top of page
  • Mohamed Salim Mahdi

Formalisme de la poésie soudanaise

Afin d’aborder la poésie soudanaise, il ne sera en aucun cas possible sans exprimer le mouvement d’indépendance. Comme dans de nombreux pays colonisés, écrire de la poésie n’est pas un art ou un savoir-faire poétique. C’était aussi le cas au Soudan ou la poésie est apparu comme une expression de résistance. Par conséquent, pour qu’un poète soudanais soit considéré et accepté comme un poète digne, cela ne se base pas sur la qualité de ses écrits ; s’il était un poète national ou non. Ainsi, les poètes ont concouru simultanément à leur propre motivation ainsi qu’à celui de l’essence commune du peuple. Cependant, cela n’est pas synonyme à la production des poèmes de mauvaise qualité, car il n’y avait pas beaucoup de poètes à cette époque de toute façon. Pour ces raisons, un poète qui a commencé sa poésie est resté dans cette obscurité. Quand prendra fin cette obscurité reste toujours méconnu. Cela a été un élément important pour les poètes d’encourager le peuple et de se tenir à ses côtés pour qu'il puisse continuer le chemin du poète.



Pour mieux expliquer ce thème, dans les années 1920, il était perçu comme signifiant « écrire de la poésie » plutôt que « dire de la poésie ». Sur la base de cette idée, la poésie a été mélangée en termes de culture et de sens. A cette époque, les poètes sont qualifiés des « intellectuel ». La cause sera expliquée avec plus de détail dans la dernière partie de l’article. Comme l’histoire de la poésie soudanaise était comprise dans les années 1920, le poème était divisé en deux parties.


La poésie orale est un art issu de la culture arabe. Cet art est entré au Soudan avec les conquêtes islamiques. Par conséquent, certaines choses propres à la culture arabe se sont propagées comme un résultat naturel de la propagation de l’Islam. L’Islam n’est pas, selon le Traité Bact du Soudan, entré avec la conquête armée/forcée, mais avec le consentement du peuple. Cependant, bien qu’il s’agisse d’un sujet ne concerne pas directement l’article, nous avons maintenant vu comment il a affecté la diffusion de la poésie orale, bien qu'il n'y ait pas eu un aspect effectif. La première armée de conquête venue des déserts d’Arabie a pu convertir facilement le peuple soudanais à l'islam. Selon ce qu’ils ont adopté, lorsqu’ils ont vu qu’il n’y avait aucune raison de revenir, ils ont décidé d'épouser la plupart des filles soudanaises et de s’installer. Une nouvelle culture a été créée en mélangeant leur culture avec celle des autochtones soudanais. L’influence de cette nouvelle culture sur la poésie orale du Soudan réside dans ce que j’ai susmentionné dès le début. Cet aspect étant assez important, poursuivi sans perdre son effet dans les poèmes écrits modernes. Afin de voir clairement quelles étapes et quels sommets cet effet a atteint, il est nécessaire d’avoir une vue d’ensemble de la façon dont les poèmes écrits ont émergé. En faisant cela, je pensais faire une comparaison entre l’identité et la poésie.



L’une des premières raisons de la diffusion des poèmes écrits est le journalisme. En 1899, le premier journal est publié au Soudan par la puissance coloniale. Ce journal a été déclaré journal officiel. Plus tard, au début des années 1920, le nombre de journaux imprimés augmente et devient une entreprise privée. On a estimé que les journaux nouvellement publiés étaient un élément qui effrayait le colonisateur. Les colonialistes ont interdit d’écrire sur la politique. En conséquence, certains politiciens pionniers, qui n’ont pas trouvé d’autre appel, ont émergé à la fois pour la liberté de la société soudanaise et pour la nécessité de mettre fin à la colonisation. Les poètes préféraient écrire de la poésie en cachant des questions politiques dans la poésie. Mais cela ne signifie pas que la poésie a été écrite uniquement pour la politique. Parce que les poètes qui ont écrit en utilisant le script de cette période ont été les premiers diplômés des établissements d’enseignement supérieur. Ainsi, tous ceux qui savent écrire se sont appliqués à la fois à la politique et à la poésie. Cependant, la forme de ce poème a complètement changé avec la fin de la colonisation en 1956, et bien que le rôle du poème n’ait pas diminué, il est devenu un complètement différent.


De nos jours, les poètes œuvrent afin de donner espoir au peuple pour qu’il puisse travailler, produire et découvrir les nouvelles valeurs du monde. Les poètes, qui croyaient que cet espoir n’aidait pas grand-chose, se sont lancé dans des mouvements culturels. L’un des exemples les plus évidents de ceux-ci était le mouvement « forêt et désert ». La forêt et le désert sont des problèmes de race et d’identité, comme son nom l’indique. « « Foret et Désert » ont commencé à poser des nouvelles questions, propres à eux. Le « Désert », symbolisant les peuples arabes ; tandis que la « Forêt » symbolisant les tribus africaines. Enfin, à toutes les étapes, la question de l’esthétique poétique s’est posée. Je dois dire que ni les poètes soudanais ni la beauté de leurs poèmes ne pouvaient être mentionnés dans cette courte introduction.

NOTE : Cette promotion est juste un regard sur l’encyclopédie de la poésie du soudan.

11 görüntüleme

Comments


bottom of page