top of page
  • Yazarın fotoğrafıMoussa Hissein Moussa

La Fracture Nord-Sud du Soudan : Une Antithèse dans le Processus de l’Intégration Africaine

Introduction

Le Soudan, un pays situé dans la région du Sahel en Afrique, partage ses frontières avec plusieurs pays, dont l'Égypte, la Libye, le Tchad, la République centrafricaine, le Soudan du Sud, le Tchad et l'Érythrée. Il s'agit du troisième plus grand pays du continent africain, avec une superficie de plus de 1,8 million de km² et une population d'environ 45 millions d'habitants. Khartoum, la plus grande ville du pays, en est également la capitale. Le Soudan est un pays caractérisé par une grande diversité culturelle, linguistique et religieuse, avec une majorité de musulmans, ainsi qu'une importante minorité chrétienne et animiste. Les défis économiques et politiques du pays ont été nombreux, notamment la guerre civile qui a duré plus de deux décennies et s'est terminée en 2005 avec l'accord de paix global de Naivasha. Depuis lors, le pays a connu une transition politique complexe, notamment avec la sécession du Soudan du Sud en 2011, qui a créé une frontière de plus de 2000 km entre les deux parties. Cette division a impacté considérablement la thèse l'intégration africaine, qui soutient l’unification des états africains dans un cadre continental.



Contexte Historique

Le Soudan est un pays africain très diversifié, avec plus de 300 groupes ethniques différents, parlant plus de 100 langues. Le pays a été colonisé par les Britanniques au 19ème siècle, qui ont établi un gouvernement centralisé à Khartoum et ont imposé leur domination sur les différentes régions du pays. Après l'indépendance du Soudan en 1956, les tensions entre le nord et le sud du pays se sont intensifiées, principalement en raison de la manipulation des différences culturelles, ethniques et religieuses. La genèse du problème qui conduit à la fracture, se trouve sur le non-respect de l'un des principaux objectifs du mouvement d'indépendance du pays. En effet, l'objectif principal du groupe indépendantiste, qui gère le processus d'indépendance du pays, est de conduire le pays à l'indépendance, puis de le gouverner avec un système fédéral. Cependant, le fait que les dirigeants arrivés au pouvoir après l'indépendance se sont opposés au système fédéral et ont établi un système centralisé a entraîné le pays dans la guerre civile.


En 1983, le gouvernement soudanais a imposé la charia (loi islamique) dans tout le pays, ce qui a été mal reçu par la majorité chrétienne et animiste du sud du pays. La rébellion armée a commencé peu de temps après, menée par le Mouvement de libération du peuple soudanais (SPLM) et son bras armé, l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS). La guerre civile qui a suivi a été l'un des conflits les plus longs et les plus sanglants de l'histoire africaine, avec environ 2 millions de morts et plus de 4 millions de personnes déplacées. La guerre civile au Soudan a duré plus de deux décennies et a été principalement menée par l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS), qui cherchait à obtenir l'indépendance du Soudan du Sud.

L'APLS, dirigée par John Garang, a lancé une insurrection contre le gouvernement central de Khartoum en réponse à cette mesure. Le conflit s'est intensifié au fil des ans, avec des combats violents entre les forces de l'APLS et les forces gouvernementales soudanaises. Le conflit a été exacerbé par des facteurs ethniques, religieux et économiques, ainsi que par des problèmes liés à la gestion des ressources naturelles, tels que l'eau et le pétrole.



En 2005, après des années de négociations, les parties ont signé l'accord de paix global de Naivasha, qui a mis fin à la guerre civile. L'accord a prévu l'autonomie du Sud-Soudan pendant six ans, après quoi un référendum sur l'indépendance du Soudan du Sud a été organisé en janvier 2011. Le référendum a été largement soutenu par la population du Sud-Soudan, avec plus de 98% des électeurs votant en faveur de l'indépendance. Le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud est devenu un État indépendant et a été reconnu par la communauté internationale. Cependant, malgré l'indépendance, le pays a continué à faire face à de nombreux défis, notamment des tensions internes, des conflits intercommunautaires et une instabilité politique. Le pays a également connu des problèmes économiques, notamment une inflation élevée, un taux de chômage élevé et une pauvreté généralisée.

Cependant, la division n'a pas été sans conséquences. Le Soudan du Sud était un pays en développement très pauvre, avec des infrastructures limitées, des tensions ethniques et une économie largement dépendante de ses réserves de pétrole. Le gouvernement soudanais a également perdu une grande partie de ses recettes pétrolières, qui étaient principalement produites dans les régions frontalières du sud. Les relations entre les deux pays ont été tendues, en particulier en ce qui concerne les questions de frontière et de sécurité. Au Nord, le Soudan est un pays majoritairement musulman, avec une économie basée sur l'agriculture, l'exploitation minière et le pétrole. Le Sud, quant à lui, est principalement chrétien et animiste, avec une économie basée sur l'agriculture et l'élevage. Ces différences ont eu des conséquences importantes sur la politique, l'économie et la société des deux parties.



Sur le plan politique, la division du Soudan a créé des tensions diplomatiques entre les deux États, avec des désaccords sur les questions de frontières, de ressources naturelles et de relations commerciales. Cela a entravé la coopération régionale et a freiné les projets d'intégration africaine.

Sur le plan économique, la division a eu un impact sur la production de pétrole, qui est principalement située dans le Sud. Les deux pays se sont battus pour le contrôle des ressources pétrolières, créant des tensions et des perturbations dans la production et l'exportation. Cela a également affecté les infrastructures de transport et les échanges commerciaux entre les deux parties, entravant l'intégration économique régionale.

Sur le plan social, la division du Soudan a créé des tensions entre les différentes communautés ethniques et religieuses. Les conflits armés ont eu des conséquences dramatiques pour les populations civiles, avec des violations des droits humains et des déplacements massifs de personnes. Cela a entravé l'intégration sociale et culturelle de la région. Cependant, il est important de comprendre les causes profondes de la division Nord-Sud du Soudan et les défis qui doivent être relevés pour une intégration africaine plus solide dans la région.



Les défis de l'intégration

L’un des principaux défis de l'intégration africaine dans la région est la gestion des ressources naturelles. Le Soudan est riche en pétrole, en or et en autres minéraux, qui sont principalement situés dans le Sud. La production de pétrole est essentielle pour l'économie des deux États, mais a été perturbée par des désaccords sur les redevances, les droits de transit et les frontières. Les deux États ont également des différences économiques importantes. Le Nord est un pays plus développé, avec une économie basée sur l'agriculture, l'exploitation minière et le pétrole. Le Sud, quant à lui, est moins développé et dépend principalement de l'agriculture et de l'élevage. Ces différences économiques ont entravé l'intégration économique régionale. Sur le plan social, la division Nord-Sud du Soudan a créé des tensions entre les différentes communautés ethniques et religieuses. Les conflits armés ont eu des conséquences dramatiques pour les populations civiles, avec des violations des droits humains et des déplacements massifs de personnes. Cela a entravé l'intégration sociale et culturelle de la région.

Malgré ces défis, il y a des raisons d'être optimiste quant à l'intégration africaine dans la région. Les deux États ont signé des accords de coopération, notamment dans le domaine de la sécurité et de la gestion des ressources naturelles. Les organisations régionales, telles que l'Union africaine, ont également joué un rôle important dans la promotion de la paix et de la coopération régionale.


Il y a également des opportunités économiques importantes pour les deux États dans le cadre de l'intégration africaine. Le Soudan est situé au centre de l'Afrique et est un passage obligé pour le commerce entre les pays de la région. En favorisant la coopération économique régionale, les deux États pourraient bénéficier d'une croissance économique accrue, d'une réduction de la pauvreté et d'une amélioration des conditions de vie pour leurs populations respectives.

L'intégration africaine pourrait également favoriser la stabilité politique dans la région. En promouvant la coopération entre les États, les organisations régionales pourraient contribuer à prévenir les conflits et à renforcer la sécurité régionale. Pour réussir l'intégration africaine dans la région, il est essentiel que les deux États travaillent ensemble pour surmonter les défis qui entravent leur coopération. Cela implique de résoudre les différends territoriaux, de réduire les tensions ethniques et religieuses, de promouvoir une gestion équitable des ressources naturelles et de renforcer la coopération économique.


Conclusion

En fin de compte, la division Nord-Sud du Soudan représente une antithèse à l'intégration africaine dans la région. Cependant, en surmontant les défis qui entravent leur coopération, les deux États peuvent ouvrir la voie à une plus grande intégration régionale, qui profiterait à l'ensemble de l'Afrique. L'intégration continentale en Afrique est un défi complexe, étant donné la diversité des cultures, des langues, des économies et des systèmes politiques à travers les 54 États du continent. Cependant, il est possible de réaliser une intégration continentale en Afrique, mais cela nécessite une volonté politique forte et une coopération entre les gouvernements africains et les acteurs de la société civile.


Des initiatives telles que l'Union africaine (UA) ont été mises en place pour promouvoir l'intégration continentale en Afrique, en encourageant la coopération économique, politique et sociale entre les pays membres. L'UA a également mis en place une zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) en 2018, qui vise à stimuler le commerce intra-africain en éliminant les barrières tarifaires et non tarifaires. Cependant, la mise en œuvre de ces initiatives est confrontée à des défis tels que la méfiance mutuelle entre les pays, les conflits inter-étatiques, les infrastructures insuffisantes et les problèmes de financement. Pour surmonter ces défis, les gouvernements africains doivent renforcer leur engagement envers l'intégration continentale et prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre les initiatives existantes. De plus, une plus grande participation de la société civile et du secteur privé peut contribuer à stimuler l'intégration continentale en Afrique.

7 görüntüleme

コメント


bottom of page