top of page
  • Akisam Mukisa

Des manifestations populaires aux interventions militaires: Analyse des récents coups d’Etat

Les coups d'État se sont multipliés en Afrique ces derniers temps. Des pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale ont connu des prises de pouvoir militaires depuis 2020, et ce sont tous d'anciennes colonies françaises. Dans certains de ces pays, nous avons vu de grandes foules protester contre la France, mais quels liens pouvons-nous réellement établir entre ce qui se passe dans ces pays, et quelle est la place de la France et de la Russie?


Six pays en question: le Mali, le Burkina Faso, le Tchad, la Guinée, le Niger et le Gabon sont tous dirigés par des militaires après que l'armée a chassé le gouvernement civil. Le Niger et le Gabon sont les plus récents. Dans tous ces pays, on observe généralement un soutien populaire aux putschistes, même si l'idée qu'ils sont tous motivés par l'intérêt général est un peu simpliste aux yeux de nombreux observateurs. Ces coups d'État ont été menés dans le cadre d'un jeu de pouvoir cynique.

Il est difficile de faire des comparaisons simples qui s'appliquent parfaitement aux six pays ; chaque pays a son propre contexte. Au Gabon, par exemple, le coup d'État a été déclenché par la réélection contestée du président Ali Bongo. Son père avait gouverné pendant des décennies avant lui, et Bongo était accusé d'avoir truqué le vote. Beaucoup de gens ont célébré ce qu'ils considèrent comme la fin de l'ère Bongo famille.



Du côté du Niger, Mohamed Bazoum était un dirigeant démocratiquement élu. Son élection en 2021 a constitué le premier transfert de pouvoir d'un civil à un autre dans le pays. L'une des explications du coup d'État de juillet est qu'il s'agissait d'une lutte de pouvoir pure et simple ; Bazoum a apporté des changements à la direction militaire et l'un de ses généraux, après Rahman Ciani, s'est retourné contre lui lorsque des rumeurs ont circulé selon lesquelles son poste était en jeu. Il est donc facile de trouver des différences entre les divers coups d'État lorsque l'on examine le contexte local et les conditions spécifiques de chaque pays, mais il existe également des thèmes communs qui peuvent nous aider à comprendre ce qui se passe.


Il y a un autre aspect: le sentiment anti-français, qui est lié à la menace sécuritaire au Sahel que nous avons mentionnée. La France a été l'un des principaux pays occidentaux à envoyer des troupes pour combattre les groupes armés dans cette région. Elle a envoyé des soldats au Mali pour la première fois en 2013 et a connu un certain succès au début, mais après plusieurs années de présence française sur le terrain, les choses ne s'amélioraient pas vraiment. Les groupes terroristes sont en fait devenus plus puissants sur le terrain en exploitant les différends entre communautés locales. La population a donc vu l'intervention de la France, puis a fait le lien et s'est dit : "Vous êtes intervenus, mais les choses ont en fait empiré".



Les gens ont commencé à voir que la France jouait sur les deux tableaux, qu'elle alimentait ces conflits et essayait d'en tirer profit. Il n'y a bien sûr aucune preuve de cela, mais beaucoup de gens dans la région le croient. C'est un discours que de nombreux dirigeants du coup d'État ont également utilisé à leur avantage. Ils se sont placés assez fermement du côté anti-français et anticolonial pour gagner le soutien de l'opinion publique.


Ces factions militaires ont vu de quel côté le vent soufflait et ont utilisé les sentiments anti-français pour renforcer leur propre crédibilité. Les dirigeants du Mali et du Burkina Faso ont chassé toutes les troupes françaises, et les dirigeants du Niger ont demandé à la France de retirer le millier et demi de soldats français présents sur place.


Parallèlement à cette colère à l'égard de la France, un autre phénomène se produit : le soutien croissant à la Russie. Après certains coups d'État, nous avons également vu de grandes foules brandir des drapeaux russes. Là où la France a été repoussée, le vide a été comblé par la Russie. La Russie courtise depuis longtemps les États africains, depuis la guerre froide, et une partie de ses interventions, même à cette époque, s'inscrivaient dans une rhétorique anticolonialiste. Je pense que l'un des principaux moyens par lesquels la Russie a accru son influence a été le groupe Wagner, une société militaire privée ayant des liens avec le gouvernement russe. Elle fournit des soldats aux gouvernements, souvent en échange d'un accès aux ressources naturelles.


Le groupe Wagner n'est pas seulement un groupe de mercenaires ; c'est aussi une société d'exploitation forestière, une société de communication de l'information, une société minière ; il sert également les intérêts des gouvernements de la région qui recherchent des partenariats alternatifs à l'Occident. Wagner est actif dans plusieurs pays africains, notamment au Mali depuis 2021. Les putschistes y ont fait appel à des mercenaires pour les aider à lutter contre les groupes armés du Sahel.

Au Burkina Faso et au Niger, il a été question que les chefs militaires amènent également des forces de Wagner, bien que cela n'ait pas été confirmé jusqu'à présent. L'avenir du groupe Wagner en Afrique est devenu beaucoup plus difficile à prédire depuis que son chef, Evgeni Prigojine, est mort dans un accident d'avion en Russie. De nombreuses personnes soupçonnent le président Poutine d'avoir orchestré cet accident pour se venger d'une mutinerie que Prigojine a menée contre l'État russe en juin. Le Kremlin a nié avoir joué un quelconque rôle dans sa mort.



Si l'on examine les forces en jeu dans tous ces coups d'État en Afrique occidentale et centrale, on constate qu'il y a beaucoup de choses en jeu. Il y a les problèmes intérieurs de chaque pays, les problèmes régionaux tels que les problèmes de sécurité dans le Sahel. À cela s'ajoutent des forces géopolitiques plus importantes, le rejet de la France et les ambitions de la Russie d'accroître son influence. Tout cela donne l'impression qu'il y a des coups d'État dans l'air, et la grande question est de savoir si d'autres pays suivront.


Soudan (avril 2019): Le coup d'État soudanais d'avril 2019 a marqué la fin du règne de trois décennies du président Omar el-Béchir, poussé par de vastes manifestations réclamant des réformes démocratiques. L'intervention de l'armée a fait naître l'espoir d'un gouvernement dirigé par des civils, mais la transition a été semée d'embûches, révélant la complexité du chemin à parcourir pour parvenir à un changement démocratique durable.



Mali (août 2020): Le coup d'État au Mali s'est produit dans le cadre de manifestations contre la corruption et la mauvaise gestion présumées du président Ibrahim Boubacar Keïta. Si certains se sont réjouis de sa destitution, le coup d'État a souligné la fragilité des institutions démocratiques et la vulnérabilité de la région aux bouleversements politiques.

Guinée (septembre 2021) : En Guinée, un coup d'État militaire a chassé le président Alpha Condé après son troisième mandat controversé. Ce coup d'État a soulevé des questions sur la gouvernance démocratique en Afrique de l'Ouest et sur le rôle de l'intervention militaire dans les transitions politiques.



Madagascar (mai 2021): Le Madagascar a connu une tentative de coup d'État qui a révélé des tensions politiques sous-jacentes, soulignant que l'instabilité peut émerger même dans des pays ayant une histoire de stabilité politique relative.


Les implications politiques, sociales et économiques de ces coups d'État pour les pays et la région dans son ensemble.


Implications politiques:

Érosion de la démocratie: Les coups d'État entraînent souvent la suspension des processus et des institutions démocratiques. Dans les pays où des transitions démocratiques étaient en cours, comme le Mali et le Soudan, les coups d'État ont perturbé la voie vers la gouvernance démocratique. Cela peut saper la crédibilité des institutions et retarder les progrès dans la mise en place de normes et de pratiques démocratiques.



Instabilité politique: Les coups d'État contribuent à l'instabilité politique, car ils entraînent souvent une vacance du pouvoir et des luttes pour le contrôle. Ces luttes de pouvoir peuvent dégénérer en conflits prolongés, voire en guerres civiles, comme on l'a vu au Mali, qui est confronté à des problèmes de sécurité permanents depuis le coup d'État de 2020.


Régime autoritaire: dans certains cas, les putschistes consolident leur pouvoir et instaurent des régimes militaires ou autoritaires. Cet éloignement de la gouvernance démocratique peut conduire à des violations des droits de l'homme, à des restrictions des libertés civiles et à une participation politique limitée.


Implications sociales:

Préoccupations en matière de droits de l'homme: Les coups d'État entraînent souvent des violations des droits de l'homme, notamment des arrestations arbitraires, la suppression de la liberté d'expression et des violences à l'encontre des civils. Cela peut avoir un impact durable sur la population, en favorisant la peur et la méfiance au sein de la société.


Déplacements et migrations: L'instabilité politique résultant des coups d'État peut entraîner des déplacements internes et des migrations externes. Les gens peuvent fuir leur domicile en raison de la violence ou de l'insécurité, ce qui contribue aux crises humanitaires dans les pays touchés et met à rude épreuve les nations voisines.



Implications économiques:

Investissements et aide: Les coups d'État entraînent souvent une diminution de l'aide et des investissements étrangers. Les partenaires internationaux peuvent imposer des sanctions ou réduire leur soutien économique en réponse à l'instabilité liée au coup d'État, ce qui affecte le développement économique et les efforts de redressement.


Détournement des ressources: Au lendemain d'un coup d'État, les gouvernements peuvent réorienter leurs ressources vers la sécurité et les dépenses militaires, au détriment de services sociaux essentiels tels que la santé, l'éducation et le développement d'infrastructures.


Incertitude économique: Les coups d'État créent une incertitude économique qui décourage les investissements nationaux et étrangers. Les entreprises peuvent hésiter à opérer dans des environnements politiquement instables, ce qui entraîne une réduction de la croissance économique et des opportunités d'emploi.


Implications régionales:

Instabilité régionale: L'instabilité liée aux coups d'État peut s'étendre aux pays voisins, comme le montre l'impact du Mali sur la sécurité régionale au Sahel. Cette instabilité peut exacerber les conflits régionaux, compliquer le commerce transfrontalier et peser sur les relations diplomatiques.


Flux de réfugiés: Les voisins régionaux peuvent être confrontés à un afflux de réfugiés fuyant l'instabilité politique, ce qui pèse sur les ressources et les infrastructures des pays d'accueil.


Organisations régionales: Les organisations régionales telles que l'Union africaine (UA) et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) réagissent souvent aux coups d'État en suspendant ou en sanctionnant le pays fautif. Ces organisations jouent un rôle crucial dans la médiation des conflits et la recherche de solutions pacifiques.


Comment les acteurs internationaux, tels que les pays voisins et les organisations mondiales, ont-ils réagi à ces coups d'État ?


Organisations mondiales:

Union africaine (UA): L'UA a une position ferme contre les coups d'État et suspend souvent l'adhésion du pays concerné jusqu'à ce que l'ordre constitutionnel soit rétabli. L'UA peut déployer des missions diplomatiques pour servir de médiateur et dialoguer avec les putschistes, en insistant sur la nécessité d'un retour rapide à un régime civil.


Organisation des Nations unies (ONU): L'ONU peut publier des résolutions ou des déclarations condamnant les coups d'État et soutenant les efforts visant à rétablir une gouvernance démocratique. Les missions de maintien de la paix, si elles sont présentes dans la région, peuvent adapter leur mandat pour faire face à la nouvelle dynamique de sécurité découlant des coups d'État.


Thèmes communs et causes des récents coups d'État en Afrique                                                    

Instabilité politique : L'instabilité politique est un thème récurrent dans les pays victimes de coups d'État. Une mauvaise gouvernance, des antécédents de troubles politiques et un manque de confiance dans les institutions politiques peuvent créer un environnement propice aux tentatives de coup d'État.

Les problèmes de leadership : Les problèmes de leadership, y compris les régimes autoritaires, les tentatives de prolonger les mandats présidentiels ou les perceptions d'un leadership inefficace, ont été des éléments déclencheurs de coups d'État. Les dirigeants qui dépassent la durée de leur mandat ou qui montrent des tendances autoritaires peuvent se heurter à la résistance de l'armée et de la société civile.


Défis économiques : Les difficultés économiques, telles qu'un taux de chômage élevé, l'inflation et les inégalités économiques, peuvent alimenter le mécontentement de la population. Les coups d'État peuvent être motivés par la conviction qu'un changement de dirigeants pourrait améliorer la situation économique.


Corruption et mauvaise gestion: La corruption et la mauvaise gestion des ressources publiques peuvent éroder la confiance du public dans le gouvernement. Les accusations de corruption ou la perception d'une corruption généralisée au sein de l'élite dirigeante peuvent motiver les putschistes qui promettent d'éradiquer la corruption.


Griefs militaires: Le mécontentement au sein de l'armée, tel que les bas salaires, le manque de promotions ou les griefs liés aux opérations militaires, peut conduire à l'implication de l'armée dans les coups d'État. Les chefs militaires peuvent se percevoir comme les gardiens de la stabilité nationale.

Divisions ethniques et religieuses : Les divisions ethniques et religieuses peuvent être exploitées par les acteurs politiques et conduire à l'instabilité. Les tentatives de coup d'État peuvent être motivées par des griefs ethniques ou sectaires ou par des craintes d'exclusion.


Interférence extérieure: L'implication d'acteurs extérieurs, y compris les pays voisins, les puissances mondiales ou les acteurs non étatiques, peut influencer la dynamique des coups d'État. Le soutien ou l'opposition d'acteurs extérieurs peut influencer l'issue des tentatives de coup d'État.


References:

Al Jazeera Africa (www.aljazeera.com/news/africa)

The Guardian Africa (www.theguardian.com/world/africa)

Africanews (www.africanews.com)

African Arguments (www.africanarguments.org)

AllAfrica (www.allafrica.com)

International Crisis Group (www.crisisgroup.org)

3 görüntüleme
bottom of page