements d'enseignement supérieur et les universitaires africains dans l'espace d'édition universitaire mondial du néolibéralisme, contrôlé principalement par des organisations et des universitaires du Nord. Les auteurs explorent non seulement la culture de la recherche scientifique au Ghana, mais ils donnent également une vue d'ensemble du continent africain, en explorant l'un des pays les plus en vue, à savoir l'Afrique du Sud, qui est le plus grand producteur de recherche universitaire d'Afrique. Ils soutiennent que le colonialisme bibliométrique est perpétuée en Afrique du Sud par le Département de l'enseignement supérieur et de la formation (DHET), soulignant le rôle de l'Afrique du Sud en tant qu'accessoire sub-impérial des ambitions impériales du Nord global et comment le Département de l'enseignement supérieur et de la formation (DHET) en Afrique du Sud promeut le colonialisme bibliométrique en maintenant une liste de revues académiques approuvées qui sont principalement basées et dominées par des chercheurs du Nord global, et en dévalorisant les revues savantes africaines établies de longue date. Cette liste est utilisée pour déterminer les subventions de recherche et la progression de carrière des universitaires et des chercheurs en Afrique du Sud, ce qui conduit à une situation où environ 80 % de la production scientifique sud-africaine est publiée dans ces revues approuvées. Cette situation renforce le colonialisme universitaire et l'exclusion épistémique, car les revues savantes africaines sont sous-évaluées et exclues de la conversation. (Mills, Kingori, Branford, Chatio, Robinson & Tindana, 2022) (Mzileni & Heleta, 2023).



Pour relever ces défis, il convient d'adopter une approche à multiples facettes, comprenant des interventions politiques, des initiatives de financement et des réformes institutionnelles. En outre, la lutte contre le néocolonialisme bibliométrique du Nord global pourrait se faire en encourageant et en soutenant des voix diverses, en promouvant la production locale de connaissances et la publication en libre accès, en diversifiant les pratiques de citation, en établissant des partenariats et des collaborations, et en s'attaquant aux préjugés et aux inégalités dans le système académique. Plus important encore, l'Afrique doit développer son infrastructure d'édition académique pour défier et démanteler l'hégémonie eurocentrique et le colonialisme bibliométrique. C'est ce que nous constatons dans les efforts continus des chercheurs et des éditeurs africains qui tentent de créer et de promouvoir une recherche crédible et percutante, ce qui permet d'espérer un avenir plus équitable et plus inclusif pour la science ouverte en Afrique, où le récit de l'Afrique est contrôlé par les Africains. (Mills, 2022).


Liste des revues africaines en libre accès:

· The pan-African and cross-disciplinary AfricArxiv https://osf.io/preprints/africarxiv/discover

· The francophone institutional archive DICAMES, http://dicames.scienceafrique.Org/


Répertoires généraux en libre accès:

- International African Institute provides lists of national, regional and pan-African directories and other Open Access content sources for the following list (Algeria, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Cape Verde, Côte d'Ivoire, Egypt, Ethiopia, Ghana, Kenya, Lesotho, Libya, Madagascar, Morocco, Mozambique, Namibia, Nigeria, Rwanda, Senegal, Sierra Leone, South Africa, Sudan Tanzania, Tunisia, Uganda, Zambia, Zimbabwe) https://www.internationalafricaninstitute.org/repositories

- The African StoryBook Project is a repository of stories in local African languages. This open source repository of digital books written in local African languages allows the re-purposing, scaling, and sharing of content from the platform https://www.africanstorybook.org/


- Africa Information Highway (AIH) portal. It links all African countries governmental Data portals https://www.afdb.org/en/knowledge/statistics/africa-information-highway-aih


University open repositories:

- OpenUCT | University of Cape Town.

Theses / Dissertations, Open Educational Resources, Research Output, Other Publications Link: https://open.uct.ac.za/

- The National Open University of Nigeria (NOUN) is an open and distance learning (ODL) institution. It offers a wide range of courses and downloadable material for educational purposes https://nou.edu.ng/e-courseware/

References:

Adewumi, D. F., Oyewusi, F. O., & Fabunmi, B. A. (2016). Availability and utilization of research materials and equipment for effective teaching and learning in selected universities in South West Nigeria. Library Philosophy and Practice.

Aflia Wikidata Project. (2023). Aflia Wikidata Project. Meta-Wiki. Retrieved April 10, 2023, from https://meta.wikimedia.org/wiki/Aflia_Wikidata_Project

Chakraborty, A., & Das, S. K. (2018). Open Access in Africa: Status, challenges and opportunities. IFLA Journal.

H3ABioNet. (n.d.). https://www.h3abionet.org/about. Accessed 10 Apr. 2023

Havemann, J., Bezuidenhout, L., Achampong, J., Akligoh, H., Ayodele, O, Hussein, S., et al. (2020). Harnessing the Open Science Infrastructure for an Efficient African Response to COVID-19. Zenodo. doi: 10.5281/ZENODO.3733768

Institute for Research and Development (IRD). (2020). Electronic Library of the Research Institute for Development (BEIRD). Retrieved April 06, 2023, from https://beep.ird.fr/greenstone/cgi-bin/library.cgi

LIBSENSE. (n.d.). Retrieved April 10, 2023, from https://libsense.ren.africa/en/

LIBSENSE. (2021). Workshops. [Collaborative project involving WACREN, EIFL, INASP, Ubuntunet, ASREN]. https://spaces.wacren.net/display/LIBSENSE/Workshops

Mills, D. (2022). Some thoughts on how to confront bibliometric coloniality. University World News. Retrieved from https://www.universityworldnews.com/post.php?story=20220629101934650

Mills, D., Kingori, P., Branford, A., Chatio, S., Robinson, N., & Tindana, P. (2022) WHO COUNTS?. African Minds. South Africa. Link: https://www.africanminds.co.za/wp-content/uploads/2023/02/Who-counts-text-web-31012023.pdf

Mzileni, P., & Heleta, S. (2023). Tackling the Global North’s bibliometric coloniality. University World News. Retrieved from https://www.universityworldnews.com/post.php?story=2023030708041595

UNESCO. (2021). Recommendation on Open Science. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000374805 Accessed on 20/03/2023

United Nations Library. (2023, February 08-10). 3rd UN Open Science Conference. [Hybrid Conference]. United Nations Headquarters, New York. Link: https://media.un.org/en/search?query=3rd%20Open%20Science%20Conference&sort_by=oldest&f[]=production_date%3A(min%3A1675832400%2Cmax%3A1676030400)&sort-by=relevance Accessed on 20/03/2023


10 görüntüleme
bottom of page