top of page
  • Ensar Küçükaltan

La politique africaine de la Russie fondée sur la sécurité

Nous avons souvent entendu le nom de Wagner, que nous pouvons définir comme un groupe de mercenaires russes, pendant la guerre civile en Libye. Wagner, qui a fait son entré au pays pour aider les forces de Haftar en utilisant son propre équipement militaire, a joué un rôle important en Libye avec ses 1200 combattants. Bien sûr, tout le monde sait qu’une telle « entreprise » ne s’installerait pas dans une région au nom de la préservation de la démocratie ou de la stabilisation du pays. De plus, les champs pétrolifères en Libye et la possibilité d’être actif en Méditerranée orientale semblent plus intéressants que la stabilité de la Libye.

En fait, Wagner peut être considéré comme une partie importante de la politique d’expansion de Moscou. U moyen qui coute moins que d’habitude. Le coût de l’occupation est mieux lu dans le contexte de l’exemple américain des opérations d’occupation au cours des deux dernières décennies. Par conséquent, le coût de l’occupation doit être réduit, en abandonnant les vieilles méthodes consistant à mener de guerres par des grandes armées, des frappes aériennes ou l’accumulation de chars, pour agir avec des groupes plus petits mais efficaces. En particulier, le fait qu’une telle démarche soit menée par des milices civiles renforce encore la main des États en termes de responsabilités. Une « société » créée dans le but d’assurer la sécurité aura beaucoup moins de responsabilités que la facture qui pourrait être payée à un État.



On peut dire que la Russie, qui poursuit sa politique expansionniste en Syrie après les initiatives de la Crimée et de l’Ukraine orientale, considère également l’Afrique comme un facteur d’équilibre de puissance. Le fait qu’il y ait des administrations autocratiques dans de nombreuses régions d’Afrique est l’un des facteurs qui peuvent renforcer la main de la Russie, comme on l’a vu dans le cas de la Chine. L’utilité du désaccord de pouvoir du continent avec la démocratie encourage ces pays à exporter leurs régimes fermés.

Pour en revenir à Wagner, il conviendrait de commencer par examiner ses activités en Libye, en République centrafricaine, au Soudan et au Mozambique. Le groupe, qui s’est rangé du côté de Haftar dans les troubles de longue date en Libye, a entrepris de protéger directement le président Faustin-Archange Touadéra en République centrafricaine. En outre, Valery Zakharov a été nommé conseiller spécial du président en matière de sécurité. Cette nomination, qui a provoqué un malaise dans diverses couches de la bureaucratie, couplée à la réaction du secrétaire d’État Charles-Armel Doubane, a causé le limogeage du ministre (Siegle, 2021). L’un des points les plus critiqués à propos des élections de 2020 était cette présence russe derrière le président. Cette question de « sécurité », qui aurait influencé les élections, pourrait devenir une menace plus grave pour la souveraineté de la République centrafricaine à l’avenir. Les rapports indiquent que Wagner négociait simultanément un partage des revenus avec les rebelles tout en prenant le contrôle des mines lucratives d’or et de diamants dans le nord (Kimberly, 2019). Un autre domaine d’intervention a été le Soudan. Le groupe, dont la présence s’intensifie en particulier pendant la période el-Béchir, a tenté de protéger le gouvernement lorsque les manifestations contre l’administration ont commencé. Il y a également des rapports selon lesquels il est déployé pour aider le gouvernement mozambicain à répondre à la menace terroriste qui se propage rapidement dans le nord. Par coïncidence, la région abrite une exploitation minière de bijoux d’un milliard de dollars et des réserves nationales de gaz liquéfié (Siegle, 2021).


www.thedailybeast.com/pro-russia-demonstration-was-false-flag-operation-staged-by-mali-coup-plotters

Nous avons examiné le processus du coup d’État au Mali dans les sections précédentes. Après le coup d’État, les partisans de l’armée sont descendus dans les rues de Bamako pour célébrer. Parmi la foule, certains agitaient des drapeaux russes. Chose qui est intéressant. Beaucoup d’autres ont tenu des affiches pré-imprimées similaires célébrant la coopération malio-russe, des photos de Vladimir Poutine et des messages remerciant la Russie pour son soutien. Il convient de noter que ces images se sont produites même si la Russie n’avait pas de liens bilatéraux, culturels ou historiques forts avec le Mali.

Certains médias régionaux ont rapporté que Diaw et Camara étaient en Russie avant de retourner au Mali pour mener le coup d’État. Ce sont également les détails qui sont apparus dans les médias selon lesquels les deux officiers avaient déménagé de Bamako à Moscou plus tôt dans l’année pour participer à un entraînement militaire soutenu par les forces armées russes et qu’ils étaient revenus environ une semaine avant le coup d’État (Obaji, 2020).

Le fait que des drapeaux russes aient été hissés sans surprise sur les places lors du dernier coup d’État au Burkina Faso est une indication que la politique régionale de la Russie est poursuivie discrètement mais efficacement.

Les Russes semblent avoir accru leur influence sur le continent grâce à des contacts étroits avec Denis Sassou-Nguesso en République du Congo, Ali Bongo au Gabon, Andry Rajoelina à Madagascar, Emmerson Mnangagwa au Zimbabwe et Salva Kiir au Soudan du Sud. La politique expansionniste de la Chine basée sur des éléments de soft power semble être mise en œuvre par la Russie par le biais de la sécurité. Le fait que les gouvernements aient beaucoup à perdre augmente la nécessité de rester au pouvoir, tandis que la Russie utilise cette nécessité à son avantage. Cette préoccupation doit être lue en conjonction avec l’augmentation des incidents sociaux chez les jeunes tels que End SARS en Afrique. Les Russes promettent à l’élite africaine la poursuite du pouvoir. À ce stade, il convient de noter que Moscou n’accepte pas les activités de Wagner. Interrogé sur la Libye, Poutine a répondu: « Les Russes qui combattent en Libye ne représentent pas l’État » (Reuters, 2020). Il a également répondu à l’avertissement de l’Allemagne et de la France concernant le déploiement de quelques milliers de combattants Wagner au Mali (France-Presse, 2021).



La Russie a fait des gains en s’engouffrant dans les lacunes laissées par l’Occident et peu disposées à combler par la Chine. Les armes russes et le soutien à la sécurité, sont offertes sous peu d’exigence contrairement à l’aide européenne ou américaine. Après que les États-Unis se sont retirés de leur accord de 2014 avec le gouvernement nigérian pour fournir des expéditions d’hélicoptères d’attaque au Nigeria en raison de préoccupations en matière de droits de l’homme dans ce pays, la Russie a signé un accord avec le Nigeria pour six hélicoptères Mi-35. De même, l’aide militaire américaine à l’Égypte depuis le coup d’État militaire de 2013 et la réduction des armes a permis à la Russie de saisir 31% des principales importations d’armes de l’Égypte aujourd’hui. La Russie est déjà le premier fournisseur d’armes de l’Afrique et au moins 15 pays reçoivent plus d’un tiers de toutes les armes du Kremlin. Le Sommet Russie-Afrique de 2019 a encore renforcé ces relations militaires. Le Kremlin a signé 50 contrats, couvrant les secteurs économique, militaire, environnemental et nucléaire. Elle a signé des accords avec plus de 30 pays africains pour la fourniture de matériel militaire. La valeur de ces transactions est estimée à 12,2 milliards de dollars.

En outre, la Russie a signé au moins 16 accords de coopération nucléaire avec des pays africains.

š République centrafricaine : Quelques mois après que Moscou a fourni des munitions au pays en 2018, la société russe Lobaye Invest a reçu une licence du gouvernement centrafricain pour rechercher et extraire de l’or et des diamants dans le pays. Lobaye Invest a été fondée par M Invest et est une filiale de MFinance, fondée par le fondateur de Wagner, Prigozhin.

š Soudan : Wagner aurait fourni un soutien aux SMP au régime d’Omar el-Béchir par l’intermédiaire de la société écran russe Meroe Gold, basée au Soudan, ainsi que de M Invest. Wagner a également protégé les mines d’or de ces sociétés au Soudan. L’administration américaine a inclus M Invest sur sa liste de sanctions en juillet 2020.

š Mozambique : La compagnie pétrolière russe Rosneft et la société nigériane Oranto Petroleum ont signé un accord en mai 2018 pour collaborer sur des projets pétroliers et gaziers en Afrique. L’accord a étendu la portée de Rosneft à l’Afrique via l’Égypte et le Mozambique.

š République démocratique du Congo (RDC) : La société russe Alrosa, qui représente 95 % de la production de diamants en Russie, a signé un protocole d’accord sur le développement durable de l’industrie de l’extraction de diamants dans le but d'« échanger des technologies » avec la société congolaise d’extraction de diamants Bakwanga.

Sur les photographies récemment représentées dans la presse au Mali et au Zimbabwe, on voit la formation donnée par les Russes aux soldats des pays concernés. Il est évident que ces formations, qui ont le potentiel de démarrer dans différents pays dans un avenir proche, dérangent le plus la France. Etant sur le point de quitter le Mali, la France, ne restera pas sans réponse face à ce poignard coincé au cœur de « l’Afrique francophone ».

Le problème qui est apparu avec l’expansion de la présence russe en Afrique de l’Ouest, ne concerne pas seulement les anciens acteurs étrangers d’exploitation de la région. Diverses collaborations dans le domaine commercial doivent également suivre ces initiatives. Il serait incomplet de percevoir l’activité russe uniquement comme une question de sécurité. Les mouvements de « coopération » qui ont commencé avec la sécurité ont le potentiel de changer les donnes dans les domaines économiques aussi.

Considérés indépendamment des institutions et des individus, le principal problème est que les problèmes internes d’un pays souverain sur le continent africain, que ce soit le Mali ou le Mozambique, tentent d’être résolus par le dialogue entre la Russie et les pays européens. Ce point de vue, qui ne semble pas différent de tout le XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, est le problème le plus important de l’Afrique. Les États africains souverains doivent se débarrasser de la situation d’être la zone d’intervention d’autres pays dès que possible. Le moyen d’y parvenir, comme partagé dans les chapitres précédents, sera la fin des pouvoirs élitistes et le respect de tous pour la véritable volonté du peuple.

Bibliographie

France-Presse, A. (22 octobre 2021). Poutine rejette les liens avec les mercenaires russes « à destination du Mali ». Enquêteur: Récupéré de https://newsinfo.inquirer.net/1505100/putin-dismisses-links-to-mali-bound-russian-mercenaries

Kimberly, M. (2019). L’utilisation par la Russie de forces de sécurité semi-étatiques : le cas du groupe Wagner. Post-Soviet Affairs, 35(3), 181-204.

Obaji, P. J. (2020, 20 août). Les dirigeants du coup d’État au Mali ont pris le pouvoir quelques jours après leur retour du camp d’entraînement militaire en Russie. Extrait de Daily Beast: https://www.thedailybeast.com/russia-trained-the-mali-coup-leaders

Reuters. (11 janvier 2020). Poutine russe : Les Russes qui combattent en Libye ne représentent pas l’État. Extrait de Reuters: https://www.reuters.com/article/us-libya-security-russia-idUSKBN1ZA0N4

Siegle, J. (2021). Russie et Afrique : expansion de l’influence et de l’instabilité. Dans G. P. Herd, Russia’s Global Reach: A Security and Statecraft Assessment. Garmisch-Partenkirchen: George C. Marshall Centre européen d’études de sécurité. Extrait du Centre d’études stratégiques de l’Afrique : https://africacenter.org/experts/joseph-siegle/russia-strategic-goals-africa/


2 görüntüleme
bottom of page